C’est arrivé le… 17 mars 1930

C’est arrivé le… 17 mars 1930

17.03.2014
  • C’est arrivé le… 17 mars 1930  - 1

    C’est arrivé le… 17 mars 1930

Inauguration de l’Institut du Cancer (section des laboratoires) par le président de la République, Gaston Doumergue. « Abondance d'air et de lumière, confort, relations faciles des services entre eux, selon les exigences de l'hospitalisation, de la recherche et de l'instruction médicale, telles seront les caractéristiques des futurs bâtiments. » Gustave Roussy, anatamopathologiste d’origine suisse désirait depuis le début des années 1920 créer un institut du cancer à Villejuif, loin des fumées d’usines, à l’air pur de la région d’Arcueil-Cachan.

Roussy avait déjà créé en 1921 la première consultation pour les malades atteints de cancer à l’hôpital Paul-Brouss de Villejuif, dans le service du Pr Jean Lhermitte. C'est en visitant plusieurs instituts de pathologie allemands que l'idée que Roussy avait pressenti l’utilité de centres spécialisés contre le cancer.

Le 14 novembre 1925, par délibération du conseil general de la Seine, le Centre régional de lutte contre le cancer de la banlieue parisienne voit le jour, installé à côté de l’hôpital Paul-Brousse, et Roussy en est nommé directeur le 17 novembre.

Un an plus tard, le centre est reconnu d’utilité publique et devient Institut du cancer de la faculté de médecine de Paris à Villejuif. La structure comprend deux sections, des laboratoires et un hôpital. Le financement de la construction et du fonctionnement de l'Institut est assuré à la fois par des fonds publics et privés.

Le 17 mars 1930, le président de la République, Gaston Doumergue, inaugure la Section des laboratoires de l’Institut du cancer, la section hospitalière étant inaugurée pour sa part en 1934 par Albert Lebrun.

Gustave Roussy qui avait mesuré très tôt la part croissante des radiations ionisantes dans le traitement des tumeurs fut aussi à l’origine d’un laboratoire de cancérologie expérimentale où il travailla avec la radiobiologiste Simone Laborde, épouse de Albert Laborde, proche collaborateur de Pierre et Marie Curie.

Fait resté unique dans les annales, Gustave Roussy, après avoir été nommé doyen de la faculté de médecine en 1933, a eu le privilège d’être jusqu’à ce jour le seul médecin nommé recteur de l’Académie de Paris (en 1937).

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... 1

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir