Affaire Hazout : peine sévère requise contre le gynécologue

Affaire Hazout : peine sévère requise contre le gynécologue

19.02.2014
  • Affaire Hazout : peine sévère requise contre le gynécologue - 1

    Affaire Hazout : peine sévère requise contre le gynécologue

"La situation" de médecin de l'accusé et "le grand nombre de ses victimes" pourraient valoir en fin de semaine au Dr André Hazout une peine sévère. C’est en tout cas ce qu’a requis mercredi l’avocat général de la Cour d’Assises de Paris à l’encontre du gynécologue accusé de viols et d'agressions sexuelles sur des patientes.

Annie Grenier, a demandé à la cour de prononcer la culpabilité du médecin pour viols et agressions sexuelles sur six patientes estimant que "la juste peine" pour ces faits était de douze ans de réclusion criminelle, et en tout cas, pas moins de dix ans, peine plancher pour une condamnation criminelle.

Dans cette affaire, "le désir de l'un l'a emporté sur la faiblesse de l'autre", a résumé la représentante du ministère public pour qui le gynécologue a abusé de son autorité de praticien et de son "ascendant psychologique" face à des patientes "dans un état de vulnérabilité".

Les excuses de l’Ordre de Paris

La veille, l’accusé avait pour sa part tenté de minorer les faits : "J'ai reconnu les faits d'agressions sexuelles, mais je maintiens que je n'ai violé personne". La fin du procès Hazout a été marqué aussi par le mea culpa des représentants du Conseil de l'ordre des médecins. "Je suis personnellement effondré devant un dossier comme celui-là. Je ne peux pas comprendre ce qui s'est passé", a expliqué le Dr Jean-Luc Thomas, actuel secrétaire général du conseil départemental de l'ordre des médecins de Paris. "Il y a eu un traitement catastrophique de ce qui aurait dû être considéré comme des plaintes. Ce n'est pas à la patiente de savoir si des faits sont contraires ou non à la déontologie (...) on aurait dû s'autosaisir", a-t-il dénoncé en expliquant que l'ordre parisien suit 24.600 médecins et enregistre quelque 450 plaintes par an dont 1 ou 2 à caractère sexuel. Sollicité par l'avocat de l'une des plaignantes, il ajoute: "Si ces patientes attendent des excuses du Conseil de l'ordre, je les présente sans aucun problème." "Mais", ajoute-t-il, nous avons tout mis en place en 2008 pour que cela ne puisse plus arriver". "J'assume une mauvaise gestion et je le regrette", a déclaré à la barre Hervé Boissin, ex-secrétaire général de l'ordre de Paris de 2004 à 2007.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Assistants : 100 généralistes disent non à « l'abattage » et proposent des pistes pour libérer du temps médical

La dernière séance de négociation conventionnelle sur les assistants médicaux a été la goutte de trop dans un vase déjà bien rempli. Une centaine de médecins généralistes a signé hier soir une...Commenter

L’ANSM alerte sur les risques de deux anabolisants et brûleurs de graisse vendus sur Internet

corps

L’ANSM a identifié la présence de substances non autorisées et dangereuses pour la santé, le clenbutérol et le stanozolol, dans les... Commenter

400 généralistes salariés bientôt recrutés dans les déserts : pourquoi ReAGJIR y croit

Image d'illustration

Le recrutement des 400 postes de médecins généralistes dans les hôpitaux de proximité annoncé en septembre par le président de la... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir