Affaire Hazout : prison pour le gynécologue qui fait appel

Affaire Hazout : prison pour le gynécologue qui fait appel

20.02.2014
  • Affaire Hazout : prison pour le gynécologue qui fait appel - 1

    Affaire Hazout : prison pour le gynécologue qui fait appel

La cour d'assises de Paris a condamné jeudi le célèbre gynécologue André Hazout à huit ans de prison pour des viols et agressions sexuelles sur six patientes. Après quatre heures de délibéré, la cour a répondu "oui" à toutes les questions sur la culpabilité du gynécologue, 70 ans, qui comparaissait libre et auquel les gendarmes ont immédiatement passé des menottes. Il a également été condamné à une interdiction définitive d'exercer. L'avocate générale Annie Grenier avait requis douze ans de réclusion criminelle pour viols et agressions sexuelles sur six patientes.

De son côté, la défense du Dr Hazout avait demandé jeudi à la cour de ne le condamner que pour les agressions sexuelles qu'il a reconnues sur certaines de ses patientes et non, "pour l'exemple", pour les viols qu'il a toujours contestés. C'est "une déception puisque la cour n'a retenu aucun de nos arguments sur les viols et donc nous allons faire appel et demander qu'André Hazout soit remis en liberté dans l'attente de ce nouveau procès", a déclaré à la presse son avocat Francis Szpiner.

"Après trois semaines d'un long débat difficile, très dur, je réalise tout le mal que j'ai pu engendrer sans le vouloir, sans m'en rendre compte, et je veux demander pardon à ces femmes, à mon épouse et à mes pairs", avait déclaré le praticien avant que le jury ne se retire pour délibérer. Après le verdict, son frère a expliqué qu'André Hazout était "catastrophé, détruit".

Durant son procès, le Dr Hazout a reconnu quatre agressions sexuelles mais contesté quatre viols estimant qu'il s'agissait de rapports consentis. "Il reconnaît des agressions sexuelles donc que ses patientes n'étaient pas consentantes mais parle de rapports sexuels consentis. Mais comment celles qui ont refusé un baiser auraient accepté un rapport sexuel?", s'était interrogée Annie Grenier.

Le procès aura aussi été marqué par la mise en cause, puis les excuses du conseil départemental de l’Ordre de Paris.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
cmu

Refus de soins : les plateformes de rendez-vous en ligne priées de faire le ménage

« Pour les bénéficiaires de la CMU et de l'AME, nous vous remercions de noter qu'il faudra régler la consultation », « Les bénéficiaires de la CMU ne sont pas acceptés au cabinet », « bénéficiaires...1

Infection à CMV : pas de dépistage systématique chez la femme enceinte, confirme le HCSP

Grossesse CMV

Le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) actualise... mais au final sans grand changement. Le dernier avis concernant la prévention de... 1

Pénurie de vaccins contre la grippe, la campagne 2018 victime de son succès

pharmacie

Faut-il y voir un regain d'adhésion vis-à-vis de la vaccination antigrippale ? Alors que la campagne 2018-2019 court en théorie jusqu'au 31... Commenter

URGENCES EN DERMATOLOGIE Abonné

Dermatologie

On distingue plusieurs catégories d'urgence dermatologique. La première doit faire redouter le début d'une urgence vitale, souvent de... Commenter

PATHOLOGIES DU CUIR CHEVELU Abonné

Psoriasis

Les atteintes du cuir chevelu sont un motif de consultation récurrent. Elles altèrent la qualité de vie des patients. Il peut s’agir de... Commenter

A découvrir