Sida - Une forme injectable d’antirétroviraux protège des singes du VIH

Sida Une forme injectable d’antirétroviraux protège des singes du VIH

05.03.2014

L’administration par voie injectable d'un antirétroviral expérimental à effet prolongé - appelé GSK744 - sur six macaques femelles, les a protégées pendant plusieurs semaines du VIH. Ce virus leur ayant été ensuite administré par voie vaginale simulant ainsi un rapport sexuel. Un autre groupe de chercheurs a fait une expérience similaire avec seize macaques utilisant le même antirétroviral GSK744. Mais ils ont infecté cette fois l'anus de ces singes avec un virus humano-simien pour simuler des relations sexuelles anales. Les résultats ont été similaires. Aucun des singes qui ont eu un injection de l'antirétroviral a été infecté tandis que ceux traités avec un placebo ont tous été infectés. Ces résultats viennent d’être présentés à la Conférence annuelle sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI) qui se tient en ce moment à Boston (Massachusetts).

Des essais cliniques menées depuis ces dernières années ont montré que des personnes prenant quotidiennement de petites doses d'antirétroviraux peuvent réduire de plus de 90% le risque d'être infectée par un partenaire sexuel séropositif. Cette approche appelée prophylaxie pré-exposition (ou PrEP) médicamenteuse chez les patients séronégatifs à haut risque de contamination par le vih est habituellement menée avec l’antirétroviral Truvada® (association emtricitabine / ténofovir). Mais certains de ces essais cliniques ont eu un taux de succès nettement moindre du fait de la mauvaise observance des participants qui éprouvent des difficultés à prendre leurs antirétroviraux quotidiennement.

Ainsi une injection mensuelle voire trimestrielle pourrait résoudre ce problème en contournant les difficultés d’observance. Un premier essai clinique avec 175 personnes devrait commencer cette année aux Etats-Unis, au Brésil, en Afrique du Sud et au Malawi avec ce même antirétroviral, qui a déjà été approuvé par la FDA, l'Agence américaine des produits alimentaires et pharmaceutiques.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Trop de temps passé devant les écrans, s'alarme Santé Publique France

Pour Santé publique France la situation est jugée "préccupante" ! Les conclusions de l'étude Esteban publiées ce jour sont claires : de façon globale, on constate une augmentation de la sédentarité...Commenter

Hépatite C, les hépatologues demandent la mise en place du dépistage universel

.

Alors qu’en France environ 75 000 personnes infectées par le VHC ignorent leur séropositivité, l’Association Française pour l'Étude du Foie... Commenter

L'ordre salue la réouverture du dialogue avec Ségur, mais attend des actes

.

C'est dans les nouveaux locaux de la rue Léon-Jost que le président de l'Ordre Patrick Bouet a tenu sa conférence de rentrée. L'occasion de... Commenter

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir