Les infarctus chez les femmes, moins bien et moins vite détectés

Les infarctus chez les femmes, moins bien et moins vite détectés

18.03.2014
  • Les infarctus chez les femmes, moins bien et moins vite détectés - 1

    Les infarctus chez les femmes, moins bien et moins vite détectés

Les femmes auraient plus de risques de décès pour infarctus. En cause une moins bonne prise en charge et une confusion avec la crise d’angoisse.

C’est ce que révèle une étude des chercheurs de l’Université McGill de Montréal publiée lundi dans le Journal de l’Association médicale canadienne. Les chercheurs ont travaillé sur un panel de 1123 patients, âgés de 18 à 55 ans hospitalisés dans des hôpitaux canadiens, américains ou suisses. Atteints de syndrome coronarien aigu, ils ont répondu au questionnaire dans les 24 heures suivant leur admission. Les femmes du panel, d’origine plus modeste, présentaient plus de risques de diabète et d’hypertension artérielle, avaient des antécédents de maladies cardiaques dans leurs familles, et étaient plus sujettes à la dépression et à l’anxiété.

Un délai de prise en charge plus long

L’étude constate que les électrocardiogrammes et les défibrillations sont réalisés plus rapidement sur les hommes que sur les femmes. Pour l’électrocardiogramme par exemple un homme attend en moyenne 15 minutes, contre 21 minutes pour une femme, pour une défibrillation c’est 28 minutes pour un homme et 36 pour une femme. Comme explication l’étude avance le fait qu’en général, les personnes se présentant aux urgences pour des douleurs thoraciques, autres que cardiaques, sont plus souvent des femmes. De plus la prévalence du syndrome coronarien aigu est plus faible chez les femmes.

L’étude montre également qu’homme ou femme, les patients anxieux attendent de manière générale plus longtemps, tout comme les hommes présentant « des traits de genre » dits « féminins ».

La chercheuse principale de l’étude Louise Pilote conclut donc que « ces résultats suggèrent que le personnel affecté au triage est plus porté à écarter l'origine cardiaque du malaise chez les femmes qui présentent des symptômes d'anxiété ».

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
G Perez

Les portraits de l'été Le Dr Perez veut aider les diabétiques à échapper aux médicaments grâce à l’activité physique

« Les patients diabétiques n’ont pas d’équilibre alimentaire et ne font pas d’activité physique. Cela fait naître la maladie, avant de l’entretenir. » Tel fut le premier constat du Dr Gaëlle Perez,...4

Les dossiers qui ont marqué l'année Le cloud, ennemi du secret médical ?

Visu Lead p10-12

Applis santé, objets connectés, services de rendez-vous en ligne... À l’ère du tout numérique, les données de santé n’ont jamais été aussi... Commenter

Zoom en vidéo [Vidéo] Exposition des adolescents à la pornographie : une hausse inquiétante, alertent les gynécologues

adolescent et ordinateur

C’est un appel solennel qu’a souhaité lancer aujourd’hui le collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) : face à... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir