Au Sénat, le combat d’un ancien ministre de la Santé contre l’élargissement du droit à l’IVG

Au Sénat, le combat d’un ancien ministre de la Santé contre l’élargissement du droit à l’IVG

18.04.2014
  • Au Sénat, le combat d’un ancien ministre de la Santé contre l’élargissement du droit à l’IVG - 1

    Au Sénat, le combat d’un ancien ministre de la Santé contre l’élargissement du droit à l’IVG

Le Sénat a adopté en seconde lecture dans la nuit de jeudi à vendredi le texte sur l'égalité femmes hommes. A cette occasion, la Haute Assemblée a adopté l'article introduit par l'Assemblée nationale qui vise à supprimer du code de la santé publique la notion de "situation de détresse" pour les femmes enceintes demandant à un médecin l'interruption de leur grossesse. Cet article précise donc que le recours à l'interruption volontaire de grossesse est ouvert à toutes les femmes qui ne veulent pas poursuivre leur grossesse. Le texte doit à présent faire l'objet d'une commission mixte paritaire (CMP), composée de sept sénateurs et sept députés, chargée de trouver une version commune aux deux chambres.

Comme à l’Assemblée Nationale, la suppression de cette disposition restrictive a nourri l’essentiel de la polémique sur un texte pour l’essentiel consensuel. L'UMP a déposé un amendement pour le supprimer qui a été rejeté par 189 voix contre et 9 pour seulement. Et c’est Philippe Bas, qui fut brièvement ministre de la Santé pendant quelques mois en 2007 qui l’a en vain défendu : "La loi Veil repose sur un équilibre, entre le principe du respect de l'être humain dès le commencement de la vie, et la reconnaissance qu'une atteinte peut y être portée en cas de nécessité, associée au fait que l'interruption de grossesse est un acte médical demandé par une femme en situation de détresse", a argumenté l’élu de la Manche. "Cet article rouvre des conflits dans la société française sans utilité et introduit une contradiction dans la loi", a poursuivi celui qui fut aussi deux ans, de 2005 à 2007 ministre délégué en charge de de la Famille et des handicapés sous Jacques Chirac. En réponse l’élue EELV, Esther Benbassa lui a répondu : "Vous vous fondez sur des éléments moraux ou religieux, auxquels tout le monde n'est pas sensible".

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Recertification

Reagjir dit oui à la recertification avec une visite obligatoire chez un médecin du travail

Le ministère de la Santé souhaite instaurer une recertification périodique des compétences des médecins. Un groupe de travail piloté par l'ex-doyen de Paris VI, le Pr Serge Uzan, doit remettre...3

Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas, d'après une étude française

Lyme

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été... 1

La moitié des médecins pensent que l'IA et les robots feront partie de leur quotidien en 2030

Robot

Comment les médecins envisagent-ils leur pratique dans 10, 20, 30 ans ?  La MACSF s'est intéressée à l'impact des nouvelles technologies... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir