Dépassements d’honoraires : qui a été condamné ?

Dépassements d’honoraires : qui a été condamné ?

07.03.2014
  • Dépassements d’honoraires : qui a été condamné ? - 1

    Dépassements d’honoraires : qui a été condamné ?

Les premières sanctions qui ont fait suite à l’entrée en vigueur de l’avenant 8 sur les dépassements d’honoraires sont tombées cette semaine. Trois médecins d’Ile-de-France et un médecin de PACA ont été sanctionnés, mardi, pour des dépassements qui ont été jugés excessifs par les commissions paritaires régionales (CPR). Mais alors que ces derniers seront interdits de dépassement pour deux mois, quatre médecins franciliens et un médecin de PACA, inculpés pour les mêmes raisons, ont, eux, été relaxés.

Les taux de dépassement des médecins franciliens condamnés

Quels taux de dépassements pratiquaient les médecins qui ont été condamnés par les CPR ? S’ils facturaient tous leurs actes à leurs patients au-delà de 350 % du tarif Sécu, leurs taux de dépassements étaient très différents d’un praticien à l’autre. Par exemple, les deux médecins à expertise particulière (MEP) franciliens qui ont été interdits de dépassements pratiquaient respectivement un taux de 382 et de 461 %. Le troisième médecin condamné, un gynécologue-obstétricien, pratiquait un taux de dépassement de 449 % du tarif Sécu.

Et de ceux qui ont échappé à la sanction

De façon inattendue, un confrère de la même spécialité que ce dernier et qui pratiquait exactement le même taux de dépassement a, lui, échappé à la sanction. En effet, son dossier a été retiré du fait de son âge. De la même façon, trois autres médecins franciliens, dont les dossiers ont été présentés, n’ont pas été condamnés. Il s’agit de deux gynécologues-obstétriciens qui pratiquaient des taux de 492 % pour l’un et de 507 % pour l’autre. Toujours du fait de leur âge, leurs dossiers n’ont pas été soumis au vote de la CPR. Ainsi que celui d’un chirurgien facturant un taux de dépassement de 576 % du tarif Sécu mais qui s’est engagé à baisser ce taux à 463 %.

Deux dossiers en PACA

Le médecin MEP (mode d’exercice particulier) qui a été condamné en région PACA pratiquait, lui, un taux de dépassement de 210 %. L’autre dossier, concernant un chirurgien qui pratiquait un taux de 350 %, a été retiré ce dernier s’étant engagé à baisser ses tarifs à 150 % du tarif Sécu.

Giulia Gandolfi
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 3

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir