Malgré l’Europe, le Sénat et le Conseil d’Etat, la France déterminée à bannir les OGM

Malgré l’Europe, le Sénat et le Conseil d’Etat, la France déterminée à bannir les OGM

18.02.2014
  • Malgré l’Europe, le Sénat et le Conseil d’Etat, la France déterminée à bannir les OGM - 1

    Malgré l’Europe, le Sénat et le Conseil d’Etat, la France déterminée à bannir les OGM

Pas de maïs OGM sur le sol français ! Le gouvernement a réaffirmé mardi sa "détermination", au lendemain d’une décision européenne et d'un revers au Sénat sur ce dossier.

Le rejet lundi soir par le Sénat de la proposition de loi PS interdisant la culture de maïsOGM "nous fait prendre un peu de retard", mais "ça n'entame pas notre détermination à interdire lesOGMen France", a affirmé mardi matin sur France Inter, le ministre de l'Ecologie Philippe Martin, qui promet qu’un nouveau texte sera proposé début avril ou mi-avril, en tout cas avant les semis pour pouvoir faire en sorte qu'il n'y en ait pas au cours de l'année 2014", a-t-il ajouté.Dans la foulée, le chef de file des députés socialistes Bruno Le Roux annonçait sur son compte twitter le dépôt "ce matin" d'une proposition de loi sur l'interdiction de mise en culture du maïs génétiquement modifié MON810", seulOGM actuellement cultivé dans l'Union européenne.

D’ici là, le gouvernement prendra un arrêté interdisant la culture de ce maïs qui comblerait un vide juridique avant la loi. Il sera publié "d'ici la mi-mars", a indiqué le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll. Après des années d'interdiction en France de la culture du MON810, décidée en 2008 et à nouveau en 2012, le dossier a été rouvert en août dernier quand le Conseil d'Etat, saisi par les pro-OGM, a annulé le moratoire en cours pour non conformité au droit européen.

La proposition de loi déposée au Sénat par Alain Fauconnier (Aveyron) visant à interdire la culture des maïs transgéniques sur le sol français visait le MON810, mais aussi le maïs TC1507 (Pioneer-Dupont) qui pourrait être autorisé par l'UE. De son côté, l'Association française des biotechnologies végétales (AFBV), pro-OGM, qualifiait mardi l’attitude du gouvernement de "passéiste" et le projet d'arrêté de "mesure d'arrière garde qui tourne le dos aux décisions européennes et qui prive les agriculteurs d'un atout de compétitivité".

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Pétition

IVG : une pétition réclamant le retrait de la clause de conscience récolte 40 000 signatures

Les propos anti-IVG du Dr de Rochambeau n’en finissent plus de faire des remous. Le 12 septembre, la maire adjointe des Lilas (Seine-Saint-Denis), Madeline Da Silva,  a lancé une pétition pour...10

[Vidéo] Avec 1 480 morts supplémentaires cet été, la canicule a tué 10 fois moins qu'en 2003

Canicule

Même avec 1 480 décès supplémentaires, la surmortalité qui a accompagné l’épisode caniculaire de cet été a été qualifiée de « limitée » par... 6

Les IPA démarrent leur formation, leur statut et rémunération restent flous

Table ronde de l'Ordre infirmier sur les Infirmiers en pratique avancée

Très attendues, les formations des infirmières en pratique avancée (IPA) ont débuté début septembre dans les Universités d'Aix-Marseille et... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir