Radioprotection : La France peut mieux faire, selon l’ASN

Radioprotection : La France peut mieux faire, selon l’ASN

16.04.2014
  • Radioprotection : La France peut mieux faire, selon l’ASN - 1

    Radioprotection : La France peut mieux faire, selon l’ASN

Des encouragements et de la vigilance, c’est en substance l’appréciation de l’Autorité de Sûreté Nucléaire sur la radioprotection. Dans le rapport annuel qu’elle a présenté le 16 avril, l’ASN porte une attention particulière à ce domaine, qu’elle surveille de très près depuis l’affaire des surirradiés de l’hôpital d’Epinal au début des années 2000. Depuis cette époque l’ASN note des progrès du nombre de radiophysiciens en radiothérapie. Au moment de l’affaire d’Epinal la France faisait figure de mauvaise élève à ce niveau, elle a depuis rattrapé son retard et se situe dans la moyenne, souligne le rapport.

Plus d’incidents en radiologie interventionnelle

Ce rapport de l’ASN fait aussi le point sur la déclaration des évènements significatifs de radioprotection (ESR) signalé à l’ASN : en 2013, il sont augmenté de 5%, passant de 529 à 544. On atteint donc les deux déclarations par jour. Mais si les évènements sont stables et rarement classés comme grave en radiothérapie, en radiologie l’ASN note une augmentation des déclarations d’incidents. Elle souligne également que c’est en radiologie interventionnelle qu’on observe les conséquences les plus graves pour le patient.

De ce fait, le contrôle de la radioprotection en radiologie interventionnelle est depuis 2009 une priorité nationale de l’ASN. En plus des risques pour les patients mis en lumière par des ESR récents, l’ASN met en garde sur les dangers pour les professionnels, encore trop peu soucieux selon elle des expositions qu’ils subissent. L’ASN regrette donc que « les mesures urgentes qu’elle préconise depuis plusieurs années ne sont toujours pas prises pour améliorer la radioprotection des patients et des professionnels pour l’exercice des pratiques interventionnelles ».

irradiation : des doses trop élevées

Autre point d’inquiétude, l’augmentation des doses délivrées aux patients en imagerie médicale particulièrement en scanographie. Elles ont doublé en dix ans. Ce n’est pas la première fois que l’ASN alerte sur cette inflation. Elle juge que si cette augmentation est justifié pour une partie dans d’autres cas elle ne l’est pas, et elle recommande que pour tous les actes de prévention on s’oriente vers les doses les plus basses selon la pathologie et le but recherché.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Dossier congrès

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions Abonné

ouv

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la... Commenter

Stratégie nationale de santé Agnès Buzyn joue la concertation Abonné

.

La ministre a mis au point en début de semaine une Stratégie Nationale de Santé (SNS) en quatre points qui sera la feuille de route du... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir