C’est arrivé le… 24 mars 1897

C’est arrivé le… 24 mars 1897

24.03.2014
  • C’est arrivé le… 24 mars 1897 - 1

    C’est arrivé le… 24 mars 1897

Naissance de Wilhelm Reich, psychiatre et psychanalyste autrichien, auteur notamment de « La Révolution sexuelle » et de « La Fonction de l’orgasme ». Né en 1897 à Dobrzcynica, en Autriche-Hongrie (aujourd’hui en Ukraine). Reich est né dans une famille juive athée. Son père, riche fermier, lui fait donner une éducation à domicile jusqu’à l’âge de 13 ans.

C’est alors que survient le premier élément marquant de sa vie : le suicide de sa mère qu’il a provoqué involontairment en révélant à son père la liaison de celle-ci avec un de ses précepteurs. Son père meurt l’année suivante et alors qu’éclate la Première Guerre mondiale, il fuit, âgé de 17 ans, sa ville natale à l’arrivée de l’armée russe. « Je ne revis jamais ma terre natale, ni mes biens. De mon passé, il ne m’est rien resté », écrira-t-il plus tard dans « Passion of youth ».

Après avoir combattu durant la guerre sur le front italien, Reich entame des études de médecine puis de psychitrie à Vienne. C’est là qu’il rencontre Sigmund Freud qui lui offre deux de ses livres et l’intègre dans son séminaire de psychanalyse dont il devient très vite le sous-directeur.

En 1927, il publie « La Fonction de l’orgasme » qu’il dédie à Freud et où il clarifie les concepts d’« économie sexuelle » et de « caractère génital ».

À la même époque, Reich forme des médecins et des infirmiers pour aider la pouplation défavorisée des quartiers pauvres de la capitale autrichienne, s’étant rendu compte que la plupart des névroses avaient une origine socio-économique (problèmes de logement, indépendance économique de la femme, difficultés de contraception).

En 1930, Reich va s’installer en Allemagne et adhère aussitôt au Parti Communiste, le KPD, et donne des cours de sexologie à l’école marxiste des travailleurs, contribuant à la theorisation du freudo-marxisme.

Ses relations avec Freud, jusque-là très amicales, vont se degrader quand Reich va remmettre en question la théorie de son maître à propos d’Eros et Thanatos. selon Reich, Thanatos – « l'instinct de mort » – permettant à la psychanalyse de justifier le masochisme et la compulsion de répétition — n'est qu'une pulsion secondaire acquise au cours de la vie du souffrant, et non pas primaire comme le prétend Freud.

1933 est une année noire pour Reich : arrive des Nazis au pouvoir, exclusion de l’Association psychanalytique international et du parti communiste allemand.

Reich n’a d’autres ressources que de fuire l’Allemagne hitlérienne. Il revient à Vienne qu’il quitte presque aussitôt devant l’hostilité croissante des milieux psychanalytiques. À l'invitation de Leunbach, l'un des fondateurs de la Ligue mondiale pour la réforme sexuelle, il se rend au Danemark mais des « manœuvres staliniennes » du parti communiste danois le font rapidement expulser.

Les pérégrinations de Reich se poursuivent en Suède et en Norvège où il forme une nouvelle équipe composée de médecins, d’un psychanalyste mais aussi d’un ingénieur en électricité et leurs travaux vont aboutir en 1937 à la publication d’une « Étude expérimentale de la fonction électrique de la sexualité ».

En 1939, on retrouve Wilhelm Reich en Angleterre où il fait la connaissance du célèbre ethnologue, Bronislaw Malinowski, spécialiste des tribus mélanésiennes, don’t les travaux sur l'évolution du matriarcat au patriarcat et l'influence primordiale des conditions économiques sur les pratiques sexuelles au sein de ces sociétés primitives rejoignent les théories qu’il avait émises dans « L'Irruption de la morale sexuelle » publié sept ans auparavant. A l’aune de cette rencontre; se decide à réécrire son ouvrage qu’il amende notablement.

Invité par Malinowski, Reich s’embarque le 19 août 1939 pour les Etats-Unis. Il s’installe à à New York où il enseigne la psychiatrie et l'analyse caractérielle à la New School for Social Research. il exerce également comme psychiatre-psychanalyste dans son cabinet privé.

Après une perquisition du FBI dans son appartement, Reich passe quelques jours en prison entre le 25 décembre 1941 et le 5 janvier 1942.

En 1945, Reich deviænt propriétaire d’un grand domaine dans l’Oregon qu’il baptise « Orgonon » et où il implante son « Orgone Energy Clinic » destiné au dépistage des maladies énergétiques (biopathies), et l'« Orgonomic Infant Research Center » consacré à l'étude de l'enfant depuis le stade prénatal jusqu'à l'adolescence.

Le 15 décembre 1950, Reich enferme une aiguille de radium soigneusement isolée par une couche de plomb dans un de ses accumulateurs. C’est le début de l’expérience ORANUR (Orgonotic Anti-Nuclear Radiation). Avec celle-ci, Reich veut vérifier si l'orgone concentré peut contrer les effets mortifères des radiations atomiques. L’expérience va tourner au désastre , le lieu devenant inhabitable après un accident énergétique.

Reich propose aussi à des patients volontaires un traitement expérimental pouvant les aider à mieux vivre leur cancer, ses patients s'irradiant dans un « accumulateur d'orgone » en bénéficiant parallèlement d'une « végétothérapie caractério-analytique ».

Toutes ces recherches valent à Reich des critiques de plus en plus fortes de la communauté scientifique qui considère que experiences de Reich mettent les maladies en danger en les privant de thérapie. Attaqué de toutes parts, traité de charlatan par les psychiatres et de schizophrène par les psychanalystes ou encore de fou et de lubrique, Reich s'enfonce dans la folie, se croyant victime du grand MODJU, c'est-à-dire des fascistes rouges. Il avait crée ce mot de MODJU à partir de MO (cenigo), personnage anonyme qui avait livré Giordano Bruno à l'Inquisition et de DJOU(gachvili), c’est-à-dire Joseph Staline...

En 1955, après une enquête de La Food and Drug Administration, un tribunal du Maine interdit la location des accumulateurs d'orgone aux États-Unis. Refusant ces injonctions, Reich est arrêté deux fois. Jugé une première fois, il refuse de comparaître à nouveau jugeant qu'il n'est pas de la compétence d'un tribunal civil de statuer sur découverte scientifique. Condamné pour outrage à la cour à deux années d'emprisonnement Reich meurt durant son inc arcération d'une crise cardiaque le 3 novembre 1957.

Quelques mois plus tôt, il avait envoyé depuis sa prison ces mots à son fils Peter : « Je suis fier de me retrouver en si bonne compagnie avec les Socrate, Christ, Giordano Bruno, Galilée, Moïse, Savonarole, Dostoïevski, Gandhi, Nehru, Mindszenty, Luther et tous les autres qui combattirent contre le démon de l'ignorance, les décrets illégitimes et les plaies sociales… Tu as appris à espérer en Dieu comme nous avons compris l'existence et le règne universels de la Vie et de l'Amour ».

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

« Je ne demande pas aux médecins de travailler plus (...) mais il faut mieux organiser les soins sur les territoires», lance Buzyn

La ministre de la Santé a réaffirmé ce vendredi son intention de revoir l'organisation du système de santé pour prendre plus efficacement en charge la population. ...10

DPC : 30 000 généralistes se sont inscrits à une action indemnisée en 2017

DPC

Les généralistes ne sont pas beaucoup plus nombreux à se former mais ils se forment plus ! Tel est le bilan que l'on peut tirer en étudiant... Commenter

Antoine Durrleman, 6e chambre de la Cour des comptes « La médecine libérale doit être mieux présente sur le territoire »

Durrleman

Le président de la 6e chambre de la Cour des comptes assume les mesures coercitives du récent rapport qu’il a piloté sur l’avenir de... 2

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir