C’est arrivé le… 17 mars 1930

C’est arrivé le… 17 mars 1930

17.03.2014
  • C’est arrivé le… 17 mars 1930  - 1

    C’est arrivé le… 17 mars 1930

Inauguration de l’Institut du Cancer (section des laboratoires) par le président de la République, Gaston Doumergue. « Abondance d'air et de lumière, confort, relations faciles des services entre eux, selon les exigences de l'hospitalisation, de la recherche et de l'instruction médicale, telles seront les caractéristiques des futurs bâtiments. » Gustave Roussy, anatamopathologiste d’origine suisse désirait depuis le début des années 1920 créer un institut du cancer à Villejuif, loin des fumées d’usines, à l’air pur de la région d’Arcueil-Cachan.

Roussy avait déjà créé en 1921 la première consultation pour les malades atteints de cancer à l’hôpital Paul-Brouss de Villejuif, dans le service du Pr Jean Lhermitte. C'est en visitant plusieurs instituts de pathologie allemands que l'idée que Roussy avait pressenti l’utilité de centres spécialisés contre le cancer.

Le 14 novembre 1925, par délibération du conseil general de la Seine, le Centre régional de lutte contre le cancer de la banlieue parisienne voit le jour, installé à côté de l’hôpital Paul-Brousse, et Roussy en est nommé directeur le 17 novembre.

Un an plus tard, le centre est reconnu d’utilité publique et devient Institut du cancer de la faculté de médecine de Paris à Villejuif. La structure comprend deux sections, des laboratoires et un hôpital. Le financement de la construction et du fonctionnement de l'Institut est assuré à la fois par des fonds publics et privés.

Le 17 mars 1930, le président de la République, Gaston Doumergue, inaugure la Section des laboratoires de l’Institut du cancer, la section hospitalière étant inaugurée pour sa part en 1934 par Albert Lebrun.

Gustave Roussy qui avait mesuré très tôt la part croissante des radiations ionisantes dans le traitement des tumeurs fut aussi à l’origine d’un laboratoire de cancérologie expérimentale où il travailla avec la radiobiologiste Simone Laborde, épouse de Albert Laborde, proche collaborateur de Pierre et Marie Curie.

Fait resté unique dans les annales, Gustave Roussy, après avoir été nommé doyen de la faculté de médecine en 1933, a eu le privilège d’être jusqu’à ce jour le seul médecin nommé recteur de l’Académie de Paris (en 1937).

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Plaque professionnelle vandalisée

Face à l'escalade de la violence contre les médecins, l'Ordre veut généraliser un système d'alerte

Ces dernières semaines, deux généralistes ont été les cibles d'agressions ultra-violentes. À Romainville (Seine-Saint-Denis), un confrère a été passé à tabac et s'est fait voler sa montre par un...1

Un médecin libéral sur dix cumule emploi et retraite, les généralistes moins adeptes que les autres spés

.

Face à la désertification médicale, les médecins prolongent leur activité au-delà de l'âge légal de la retraite. Une étude de la Direction... Commenter

L'ANSM dit oui au cannabis thérapeutique, le chemin vers sa légalisation encore long

.

Une première étape vers l'autorisation du cannabis thérapeutique vient d'être franchie en France. Le comité d'experts de l'Agence française... 1

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir