Radioprotection : La France peut mieux faire, selon l’ASN

Radioprotection : La France peut mieux faire, selon l’ASN

16.04.2014
  • Radioprotection : La France peut mieux faire, selon l’ASN - 1

    Radioprotection : La France peut mieux faire, selon l’ASN

Des encouragements et de la vigilance, c’est en substance l’appréciation de l’Autorité de Sûreté Nucléaire sur la radioprotection. Dans le rapport annuel qu’elle a présenté le 16 avril, l’ASN porte une attention particulière à ce domaine, qu’elle surveille de très près depuis l’affaire des surirradiés de l’hôpital d’Epinal au début des années 2000. Depuis cette époque l’ASN note des progrès du nombre de radiophysiciens en radiothérapie. Au moment de l’affaire d’Epinal la France faisait figure de mauvaise élève à ce niveau, elle a depuis rattrapé son retard et se situe dans la moyenne, souligne le rapport.

Plus d’incidents en radiologie interventionnelle

Ce rapport de l’ASN fait aussi le point sur la déclaration des évènements significatifs de radioprotection (ESR) signalé à l’ASN : en 2013, il sont augmenté de 5%, passant de 529 à 544. On atteint donc les deux déclarations par jour. Mais si les évènements sont stables et rarement classés comme grave en radiothérapie, en radiologie l’ASN note une augmentation des déclarations d’incidents. Elle souligne également que c’est en radiologie interventionnelle qu’on observe les conséquences les plus graves pour le patient.

De ce fait, le contrôle de la radioprotection en radiologie interventionnelle est depuis 2009 une priorité nationale de l’ASN. En plus des risques pour les patients mis en lumière par des ESR récents, l’ASN met en garde sur les dangers pour les professionnels, encore trop peu soucieux selon elle des expositions qu’ils subissent. L’ASN regrette donc que « les mesures urgentes qu’elle préconise depuis plusieurs années ne sont toujours pas prises pour améliorer la radioprotection des patients et des professionnels pour l’exercice des pratiques interventionnelles ».

irradiation : des doses trop élevées

Autre point d’inquiétude, l’augmentation des doses délivrées aux patients en imagerie médicale particulièrement en scanographie. Elles ont doublé en dix ans. Ce n’est pas la première fois que l’ASN alerte sur cette inflation. Elle juge que si cette augmentation est justifié pour une partie dans d’autres cas elle ne l’est pas, et elle recommande que pour tous les actes de prévention on s’oriente vers les doses les plus basses selon la pathologie et le but recherché.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Oustric

Et si la future 4 e année de DES préparait l'installation ? le projet d'un généraliste contre les déserts

La désertification médicale est-elle une fatalité ? Même si la situation démographique est loin d'être réjouissante, le Pr Stéphane Oustric, nouveau président du Conseil départemental de Haute...2

NASH : beaucoup de molécules en développement mais les hépatologues restent prudents

stétose hépatique

Très peu connue il y a à peine 10 ans, la NASH (ou stéato-hépatite non alcoolique) bénéficiera-t-elle bientôt de traitements médicamenteux... Commenter

Protection solaire : les Français mal informés et très négligeants

Expo solaire

Il y a encore du boulot ! En termes d'information, d'importants progrès doivent être menés pour que les Français aient un avis plus juste... Commenter

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme : la mise à jour des vaccins courants est au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir