C’est arrivé le…12 mars 1853

C’est arrivé le…12 mars 1853

12.03.2014
  • C’est arrivé le…12 mars 1853-1

    C’est arrivé le…12 mars 1853

Mort de Matthieu Orfila, pionnier de la toxicologie médico-légale. Né Mateu Josep Bonaventura Orfila i Rotger, Matthieu Orfila est né sur l’île de Minorque, dans l' archipel des Baléares, en 1787, où il commence ses études médicales sous la coupe d’un professeur d'origine allemande, Cook, qui lui enseigne « les mathématiques élémentaires, la physique presque expérimentale, la logique et un peu d'histoire naturelle ».

En septembre 1804, il va parfaire ses études à l’université de Valence, l’une des plus prestigieuses universités espagnoles avant de se rendre l’année suivante à Barcelone pour suivre les cours du Collège Royal de Chirurgie. Il suit aussi des cours de chimie qui sont pour lui l’occasion de publier un travail sur la composition de l’acide chlorydrique.

Arrivé à Paris Durant l’hiver 1807-1808, Orfila, pourvu d’une bourse pour étudier la minéralogie et la chimie, s’accointe avec un mécène qui lui permet d’utiliser son laboratoire où il commence à donner des cours de physique et chimie « tous les jours, excepté les dimanches, entre quatre et cinq heures du soir ».

Il fait aussi la connaissance de Vauquelin qui le tirera d’un mauvais pas quand , après la défaite de Napoléon à Baylen face à l’armée espagnole, tous les Ibères residant en France sont jetés en prison. Le célèbre chimiste, paré de son uniforme de membre de l’Institut, vient le libérer en répondant de sa conduite.

Orfila va publier en 1817 un manuel de chimie qui va lui apporter une notoriété internationale, son ouvrage étant rapidement traduit en anglais, espagnol et allemand. Naturalisé français le 24 décembre 1818, Orfila est nommé l’année suivante professeur de médecine légale à la Faculté de médecine de Paris.

En 1831, il est nommé doyen de la Faculté de médecine de Paris en remplacement d’Antoine Dubois, fonction qu’il occupera jusqu’en 1848.

A peine nommé, Orfila introduit de nombreux changements dans le fonctionnement de la faculté. Ainsi, il réforme l’enseignement medical, rendant obligatioire le baccalauréat es-sciences pour accéder au ttire de docteur en médecine et oblige les étrangers à passer les mêmes examens que les Français. Il abolit le titre d’officier de santé et rend plus difficile l’accès à l’agrégation.

En 1832, il propose la construction de pavillons de dissection. Il crée le Musée d'Anatomie Pathologique (Musée Dupuytren) en 1835 dans l’ancien réféctoire des Cordeliers, puis donne 60 000 francs pour la création du Musée d'Anatomie Comparée (devenu aujourd'hui le Musée Orfila), qui ouvre ses portes en 1845.

il fonde aussi l'Association de prévoyance des médecins et en devient le président...

Orfila était aussi, grâce à sa formation de chimiste, un grand expert en toxicologie et était souvent appelé comme expert auprès des tribunaux dans les procès d'empoisonnement. Ayant adopté un appareil créé par James Marsh en 1836 permettant de détecter l’arsenic, même en très petite quantité dans le foie ou dans le sang. Orfila pouvait ainsi affirmer que, grâce à cette invention, « désormais le crime sera poursuivi avec succès jusque dans son dernier refuge ».

Le procès le plus célèbre auquel participa Orfila fut l’affaire Lafarge où Marie Capelle était accusée d’avoir tué son mari, M. Lafarge, maître de forges, propriétaire d’un château en Corrèze, en lui faisant « déguster » un gâteau empoisonné.

Après trois expertises négatives, le ministère public de Tulle fit venir Orfila de Paris pour une nouvelle autopsie de Charles Lafarge. À la surprise générale, il décèle une quantité minime d’arsenic dans le corps de Lafarge. L'avocat de l'accusée, Me Théodore Bac, demanda alors au célèbre chimiste Raspail de réaliser une contre-expertise, mais, malheureusement celui-ci arrivera quatre heures après que le tribunal ait rendu sa sentence... Raspail ne put ainsi démontrer la présence « naturelle » de l’arsenic dans les os du corps humain, ce qui ne l’empêche pas de ridiculiser Orfila en affirmant haut et fort : « De l'arsenic… Mais on en trouverait partout, même dans le fauteuil du président ! ».

Le 19 septembre 1840, Mme Lafarge est condamnée aux travaux forcés à perpétuité et est incarcérée au bagne de Toulon avant que sa peine soit commué en détention criminelle à perpétuité. Relaxée par le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte en 1852 après qu’elle ait été frappée par la tuberculose.

Orfila se vengera quelques années plus tard de Raspail en le poursuivant pour exercice illégal de la médecine. Raspail fut condamné à quinze francs d'amende mais n'en continua pas moins ses consultations gratuites.

Matthieu Orfila est mort e 12 mars 1853, à l'âge de 66 ans et est inhumé au cimetière du Montparnasse à Paris.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
vaccins

Vaccination et aluminium, un article du Parisien sème le doute

Bombe à retardement ou pétard mouillé ? Dans son édition d’aujourd’hui le Parisien dévoile les conclusions « d’un rapport sérieux et inédit bouclé en mars mais jamais rendu public » sur la toxicité...Commenter

Saône-et-Loire : top départ pour le premier Centre départemental de santé qui recrute 30 généralistes salariés

.

C'est une première en France. La Saône-et-Loire a présenté ce mercredi lors de son assemblée départmentale la création de son Centre... Commenter

30 minutes d'activité physique évite un décès sur 12 !

sport

Un article du Lancet venant de paraître, indique qu’un décès sur 12 pourrait être évité, avec 30 minutes d’activité physique pratiquée cinq... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir