C’est arrivé le…10 mars 1944

C’est arrivé le…10 mars 1944

10.03.2014
  • C’est arrivé le…10 mars 1944 -1

    C’est arrivé le…10 mars 1944

Découverte d’un charnier au domicile du Dr Petiot. Depuis plusieurs jours, les habitants de la rue Le Sueur, dans le XVIe arrondissment de Paris, sont incommodés par les odeurs pestilentielles s’échappant d’une cheminée d’un hôtel particulier situé au n°21. Le 10 mars 1944, ils se décident donc à appeler les pompiers. Ceux-ci après avoir attendu vainement l’arrivée du propriétaire des lieux, le Dr Marcel Petiot, se décident à briser une fenêtre. Attirés par le ronflement d’une chaudière, ils descendent à la cave et découvrent, horrifiés, un empilement de corps dépecés prêts à être incinérés. Arrive alors Petiot qui, après s’être fait passé dans un premier temps pour son frère, se justifie auprès des policiers arrivés sur les lieux en expliquant qu’il s’agit là de cadavres de nazis qu’il s’apprêtait à faire disparaître… Une explication jugée suffisamment convaincante par les enquêteurs pour laisser libre Petiot qui en profite pour s’éclipser. Les investigations se poursuivent cependant au domicile de Petiot où 72 valises et 655   kilos d’objets divers sont retrouvés parmi lesquels le pyjama d’un petit garçon, René Kneller, signalé disparu comme ses parents et un mandat d’arrestation est lancé contre le sinistre docteur.

Marcel Petiot lors de son arrestation

Pendant ce temps, Petiot s’est engagé sous le pseudonyme de Valery dans les Forces Françaises de l’intérieur où devenu capitaine, il est affecté à la caserne de Reuilly. Petiot va finalement se trahir lui-même en demandant par lettre manuscrite un droit de réponse au journal Résistance qui avait publié un article intitulé : « Petiot, soldat du Reich ». La police retrouve ainsi sa trace et il est arrêté à la sortie d’une station de métro le 31 octobre 1944. Petiot sera jugé à partir du 18 mars 1946. 27 assassinats lui sont reprochés alors qu’il en revendique lui-même 63, persistant à affirmer qu’il avait « tué pour la France » en « éliminant » des collabos et des Allemands. Mais il est bien incapable d’expliquer comment le fameux pyjama du petit René a été découvert dans les valises d’effets volés retrouvées chez lui, ni comment des personnes innocentes figurant sur le fichier des personnes disparues soient au nombre de ses victimes…

« Tarifs de groupe »

En fait, il se révèlera que depuis 1943, Petiot, sous le nom du « Docteur Eugène » avait proposé à des personnes poursuivies par les Gestapo de les aider à passer en Argentine. Il leur demandait d’arriver de nuit rue Le Sueur avec valises, argent et bijoux pour payer leur passage. Aucun d’eux n’arrivera en Amérique du Sud... Les victimes de Petiot furent essentiellement des familles juives à qui il proposait des « tarifs de groupe » mais aussi des malfrats qui cherchaient à fuir la police. Au total, on estime que Petiot aurait soustrait l’équivalent de 30 millions d’euros à ses victimes...

Malgré tous les efforts de Me René Floriot, le grand ténor du barreau, Petiot est condamné à la peine de mort le 4 avril 1946.

Petiot sera guillotiné à la prison de la Santé le 25 mai 1946 à l’aube. A l’avocat général venu le réveiller pour lui annoncer son exécution, Petiot lui lance un « Tu me fais chier… » avant de dire à son bourreau devant la guillotine « ça ne va pas être beau ». Enfin, quand on lui demanda s’il avait une dernière chose à déclarer, il se contenta d’un « Je suis un voyageur qui emporte ses bagages »

(voir un extrait du film « Docteur Petiot » de Christian de Chalonge, avec Michel Serrault dans le rôle-titre)
 

 

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir