Rémunération du travail en équipe : après la première réunion, le flou persiste

Rémunération du travail en équipe : après la première réunion, le flou persiste

11.04.2014
  • Rémunération du travail en équipe : après la première réunion, le flou persiste - 1

    Rémunération du travail en équipe : après la première réunion, le flou persiste

Dans quel cadre juridique aura lieu la négociation ? La première réunion sur la rémunération du travail de coordination, qui a eu lieu jeudi à l’Assurance maladie n’a pas permis de trouver un accord sur ce point. Alors que les syndicats semblaient être tous, plus ou moins, d’accord sur le fond - les objectifs du travail en équipe -, la forme continue de poser problème. D’autant plus que cette épineuse question scinde les représentants syndicaux en deux camps.

D’un côté, l’Union des professionnels de santé (UNPS) de Jean-François Rey qui tient absolument à négocier dans le cadre de l’ACIP (Accord-cadre interprofessionnel). De l’autre les tenants de l’article 45 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2013 (qui prévoit que soient réunis autour de la table les syndicats représentatifs ainsi que, éventuellement, les centres de santé, et l’Uncam) chapeautés par MG France et son président Claude Leicher.

En décidant de ne pas trancher, le directeur de la Cnamts Frédéric Van Roekeghem « n’a contrarié personne », a commenté le président de l’Unof Luc Duquesnel qui a participé à la réunion au sein la délégation de l’UNPS. Les prochaines réunions auront pour objet la formation de groupes de travail mais aussi d’éventuelles concertations monoprofessionnelles, avant celles pluriprofessionnelles. « C’est comme ça que ça se passe une négo ! » s’exclame le président de la branche généraliste de la CSMF qui est rompu à l’exercice.

Les représentants syndicaux et la Sécu se sont finalement donnés six semaines pour décider dans quel cadre auront lieu les séances de véritable négociation qui s’ouvriront officiellement, selon un calendrier prévisionnel, le 28 mai, pour se poursuivre le 12 et le 25 juin et le 9 juillet. Séances qui devront de toute façon aboutir à la signature d’un accord avant la mi-juillet, car la ministre l’a demandé.

Giulia Gandolfi
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Exercice mixte

400 généralistes tentés par l'exercice mixte pourraient rejoindre les hôpitaux de proximité dès 2019

Pour retrouver une offre de médecine générale dans les territoires qui en sont dépourvus, le gouvernement mise sur le recrutement de 400 omnipraticiens dans les hôpitaux de proximité. Les premiers...Commenter

[VIDEO] Un maire généraliste veut forcer les remplaçants à s'installer, ils lui répondent

 - [VIDEO] Un maire généraliste veut forcer les remplaçants à s'installer, ils lui répondent-0

La santé n’est pas le sujet numéro 1 du Grand débat national, il est même absent des thèmes prioritaires pointés par Emmanuel Macron. Mais... 12

L'Autorité de la concurrence veut revenir sur l'interdiction de publicité pour les médecins

Publicité

Les médecins seront-ils un jour autorisés à faire de la pub ? Après le conseil d’État, l’Autorité de la concurrence ouvre, à son tour, la... 6

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir