C’est arrivé le… 4 avril 1553

C’est arrivé le… 4 avril 1553

04.04.2014
  • C’est arrivé le… 4 avril 1553 - 1

    C’est arrivé le… 4 avril 1553

Mort de François Rabelais, auteur de « Gargantua » et « Pantagruel », mais aussi médecin émérite. Moine, traducteur, écrivain, médecin… François Rabelais, alias Alcofribas Nasier – son anagramme exact – fut un homme protée. Oubliant le littérateur que l’on peut considérer comme l’inventeur du roman moderne, nous allons nous intéresser dans le cadre de cette chronique à l’estimable médecin qu’il fut.

Né entre 1483 et 1494, à La Devinière, un petit village des environs de Chinon, Rabelais s’inscrit le 17 septembre 1530 à la Faculté de Montpellier et obtient son titre de chevalier six semaines plus tard. Il a choisi pour son sujet de cours de stage l’explication des « Aphorismes » d’Hippocrate et de l’«Ars Parva » de Galien. Notons qu’il préféra utiliser le manuscrit grec de ses ouvrages plutôt que la vulgate latine dérivant de traductions arabes. Curieux de tout, Rabelais s’intéresse aussi à l’anatomie, assistant à une dissection pratiqué par Rondelet, et à la botanique médicale professée alors à Montpellier par Guillaume Pellicier.

En 1532, année où il publie le premier livre de « Pantagruel », on retrouve Rabelais à Lyon où Le 1er novembre, il est nommé médecin attachéde l'Hôtel-Dieu de Notre-Dame de la Pitié du Pont-du-Rhône.

Durant son séjour dans la capitale des Gaules, Rabelais va publier chez l’imprimeur Sébastien Gryphe « Les Lettres médicinales » de Manardi consacrées à divers auteurs médicaux de l’Antiquité.

Le 22 mai 1537, il reçoit la licence et le doctorat à Montpellier et en 1539 devient médecin de Guillaume du Bellay, frère du cardinal, gouverneur du Piémont.

En 1546, à la mort annoncée de François 1er, l’auteur du «Quart Livre » craignant de perdre ses protecteurs se réfugie à Metz dont il devient le médecin de la ville pendant un an.

Celui qui invitait son lecteur à « rompre l’os et sucer la substantifique moelle » mourut le 4 avril 1553. Génial écrivain, il fut aussi un médecin très investi dans sa tâche comme en atteste cette phrase : « Par fréquentes anatomies (dissections), acquiers-toi la parfaite cognoissance de l'autre monde qui est l'homme ».

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Visite à domicile

À Niort, quatre médecins lancent un service de visite à domicile

À Niort (Deux-Sèvres), deux médecins en activité et deux jeunes confrères sur le point de présenter leur thèse, ont lancé lundi 21 janvier l'association « SOS Niort 79 », pour répondre aux demandes...4

L'aspirine en prévention primaire : le Jama pointe les risques de saignements majeurs

Aspirine

Un nouveau travail, publié par le Jama, montre qu'en prévention primaire, les bénéfices cardiovasculaires de l'aspirine sont contrebalancés... Commenter

La téléconsultation permet aux patients chroniques de voir plus souvent leur médecin traitant selon une étude

.

La téléconsultation dans le cadre du parcours de soins est remboursée depuis le 15 septembre dernier mais cette pratique est encore à la... 1

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir