Vrais malades, mais fausses identités : une filière ghanéenne démantelée en région parisienne

Vrais malades, mais fausses identités : une filière ghanéenne démantelée en région parisienne

31.03.2014

Une filière de ressortissants ghanéens a été démantelée à la mi-mars en région parisienne et à Evreux (Eure) mettant en cause de vrais malades qui, sous de fausses identités et avec la complicité de médecins, obtenaient des titres de séjours à foison, a-t-on appris lundi de source policière. Le 11 mars, les policiers de l'Office central pour la répression de l'immigration irrégulière et de l'emploi d'étrangers sans titres (Ocriest) ont démantelé, selon cette source, une "structure organisée favorisant l'obtention frauduleuse de titres de séjour au profit de la communauté ghanéenne" et interpellé vingt cinq personnes "impliquées en qualité d'organisateur, de complices, de logeurs ou de bénéficiaires" dans celle-ci.

L'enquête avait débuté en janvier 2013 et a permis d'établir que des ressortissants ghanéens, porteurs de pathologies avérées, se rendaient à plusieurs reprises en consultation médicale sous des identités différentes. En réalité, selon la police, ils empruntaient celles de bénéficiaires de la filière et se soumettaient, contre rémunération, aux examens médicaux liés à la constitution de dossiers de demandes de titres de séjour au titre de l'aide médicale. Il suffisait ensuite à chaque bénéficiaire de la présumée fraude de se rendre en préfecture afin d'y effectuer les démarches d'obtention du titre de séjour. En contre-partie, ils devaient s'acquitter d'une somme de 4.000 euros. Les investigations ont montré que les présumés organisateurs agissaient "avec la nécessaire complaisance" de médecins établis en région parisienne. Cette filière était alimentée en documents falsifiés ou authentiques, obtenus par l'intermédiaire d'un diplomate ghanéen basé en Espagne, ainsi qu'en permis de conduire libériens fournis par un faussaire local. La plupart des interpellés ont été libérés, certains pour raisons médicales, a dit la source. Sept d'entre eux ont été mis en examen. Deux ont été placés sous contrôle judiciaire, les cinq autres écroués.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

La télémédecine pourrait réduire significativement les dépenses de santé, selon une étude

La télémédecine est souvent présentée comme une solution aux déserts médicaux mais permettra-t-elle aussi de faire des économies sur les dépenses de santé ? L'Association des laboratoires japonais...3

Dépistage des cancers cutanés : le seul examen visuel ne suffit pas

Mélanome malin

À l’heure où s’ouvre à Paris le congrès annuel de la société française de dermatologie, cette revue Cochrane tombe à pic. Selon la conclusio... Commenter

Après l'enquête ‘Implant Files’, les industriels répondent

Radiographie du thorax d'un homme atteint de cardiomégalie montrant un pacemaker ou stimulateur cardiaque

Suite à l’enquête journalistique internationale « Implant Files » dénonçant les défauts d’évaluation, de surveillance et de traçabilité des... 1

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir