C’est arrivé le 23 avril 1748 - Naissance de Felix Vicq d’Azyr

C’est arrivé le 23 avril 1748Naissance de Felix Vicq d’Azyr

23.04.2014
  • Naissance de Felix Vicq d’Azyr  - 1

    Naissance de Felix Vicq d’Azyr

Le futur médecin de Marie-Antoinette est né en 1743 à Valognes, dans la Manche. Après avoir hésité à rentrer dans les ordres, Félix Vicq d’Azyr se tourna – sous la pression de son père lui-même médecin – vers la médecine. Monté à Paris en 1765, il est très vite remarqué par ses professeurs et notamment Antoine Petit, titulaire de la chaire d’anatomie du Jardin des Plantes qui le choisit pour lui succéder. Mais à la suite d’intrigues – et le choix d’Antoine Petit n’ayant pas été confirmé par Buffon –, la chaire du Jardin royal est finalement confiée à Antoine Portal qui avait pour lui d’être déjà membre de l’Académie des Sciences.

Nullement abattu, Vicq d’Azyr se décide à donner des cours particuliers d’anatomie où il se propose d’éclairer l’anatomie et la physiologie humaines par la comparaison des mêmes organes et des mêmes fonctions chez les animaux, conception éminemment philosophique qu’il reproduit dans son Encyclopédie méthodique.

Une mission courinnée de succès sur l’épizootie

Victime d’une hémoptisie alors qu’il a 25 ans, Vicq d’Azyr se retire un temps dans sa Normandie natale. Quand il revient guéri en 1775 à Paris, Turgot le charge d’aller surveiller une terrible épidémie d’épizootie qui fait rage dans tout le Midi de la France. Il publie ses observations sous le titre « Exposé des moyens curatifs et préservatifs qui peuvent être employés contre les maladies pestilentielles des bêtes à corne ». Sa mission étant couronnée de succès il decide de créer une société pour l’étude des maladies épidémiques qui après sa rencontre avec François de Lassonne, premier médecin du roi Louis XVI, va devenir la Société Royale de médecine. Celle-ci, outré l’étude des maladies épidémiques et des eaux minerales va bientôt s’intéresser à toutes les spécialités médicales ainsi qu’à l”hygiène publique, un domaine largement négligé jusqu’alors.

La creation de cette Société royale de Medicine est vue d’un mauvais œil par la Faculté guère ravie de voir s’épanouir une institution rivale. Grâce à Vicq d’Azyr et à sa Société, la médecine va désormais s’intéresser à la santé publique : mesures à prendre par la population en cas d’épidémie ou d’épizootie, réglementation des exhumations, vente des medicaments… Le Conseil d’Etat demandera ainsi à Vicq d’Azyr d’élaborer un questionnaire sur les épidémies destiné à être envoyé aux médecins de province.

Académien français en 1788

Elu à l’Académie française en 1788 au siège de Buffon. Il est le premier médecin fait académicien par le suffrage de l’Académie elle-même. Il était aussi devenu le médecin personnel de la reine Marie-Antoinette et la survenue de la Révolution le fait vivre dans les transes mais il échappæ à l’échafaud révolutionnaire, grâce notamment à la protection de Robespierre.

De remarquables travaux sur le cerveau

Ayant contracté une affection pulmonaire aiguë lors de la Fête de l’Etre Supreme le 20 Prairial an II, Felix Vicq d’Azyr meurt le 20 juin 1794, laissant aussi le souvenir d’un grand précurseurs de l’anatomie comparée. Il fut ainsi parmi les premiers à utiliser les sections coronales du cerveau et à employer l’alcool afin de faciliter la dissection. S’intéressant particulièrment au cerveau, Vicq d’Azyr a donné, en 1786, une description du locus coeruleus et de la bande de Vicq-d'Azyr, un système de fibres situé entre la couche granulaire externe et la couche pyramidale externe du cortex cérébral, ainsi que du faisceau mamillo-thalamique qui porte son nom.

Réformateur de l’enseignement médical

Enfin, Felix Vicq d’Azyr fut aussi un pionnier en matière de réforme de l’enseignement medical proposant, en 1790, avec ses Réflexions, dans le nouveau plan de constitution, pour l'enseignement de l'art de guérir en France, pronant un enseignement complet réunissant la médecine, la chirurgie et la pharmacie. Il souhaitait aussi que le français se substitue au latin, que les examens soient plus difficiles et que les professeurs soient nommés au concours. Toutes mesures qui commenceront à se réaliser en 1798 quand la Faculté de Médecine et la Société royale de Médecine, le Collège et l'Académie de Chirurgie fusionneront.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Crise

Déserts médicaux Ces départements qui ne connaissent pas la crise

Alors que la France médicale se dépeuple de ses généralistes, une douzaine de départements semble encore échapper à la décrue. Attractivité naturelle du territoire, volontarisme des leaders, ou...6

ECN : 94% des postes en médecine générale pourvus, l’Ile-de-France boudée

.

Désormais organisé en plusieurs étapes et de façon virtuelle, l’amphi de garnison des ECNi est arrivé à son terme aujourd’hui. Tous les... 1

Pilules C3G et C4G : la justice classe l'affaire

.

Le parquet de Paris a classé l'enquête ouverte fin 2012 sur les pilules C3G et C4G accusées de favoriser des thromboses veineuses. Au terme... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir