Cholestérol - La prévention primaire « à l’américaine » en question

CholestérolLa prévention primaire « à l’américaine » en question

21.03.2014
  • La prévention primaire « à l’américaine » en question - 1

    La prévention primaire « à l’américaine » en question

Voilà qui pourrait relancer le débat suscité à l’automne dernier par les nouvelles recommandations américaines sur le cholestérol. Selon une estimation publiée mercredi dans le NEJM, si ces guidelines étaient appliquées à la lettre, près d’un adulte sur deux de plus de 40 ans (48,6%) pourrait se retrouver sous statine Outre atlantique. Soit près de 13 millions de patients supplémentaires par rapport à aujourd’hui.

Publiée début Novembre, ces recos conjointes de l’American Collège of Cardiology (ACC) et de l’American Heart Association (AHA) proposent de recentrer l’usage des statines sur les patients à risque d’athérosclérose en s’affranchissant davantage des valeurs de LDL-cholestérol. Si la mesure a été plutôt saluée en prévention secondaire, elle est loin de faire l’unanimité en prévention primaire. Car dans ce dernier cas, les auteurs proposent de repérer les patients éligibles aux statines avec un nouveau score de risque jugé beaucoup trop large par de nombreux experts.

Des recos plus sensibles mais moins spécifiques

De fait, confirme l’étude du NEJM, avec ce nouveau score, les prescriptions de statines augmenteraient essentiellement chez des patients sans maladies cardiovasculaires âgés de 60 à 75 ans. Avec dans cette population une hausse des prescriptions de 30,4% à 87,4% chez les hommes et de 21,2 à 53,6% chez les femmes. Globalement, par rapport aux patients actuellement traités en prévention primaire, les nouvelles « recrues » seraient davantage hypertendues mais beaucoup moins hypercholestérolémiques.

Comparé à ce qui se faisaient jusque là outre atlantique, « ces nouvelles guidelines préconisent donc l’usage de statines chez davantage d'adultes à risque d'événements cardiovasculaires ultérieur (d’où une sensibilité élevée) mais incluent également beaucoup de sujets peu susceptibles d'événements futurs (spécificité inférieure) » résument les auteurs de l’étude.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
PNNS

Le bio, les fruits à coques, les légumes secs entrent dans la nouvelle recette du PNNS

Depuis la création des premiers « repères nutritionnels » en 2001, les connaissances sur l’alimentation et l’activité physique ont évolué. À la suite des avis récents de l’Agence nationale de...1

La vaccination antigrippale en pharmacie sera bien étendue à toute la France en 2019

.

Les personnes pour qui la vaccination contre la grippe est recommandée pourront se faire vacciner dans toutes les pharmacies de France dès... 2

Coercition : Agnès Buzyn défend une réforme structurelle plutôt que la contrainte

Agnès Buzyn

Les cahiers de doléances, mis en place dans le cadre du Grand débat, font ressortir un constat clair : les Français considèrent que la... Commenter

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir