Vigilance - Le Mediator aurait un effet rémanant sur les fuites aortiques

VigilanceLe Mediator aurait un effet rémanant sur les fuites aortiques

19.02.2014

Les fuites aortiques développées par certains patients ayant pris du Mediator pourraient avoir tendance à s'aggraver avec le temps, selon une étude de suivi réalisée par le laboratoire Servier. L'étude - non encore publiée - qui révèle l’effet persistant de la molécule sur les valves aortiques, fait suite à l'essai clinique Regulate réalisé en 2006-2007 par le laboratoire Servier pour évaluer l'état cardiaque de patients qui avaient pris du Mediator pendant un an en les comparant à des patients traités par la pioglitazone.

En accord avec l’ANSM, les Laboratoires Servier ont mis en place un suivi des patients randomisés dans le cadre de l’essai REGULATE avec évaluation de l’état clinique et valvulaire cardiaque 4 ans après l’arrêt du benfluorex. Réalisée sur quelques 500 diabétiques, l’étude de suivi a montré une aggravation des fuites (ou régurgitations) aortiques "légères à modérées" chez 11,1% des diabétiques traités par benfluorex, contre 4,8% des patients traités par pioglitazone (antidiabétique retiré de la vente en France en 2011 en raison d'un risque accru de cancer de la vessie).

Dans son communiqué, le laboratoire reconnait que « chez les patients traités par benfluorex comparativement à ceux traités par pioglitazone l’émergence de régurgitation est significativement plus élevée au niveau de la valve aortique, notamment pour les régurgitations « légères et modérées », confirmant ainsi une toxicité du benfluorex au niveau des valves aortiques chez certains patients. »

« On ne peut pas exclure qu'un petit nombre de malades progressent alors qu'ils ne sont plus exposés au benfluorex », a indiqué à l’AFP le principal investigateur de l'étude, le Pr Philippe Moulin (chef de service d'endocrinologie de l'hôpital Louis-Pradel à Lyon).

Le laboratoire ajoute qu’ "il n’est pas observé de différence de régurgitation sur les valves mitrales et tricuspides. Aucune régurgitation sévère n’est rapportée sur aucune des valves et il n’y a pas de différence pour les anomalies morphologiques quelle que soit la valve étudiée."

Selon le Pr Moulin, l'étude est également rassurante en ce qui concerne les patients qui n'ont pas développé de pathologie valvulaire immédiatement après l'arrêt du Mediator. Le laboratoire Servier souligne "qu'il assumera toutes ses responsabilités à l'égard des patients porteurs d'une valvulopathie ou d'une hypertension artérielle pulmonaire d'imputabilité établie au benfluorex".

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Assistants : 100 généralistes disent non à « l'abattage » et proposent des pistes pour libérer du temps médical

La dernière séance de négociation conventionnelle sur les assistants médicaux a été la goutte de trop dans un vase déjà bien rempli. Une centaine de médecins généralistes a signé hier soir une...7

L’ANSM alerte sur les risques de deux anabolisants et brûleurs de graisse vendus sur Internet

corps

L’ANSM a identifié la présence de substances non autorisées et dangereuses pour la santé, le clenbutérol et le stanozolol, dans les... 1

400 généralistes salariés bientôt recrutés dans les déserts : pourquoi ReAGJIR y croit

Image d'illustration

Le recrutement des 400 postes de médecins généralistes dans les hôpitaux de proximité annoncé en septembre par le président de la... 1

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir