Des propositions de la CSMF et du Collège de la médecine générale pour faire évoluer la ROSP

Des propositions de la CSMF et du Collège de la médecine générale pour faire évoluer la ROSP

13.04.2014
  • Des propositions de la CSMF et du Collège de la médecine générale pour faire évoluer la ROSP-1

L’annonce en fin de semaine des résultats de la deuxième année de ROSP a été saluée par un double communiqué émanant de la CSMF, qui contraste avec la discrétion des autres syndicats sur ce second bilan de la Rémunération sur Objectifs de Santé Publique. Le premier communiqué, signé de la présidence du syndicat, se réjouit des avancées du nouveau système de rémunération accompagné depuis le début par la CSMF, qui « a permis de reconnaître les actions accomplies par les médecins libéraux en matière de santé publique » et est un mécanisme « positif tant en termes de santé publique que de qualité de services pour les patients. »

Encore plus enthousiastes, les généralistes de l’UNOF saluent « une avancée majeure en termes de qualité de soins et de diversification de la rémunération du médecin généraliste » et se félicitent « de la forte implication des médecins généralistes libéraux dans la prévention, la qualité du suivi des patients et l’informatisation des cabinets ». « Les médecins généralistes se sont appropriés le dispositif, celui-ci fait désormais partie de leur pratique, » souligne le syndicat de Luc Duquesnel, qui voit la ROSP comme une « bouffée d’oxygène financière indispensable au médecin généraliste »

Pour autant, après deux ans sans modification du dispositif, la CSMF veut désormais aller plus loin. Pour la Conf’, « il est urgent de procéder à la généralisation de l’ensemble de la ROSP pour toutes les spécialités, à commencer par celles dont les dossiers sont déjà prêts : la pédiatrie et l’endocrinologie. » Même impatience à l’UNOF qui interpelle l’Assurance maladie à ce propos : « Il est temps, à présent, de remettre la ROSP sur le chantier pour améliorer le dispositif et actualiser les différents indicateurs.

Nouvelles recos sur les patients précaires

De son côté, le Collège de la Médecine Générale fait une suggestion qui pourrait aussi faire évoluer la ROSP. L’instance que préside Pierre-Louis Druais vient en effet de publier des recommandations relatives à l’identification du statut social d’un patient. Dans ce document consultable sur son site internet, le Collège invite le généraliste à adopter une « attitude proactive » sur les inégalités sociales de santé (ISS), en s’enquérant de la situation sociale de son patient et en adaptant si nécessaire sa pratique et ses prescriptions en fonction de celui-ci. Au-delà, le Collège appelle à mettre l’accent sur les ISS dans la formation initiale et dans le DPC, mais aussi à les « intégrer dans les réflexions sur l’organisation des soins primaires,

notamment sur le mode de financement des structures de soins primaires ». « Le nouveau mode de rémunération sur objectif de santé publique (ROSP) pourrait valoriser financièrement l’enregistrement de la situation sociale des patients et permettre de financer la surcharge de travail administratif et sanitaire liée à la prise en charge de ces patients défavorisés », propose notamment le Collège.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 10 Commentaires
 
JEROME M Médecin ou Interne 13.04.2014 à 21h51

Ne participons pas au Bonneteau de la misère...
..."De son côté, le Collège de la Médecine Générale fait une suggestion qui pourrait aussi faire évoluer la ROSP" (...)
Ainsi donc les médecins se Lire la suite

Répondre
 
FRANCOIS R Médecin ou Interne 13.04.2014 à 23h32

Il y a d un côté des médecins en secteur 2 très satisfait du paiement à l'acte puisque le dépassement compense le manque à gagner d'éviter de soigner les plus pauvres .
De l'autre les Medecins en Lire la suite

Répondre
 
FRANCOIS R Médecin ou Interne 13.04.2014 à 21h01

Et l'effet d'aubaine que cela procurerait aussi serait appelé récompense pour les valeureux Médecins qui sont déjà au contact des populations défavorisées, pas du tout dans le but de gagner plus mais Lire la suite

Répondre
 
FRANCOIS R Médecin ou Interne 13.04.2014 à 20h57

La C serait versé en tiers payant au médecin avec une majoration précarité pour les patient bénéficiant de la CMU et de l'AME de 10 euros, ce qui ramènerait des volontaires à la garde et a Lire la suite

Répondre
 
FRANCOIS R Médecin ou Interne 13.04.2014 à 20h53

Oui une mesure qui satisferait tous les médecins et les inciterait à reprendre des gardes, qui les oblige à soigner tout le monde serait de majorer à hauteur du différentiel entre le tarif secteur 1 Lire la suite

Répondre
 
FRANCOIS R Médecin ou Interne 13.04.2014 à 20h50

Et quand vous rajoutez le bruit et les odeurs ...

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 14.04.2014 à 21h30

vous puez!

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

« Je ne demande pas aux médecins de travailler plus (...) mais il faut mieux organiser les soins sur les territoires», lance Buzyn

La ministre de la Santé a réaffirmé ce vendredi son intention de revoir l'organisation du système de santé pour prendre plus efficacement en charge la population. ...10

DPC : 30 000 généralistes se sont inscrits à une action indemnisée en 2017

DPC

Les généralistes ne sont pas beaucoup plus nombreux à se former mais ils se forment plus ! Tel est le bilan que l'on peut tirer en étudiant... Commenter

Antoine Durrleman, 6e chambre de la Cour des comptes « La médecine libérale doit être mieux présente sur le territoire »

Durrleman

Le président de la 6e chambre de la Cour des comptes assume les mesures coercitives du récent rapport qu’il a piloté sur l’avenir de... 2

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir