C’est arrivé le... 8 mars 1911

C’est arrivé le... 8 mars 1911

08.03.2014
  • C’est arrivé le... 8 mars 1911  -1

    C’est arrivé le... 8 mars 1911

Pour la première fois, les empreintes digitales servent d'outil aux policiers dans la détection du crime, alors qu'un individu suspecté de vol est mis en accusation à New York. A travers cet événément, c’est ici l’occasion de rendre homage à tous les médecins qui se sont intéressés aux dermatoglyphes (terme inventé en 1923 lors d’un congrès de l’Association Américaine des Anatomistes) du doigt…

L’anatomiste Marcello Malpighi fut ainsi le premier, dès le XIIe siècle, à identifier les papilles dermiques et les pores exocrines des crêtes dermiques. Par la suite, elles furent dessinées par l’anatomiste hollandais, Govard Bidloo, dans son ouvrage illustré comprenant 105 planches « Anatomia Humani Corporis » (« Ontleding des menschelyken lichaams ») publié en 1685.

C’est Nehemia Grew, médecin, morphologiste et botaniste anglais qui va décrire le premier scientifiquement les dermatoglyphes dans un rapport pour la Royal Society.

En 1823, L’anatomiste tchèque Jan (ou Johannes) Evangelista Purkinje fut le premier à réaliser, à l’occasion de sa these, la classification des empreintes digitales en neuf formes fondamentales.

En 1880, le médecin britannique Henry Faulds publie, alors qu’il est en poste au Japon, un article dans la revue Nature sur l’intérêt d’utiliser les empreintes pour l’identification des criminels et est le premier à identifier des traces sur un flacon. Fort de sa découverte, il voulut en faire part à Charles Darwin qui, malade et se désintéressant du sujet lui donna les coordonnées de son cousin, sir Francis Galton, pionnier de l’eugénisme et des méthodes statistiques. Lui était passionné par le sujet au point d’avoir consacré dix ans de sa vie aux empreintes digitales et de publier un ouvrage « Fingerprints » où il montre la permanence et l’unicité des formes cutanées et établit que la probabilité que deux êtres humains aient les mêmes empreintes est de 1 sur 64 milliards.

En France, c’est à travers les travaux du criminologiste Alphonse Bertillon que les empreintes digitales sont devenues un élément de preuve dans les enquêtes policières. Les premiers fichies décadactylaires (10 doigts) et monodactylaires de la police française datent de 1904.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Pétition

IVG : une pétition réclamant le retrait de la clause de conscience récolte 40 000 signatures

Les propos anti-IVG du Dr de Rochambeau n’en finissent plus de faire des remous. Le 12 septembre, la maire adjointe des Lilas (Seine-Saint-Denis), Madeline Da Silva,  a lancé une pétition pour...8

[Vidéo] Avec 1 480 morts supplémentaires cet été, la canicule a tué 10 fois moins qu'en 2003

Canicule

Même avec 1 480 décès supplémentaires, la surmortalité qui a accompagné l’épisode caniculaire de cet été a été qualifiée de « limitée » par... 6

Les IPA démarrent leur formation, leur statut et rémunération restent flous

Table ronde de l'Ordre infirmier sur les Infirmiers en pratique avancée

Très attendues, les formations des infirmières en pratique avancée (IPA) ont débuté début septembre dans les Universités d'Aix-Marseille et... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir