Sondage - Les médecins traitants (encore) plus fiables qu’Internet

SondageLes médecins traitants (encore) plus fiables qu’Internet

25.03.2014
  • Les médecins traitants (encore) plus fiables qu’Internet - 1

    Les médecins traitants (encore) plus fiables qu’Internet

Les Français se déclarent, cette année, mieux informés en matière de santé que l’an passé, selon le dernier Baromètre annuel du Collectif interassociatif pour la santé (CISS), publié le 20 mars. Cependant, si une part croissante d’entre eux reconnaît l’intérêt des informations disponibles en ligne, le corps médical reste le premier acteur vers lequel les Français se tournent, loin devant Internet. Ils sont ainsi 57 % (+4 % par rapport à 2013) à être d’accord avec l’idée que ces informations permettent d’être mieux informé pour dialoguer avec le médecin. Ils demeurent néanmoins une minorité, même si en croissance de 5 points, à considérer que les informations disponibles sur la toile permettent de contester l’avis de leur médecin (38 %) ou encore de se soigner seul par autodiagnostic ou automédication(31 %, +8).

Le médecin traitant plébiscité par les Français

En matière de conseil pour choisir un professionnel ou un établissement de santé, le corps médical conserve le quasi-monopole de la confiance des Français, loin devant Internet. Ils ne sont ainsi que 3 % à chercher en premier des renseignements sur Internet, quand ils sont 86 % (en hausse de 6 points) à demander d’abord conseil à leur médecin traitant (79 %, +8), un médecin spécialiste (5 %, -3) ou à leur pharmacien (2 %, +1). Les membres de la famille, amis ou collègues, arrivent dans une très lointaine deuxième position (9 %, -6). Au global, la quasi-totalité des Français (97 %) déclarent qu’ils demanderaient conseil à un membre du corps médical, et à l’écrasante majorité à leur médecin traitant (94 %).

Refus de soins, dessous de table...

Par ailleurs, le Baromètre du CISS relève que 4 % des Français ont déjà été confrontés à un refus de soin, une part qui atteint 9 % parmi les malades en ALD et 12 % parmi les ouvriers. Enfin, on notera que 5 % des Français (et 8 % des patients en ALD) ont déjà été confrontés à une demande de « dessous de table » de la part d’un professionnel de santé.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les portraits de l'été Aviscène, la médecine à la vie comme à la scène

« Aviscène » est un interne boute-en-train. Étudiant en médecine à la vie, Youtubeur et comédien à la scène, Aviscène (il souhaite rester anonyme) est un hyperactif et cela s'entend dans son...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Un dépistage organisé… mais à deux vitesses

Photo lead

Lancé mi-mai, le programme de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus cible surtout les femmes qui échappent au dépistage.... 1

Zoom en vidéo [Vidéo] Selon la revue Science, des gènes s'activent après la mort

Gènes

Chez des souris et des poissons zèbres, des chercheurs ont étudié l'activité de plus de 1000 gènes qui sont actifs dans les 4 jours après... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir