L’IGAS recommande de lever l’interdiction des soins funéraires pour les séropositifs

L’IGAS recommande de lever l’interdiction des soins funéraires pour les séropositifs

03.03.2014
  • L’IGAS recommande de lever l’interdiction des soins funéraires pour les séropositifs - 1

    L’IGAS recommande de lever l’interdiction des soins funéraires pour les séropositifs

Un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) et l'Inspection générale de l'administration (Iga) préconise la levée de l'interdiction des soins funéraires pour les séropositifs, en vigueur en France depuis 1998, a annoncé le Conseil National du Sida (CNS), lundi. Le rapport date de juillet 2013 mais a été mis en ligne, discrètement, sur le site de l'Igas en février 2014, explique le Conseil national du sida (CNS). Saisies par le ministère de la Santé de la question de "l'évolution de la réglementation des soins de conservation" pour les personnes décédées, l'Igas et l'Iga proposent "que le VIH et l'hépatite soient retirées de la liste des maladies pour lesquelles la pratique des soins funéraires est interdite". Le rapport recommande aussi que la pratique des soins funéraires appelée thanatopraxie soit pratiquée dans les "seuls lieux dédiés que sont les chambres mortuaires et les chambres funéraires", alors que jusqu'à présent cette pratique est autorisée à domicile.

Cet avis "rejoint" celui déjà rendu en 2009 par le CNS, souligne le Conseil qui rappelle "qu'aucun argument scientifique ne peut justifier que soient prises des dispositions dérogatoires au droit commun en matière de soins de conservation sur la seule base de l'infection par le VIH avérée ou supposée de la personne défunte, dès lors que les précautions universelles sont pleinement appliquées". Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) avait lui aussi recommandé en janvier 2013 une levée "sous conditions" de l'interdiction des soins de corps pour les personnes décédées, infectés par le VIH ou les virus de l'hépatite B ou C. Le HCSP préconisait également que "les actes soient réalisés exclusivement dans des locaux dédiés, spécifiques, et dans des conditions qui permettent de réduire les risques".

L'interdit de soins funéraires pour les séropositifs est dénoncée depuis des années comme discriminatoire par l'ensemble des associations de lutte contre le sida. Ces soins de conservation des corps par thanatopraxie sont interdits depuis l'arrêté du 20 juin 1998 sur les personnes atteintes de la maladie de Creutzfeld-Jakob, sur celles qui présentent un état septique grave, et sur celle atteintes d'hépatites virales B et C, et d'infection à VIH.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
sommeil

Enquête sur la santé des médecins Un généraliste sur deux présente des troubles du sommeil

Les généralistes ne dorment pas sur leurs deux oreilles. D’après une enquête d’Odoxa pour la Mutuelle Nationale des Hospitaliers sur la santé des professionnels de santé, dont Le Généraliste est...1

La recertification pas obligatoire pour tous : le Pr Uzan se justifie devant les jeunes généralistes

Pr Serge Uzan

La recertification des médecins finira-t-elle par devenir obligatoire ? Les jeunes médecins généralistes installés et remplaçants du... 4

[Appel à témoignages] Que peut-on vous souhaiter pour 2019 ?

Sapin et cadeaux

Des patients à l’heure, le G à 50 euros, des vaccins dans le frigo, moins de paperasse, plus de retours de vos confrères, un successeur…... Commenter

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir