Cellules STAP "pluripotentes" : la chercheuse japonaise blâmée par ses pairs

Cellules STAP "pluripotentes" : la chercheuse japonaise blâmée par ses pairs

01.04.2014

Le verdict de ses pairs est tombé mardi pour Haruko Obokata, chercheuse japonaise soi-disant "créatrice" de cellules pluripotentes dites STAP, qui a été accusée mardi d'irrégularités et menacée de sanctions. Le comité scientifique d’enquête a en effet estimé que "les actions de Mme Obokata et la façon bâclée dont elle a géré ses notes nous conduisent à conclure qu'elle manque non seulement de sens éthique mais aussi d'humilité et d'intégrité". Cette diatribe impitoyable a été prononcée lors d'une conférence de presse par le président du comité d'enquête de l'institut Riken, le professeur Shunsuke Ishii, qui dit n'avoir jamais eu affaire à un cas pareil.

Patronne d'une unité de recherche du Riken, Haruko Obokata a publié en janvier en deux volets dans la revue scientifique britannique Nature une thèse présentant une méthode de création de cellules pluripotentes à partir de cellules matures. Le procédé, à première vue potentiellement révolutionnaire pour la médecine régénérative, consistait à stimuler des propriétés de défense de cellules soumises à un stress particulier (bain dans une solution légèrement acide, passage dans une centrifugeuse et séjour dans une solution de culture). Le but: les faire revenir à un stade antérieur, quasi embryonnaire, sans passer par des manipulations génétiques.

Mais peu après, un des co-auteurs a contesté la publication, au motif qu'une partie des données publiées étaient fausses. "Si les irrégularités relevées par le comité d'enquête sont confirmées à la suite d'éventuelles procédures d'appel, je recommanderai le retrait de la publication. Des sanctions fermes, mais justes, seront alors prises sur les recommandations d'une commission disciplinaire", a prévenu mardi le président du Riken, le prix Nobel Ryoji Noyori. La jeune femme, encensée par les médias lorsqu'elle a présenté ses travaux, n'apparaît désormais plus nulle part. Elle s'est cependant fendue mardi via des tiers d'un commentaire peu amène à l'égard de ses pairs qui ont remis en cause ses travaux."C'est inacceptable. Je suis atterrée et furieuse", a-t-elle déclaré en faisant part de son intention de déposer une objection officielle auprès du Riken.-

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir