C’est arrivé le… 3 avril 1838

C’est arrivé le… 3 avril 1838

03.04.2014
  • C’est arrivé le… 3 avril  1838 - 1

    C’est arrivé le… 3 avril 1838

Mort de Francesco (François) Antommarchi, denier médecin de Napoléon 1er à Saint-Hélène. Compatriote de Napoléon Bonaparte, Antommarchi est né à une cinquantaine de kilomètres de Bastia, à Morsiglia, un petit village du Cap Corse, le 5 juillet 1780.

En 1812, il obtient son dîplôme de chirurgien à l’université de Florence alors qu’il avait déjà été reçu docteur en philosophie et en médecine à l’université de Pise en 1808.

Prosecteur d’anatomie à l’hôpital Sainte-Marie-Nouvelle de Florence, dans le service du Pr Paolo Mascagni, il est loin de faire l’unanimité, ses contemporains écrivant de lui : « Je tiens de source sûre qu'il possède plus de talent pour l'intrigue que de connaissances médicales. Il a beaucoup d'audace et, pour cette raison, il donne généralement l'impression d'être plus capable qu'il ne l'est ». Anatole France dira meme de lui plus tard qu'il était « Italien et apothicaire de comédie ».

En décembre 1818, à la demande de Madame Mère, Letizia, et de son oncle, le cardinal Fesch, Antommarchi est pressenti pour devenir le médecin de l’empereur en exil et remplacer le Dr Brabdy O’Meara, un Irlandais soupçonné d’avoir fait parvenir un journal secret à un agent de Napoléon en poste à Londres et expulsé pour cette raison de l’îlot.

Antommarchi débarque à Longwood en septembre 1819, alors que Napoléon souffre depuis deux ans de douleurs « cruelles » du foie. Ses jambes étaient en permanence enflées, son teint cireux et ses urines foncées et nauséabondes…

Antommarchi était arrive à Saint-Hélène flanqué de deux prêtres dont l’un, l’abbé Vignali se piquait d’avoir des connaissances médicales. Napoléon lui interdit vite toute velleité de soigner qui que ce soit « fut-ce le dernier des Chinois » et lui intima « de se limiter à ses devoirs écclésiastiques ».

«Je lui lègue vingt francs pour acheter une corde pour se pendre »

Antommarchi n’inspiræ pas plus confiance à l’Empereur qui le traitait d’«impudent carabin ». En avril 1821, alors que la maladie de Napoléon évolue inéxorablement l’Empereur ne veut plus d’Antommarchi et demande à être soigné par le médecin anglais Arnott : « C’est un imbécile ! Quelqu’un a-t-il été plus mal soigné que moi par lui ! ». Et ajoute parlant de son compatriote corse : « qu'il passe tout son temps avec ses catins ; qu'il les foute par devant, par derrière, par la bouche et les oreilles. Mais débarassez-moi de cet homme là qui est bête, ignorant, fat, sans honneur. […] J'ai fait mon testament, je lègue à Antommarchi vingt francs pour acheter une corde pour se pendre.

Mais, finalement, Antommarchi va accompagner jusqu’au bout Napoléon dans son agonie, L’Empereur lui demande le 2 mai 1821 de pratiquer son autopsie après sa mort : « Rappelez-vous ce que je vous ai chargé de faire lorsque je ne serai plus. Faites avec soin l'examen anatomique de mon corps; de l'estomac surtout. Les médecins de Montpellier avaient annoncé que le squire au pylore serait héréditaire dans ma famille. Leur rapport est, je crois, dans les mains de Louis, demandez-le, comparez-le avec ce que vous aurez observé vous même : que je sauve au moins mon fils (le duc Reichstadt) de cette cruelle maladie. Vous le verrez, Docteur, vous lui indiquerez ce qu'il convient de faire; vous lui épargnerez les angoisses dont je suis déchiré : c'est un dernier service que j'attends de vous ».

Le samedi 6 mai 1821, Napoléon rend l’âme à 6 heures moins onze minutes. Antommarchi relate ainsi la dernière journée de souffrances du souverain : « La nuit est extrêmement agitée. Napoléon est toujours dans le délire. Borborygmes, météorisme abdominal, refroidissement du corps, œil fixe, lèvres fermées et contractées. Forte agitation des ailes du nez. Adynamie la plus complète. Il parle avec peine, profère des mots inarticulés, interrompus, laisse échapper ceux de : "tête armée." Ce furent les derniers mots qu'il prononça. Il ne les avait pas fait entendre qu'il perdit la parole.Tiraillements spasmodiques auprès de l'épigastre et de l'estomac, profonds soupirs, cris lamentables, mouvements convulsifs qui se terminent par un sinistre et bruyant sanglot ».

Après être devenu inspecteur general des hôpitaux polonaise en 1831, Antommarchi émigra en Louisiane en 1834Après un court passage au au Mexique, il s’installa à Cuba où il se spécialisa dans l’opération de la cataracte. Le dernier médecin de Napoléon mourut à Santiago en 1838 après avoir contracté la fièvre jaune

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Lazimi

Le Dr Gilles Lazimi, pionnier dans la lutte contre les violences faites aux femmes

« Un homme violent avec sa femme, ce n’est pas un bon père » ; « Un monsieur qui frappe sa femme et les enfants qui regardent derrière c’est de la maltraitance », etc. Dans le petit bureau du...3

Les dossiers qui ont marqué l'année L’échographie en médecine générale : gadget ou révolution ?

Sonde echographie

L’échographie deviendra-t-elle aussi indispensable que le stéthoscope dans les cabinets de médecine générale ? Sans aller jusque-là, tout... 2

Zoom en vidéo [Vidéo] Google AI travaille sur le diagnostic des cancers

Google AI

D'ici quelques années, verra-t-on arriver dans nos établissements de santé des appareillages de la marque Google ? Les premiers instruments... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir