Une première américaine relance le débat sur le clonage thérapeutique

Une première américaine relance le débat sur le clonage thérapeutique

18.04.2014
  • Une première américaine relance le débat sur le clonage thérapeutique - 1

    Une première américaine relance le débat sur le clonage thérapeutique

Voilà une première qui va surement faire parler d’elle. Des scientifiques aux Etats-Unis sont parvenus pour la première fois à cloner des cellules adultes humaines pour créer des cellules souches embryonnaires. Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont utilisé la même technique que celle développée par le Dr Shoukhrat Mitalipov, le premier à créer en 2013 des cellules souches embryonnaires humaines à partir de cellules de peau, en recourant au clonage. Sauf que ce dernier avait utilisé de l'ADN provenant d'un nouveau-né de huit mois. Jusqu'alors, on n'était en effet pas parvenu à cloner des cellules adultes pour créer des cellules souches embryonnaires.

La recherche, publiée en ligne jeudi dans la revue américaine Cell Stem Cell, a été menée en Californie avec deux hommes de 35 et 75 ans par une équipe de chercheurs dont le Dr Robert Lanza, responsable scientifique d'Advanced Cell Technology. Elle a été en partie financée par le gouvernement sud-coréen.Les chercheurs ont utilisé le noyau des cellules de la peau des deux hommes qu'ils ont transféré dans des ovocytes humains de donneurs, dont ils avaient retiré le noyau. Les ovocytes ont ensuite généré des embryons primitifs. C'est à partir de ces derniers que les cellules souches embryonnaires à l'ADN similaire à celui des donneurs ont été produites.

Les cellules souches embryonnaires sont dites pluripotentes car ce sont les seules cellules capables de se différencier en tous types de cellules de l'organisme (cardiaques, hépatiques, pulmonaires...) et de se multiplier sans limite. Les scientifiques fondent moult espoirs sur le clonage thérapeutique qui, à terme, pourrait permettre de réparer ou de remplacer des organes endommagés pour traiter le cancer, la cécité ou la maladie d'Alzheimer. Etant donné que "l'incidence de nombre de maladies pouvant potentiellement être traitées avec des cellules souches pluripotentes augmente avec l'âge, le clonage thérapeutique concernera surtout des adultes plus âgés", soulignent les auteurs de l’étude.

Les artisans de ce type de processus souligne qu’outre les perspectives thérapeutiques qu’elle ouvre, elle a aussi pour avantage de ne pas utiliser d'embryons fertilisés pour obtenir des cellules souches, une technique qui soulève d'importantes questions éthiques, car dans ce cas l'embryon est détruit. Mais les détracteurs, comme l'Eglise catholique, estiment qu'elles présentent le risque de dérapage et de mener au clonage d'êtres humains, ce que contestent des scientifiques. Avec cette nouvelle recherche, nulle doute que la polémique va reprendre.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Assistants : 100 généralistes disent non à « l'abattage » et proposent des pistes pour libérer du temps médical

La dernière séance de négociation conventionnelle sur les assistants médicaux a été la goutte de trop dans un vase déjà bien rempli. Une centaine de médecins généralistes a signé hier soir une...7

L’ANSM alerte sur les risques de deux anabolisants et brûleurs de graisse vendus sur Internet

corps

L’ANSM a identifié la présence de substances non autorisées et dangereuses pour la santé, le clenbutérol et le stanozolol, dans les... 1

400 généralistes salariés bientôt recrutés dans les déserts : pourquoi ReAGJIR y croit

Image d'illustration

Le recrutement des 400 postes de médecins généralistes dans les hôpitaux de proximité annoncé en septembre par le président de la... 1

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir