L’ordonnance de la HAS pour la durée de séjour en maternité

L’ordonnance de la HAS pour la durée de séjour en maternité

13.03.2014
  • L’ordonnance de la HAS pour la durée de séjour en maternité - 1

    L’ordonnance de la HAS pour la durée de séjour en maternité

La Haute autorité de Santé vient de préconiser des durées des séjours en maternité dans des recommandations publiées jeudi visant à mieux organiser l'accompagnement des jeunes mamans et de leur enfant une fois de retour à leur domicile. A partir de l'heure de naissance de l'enfant, la HAS recommande ainsi que la sortie standard se fasse entre 72 et 96 heures après un accouchement par voie basse et entre 96 et 120 heures après un accouchement par césarienne pour la naissance d'un nouveau-né unique sans complications.

Par ailleurs, la HAS recommande d'anticiper le retour à domicile en choisissant tôt un professionnel (sage-femme ou médecin) référent pour les jours qui suivent la sortie de la maternité. Ce professionnel est chargé de repérer des situations à risque et d'orienter la femme vers d'autres professionnels en cas de complication. Charge à lui aussi de conseiller les jeunes parents sur les soins à réaliser dans le premier mois de leur enfant.

Pour les quelques 800.000 accouchements pratiqués en France chaque année, la durée moyenne de séjour reste supérieur aux recos de la HAS et à la moyenne des pays développés : 4,3 jours contre 3,1 dans l’OCDE. Depuis 2013, un dispositif permet cependant d'améliorer la prise en charge, par des sages-femmes, de jeunes mamans à leur domicile, alors que les séjours à la maternité sont de plus en plus courts. Ce dispositif a été expérimenté dès 2010. Selon une étude de la Cnam, les premiers résultats concluaient à une durée de séjour des femmes de 3,98 jours, contre 4,16 jours pour les accouchements uniques et physiologiques en 2012.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
NC

Les députés suppriment le numerus clausus et rétropédalent sur le stage obligatoire en désert

L'Assemblée nationale a approuvé mardi la suppression, pour la rentrée 2020, du numerus clausus qui limitait depuis 1972 le nombre d'étudiants admis en deuxième année de médecine. ...Commenter

Prise en charge de l'homéopathie : la HAS peut officiellement lancer son évaluation

Granules

Chargée l'été dernier par le ministère de la Santé de se prononcer sur le « bien-fondé des conditions de prise en charge et du... 2

Implants pelviens : l'Ansm renforce la surveillance et les contrôles

Pelvis

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ne lâche pas l'affaire ! Elle vient d'informer qu'elle... Commenter

Gastro-entérologie LE SYNDROME DE CHILAÏDITI Abonné

Cliché 1

Le signe et le syndrome de Chilaïditi sont des entités rares et secondaires à une interposition colique entre le foie et le diaphragme... Commenter

Gynécologie L'ENDOMÉTRIOSE Abonné

Endométriose

Retards diagnostiques, mauvaise coordination dans la prise en charge : une grande marge de progrès demeure sur l’endométriose, pathologie... Commenter

A découvrir