Au Sénat, le combat d’un ancien ministre de la Santé contre l’élargissement du droit à l’IVG

Au Sénat, le combat d’un ancien ministre de la Santé contre l’élargissement du droit à l’IVG

18.04.2014
  • Au Sénat, le combat d’un ancien ministre de la Santé contre l’élargissement du droit à l’IVG - 1

    Au Sénat, le combat d’un ancien ministre de la Santé contre l’élargissement du droit à l’IVG

Le Sénat a adopté en seconde lecture dans la nuit de jeudi à vendredi le texte sur l'égalité femmes hommes. A cette occasion, la Haute Assemblée a adopté l'article introduit par l'Assemblée nationale qui vise à supprimer du code de la santé publique la notion de "situation de détresse" pour les femmes enceintes demandant à un médecin l'interruption de leur grossesse. Cet article précise donc que le recours à l'interruption volontaire de grossesse est ouvert à toutes les femmes qui ne veulent pas poursuivre leur grossesse. Le texte doit à présent faire l'objet d'une commission mixte paritaire (CMP), composée de sept sénateurs et sept députés, chargée de trouver une version commune aux deux chambres.

Comme à l’Assemblée Nationale, la suppression de cette disposition restrictive a nourri l’essentiel de la polémique sur un texte pour l’essentiel consensuel. L'UMP a déposé un amendement pour le supprimer qui a été rejeté par 189 voix contre et 9 pour seulement. Et c’est Philippe Bas, qui fut brièvement ministre de la Santé pendant quelques mois en 2007 qui l’a en vain défendu : "La loi Veil repose sur un équilibre, entre le principe du respect de l'être humain dès le commencement de la vie, et la reconnaissance qu'une atteinte peut y être portée en cas de nécessité, associée au fait que l'interruption de grossesse est un acte médical demandé par une femme en situation de détresse", a argumenté l’élu de la Manche. "Cet article rouvre des conflits dans la société française sans utilité et introduit une contradiction dans la loi", a poursuivi celui qui fut aussi deux ans, de 2005 à 2007 ministre délégué en charge de de la Famille et des handicapés sous Jacques Chirac. En réponse l’élue EELV, Esther Benbassa lui a répondu : "Vous vous fondez sur des éléments moraux ou religieux, auxquels tout le monde n'est pas sensible".

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Pour la HAS, aucune situation clinique n'est incompatible avec la téléconsultation ou la télé-expertise

Alors que l'avenant conventionnel sur la télémédecine est en passe d'être signé par les syndicats, inscrivant ainsi dans le droit commun la téléconsultation et la télé-expertise, la Haute autorité...Commenter

Bobologie, téléconsultation, renouvellements... les pharmaciens prêts à aider les généralistes dans le premier recours

.

Les premières auditions de la commission d'enquête pour l'accès aux soins se tenaient ce jeudi rue de l'Université. Les représentants des... 10

Pour évaluer la perte de revenus liée à la nouvelle ROSP, les Généralistes-CSMF lancent un observatoire

.

Depuis plusieurs semaines, les généralistes ont fait savoir leur inquiétude d'une perte conséquente de leur Rémunération sur objectifs de... Commenter

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir