C’est arrivé le… 17 février 1816

C’est arrivé le… 17 février 1816

17.02.2014
  • C’est arrivé le… 17 février 1816 - 1

Laënnec invente le stéthoscope. Après avoir fait ses études à Nantes, René Laënnec obtient son premier poste à l’hôpital de la Charité où ses recherches le poussent à étudier plus particulièrement les maladies pulmonaires et la cirrhose du foie. On le retrouve, ensuite, en 1812 à l’hôpital Beaujon puis, en 1814, à l’hôpital de la Salpêtrière où il passe le plus clair de son temps à soigner les grands blessés de guerre.

Sa réputation ne fait grandir et il est nommé en 1816 à l’hôpital Necker où toute la fine fleur des médecins français et européens vient suivre sa clinique. Le 17 février de cette année là, le praticien breton originaire invente le stéthoscope. L’idée lui en a été donné par des enfants qui jouaient sous les décombres des guichets du Louvre. L’un d’eux grattait l'extrémité d'une longue poutre avec la pointe d'une épingle alors qu’à l'autre extrémité, l’oreille collée à la poutre, les autres enfants se bousculaient pour recueillir les sons.

Quelques jours plus tard, alors qu’il est au chevet d'une jeune cardiaque, il demande une feuille de papier à lettre, la roule en cylindre, appuie une extrémité contre la poitrine de la patiente et l'autre contre sa propre oreille. Le double bruit du cœur et celui de la respiration de la malade lui parvient avec netteté. Laënnec vient d’inventer le sthétoscope. Avec son grossier instrument, il peut entendre les bruits anormaux du cœur mais aussi le bruit de l’air circulant dans les bronches. Le grand cardiologue Roger rendit ainsi hommage à la découverte de son glorieux prédécesseur dans un discours en 1868, à l’Académie des Sciences : « Laënnec, appuyant l'oreille sur la poitrine des malades, entend le premier cri des organes souffrants (et, pour les organes contenus dans la cavité pectorale, ce n'est point une métaphore) ; le premier, il comprend, il note ces plaintes variées, ces modulations expressives des tubes aérifères et des orifices du cœur ; le premier, il saisit et fait connaître ce langage pathologique jusqu'alors incompris et même inentendu. Désormais, le praticien, doué d'un sens de plus et avec une puissance d'investigation singulièrement augmentée, pourra lire, pour ainsi dire couramment, les altérations qui se cachent dans les profondeurs de l'organisme, et ainsi l'oreille ouvre à l'esprit un monde nouveau ».

Après que Laennec ait perfectionné son stéthoscope en en construisant quelques modèles en bois, Pierre Plorry l’améliorera encore en 1830 en ajoutant un adaptateur en ivoire du côté auriculaire. Notons que c’est en 1961 créa le sthétoscope utilisé de nos jours avec un double pavillon réversible...

Cependant, cette nouvelle méthode d'auscultation ne fut pas facilement acceptée par beaucoup de médecins contemporains de Laennec qui préférèrent conserver leur traditionnelle méthode d'écoute, l’oreille en contact direct avec la poitrine (auscultation immédiate). Cette défiance vis-à-vis du sthéthoscope perdura longtemps puisqu’en 1885 encore, un professeur de médecine, déclarait encore : « Il n'y a que les oreilles pour entendre, laissez nous servir de nos oreilles et ne nous obligez pas à nous servir d’un stéthoscope ».

En 1819, Laënnec publia la première édition du «Traité de l'Auscultation médiate » qui lui valut un prix de 3000 francs de l'Académie des sciences. La seconde édition date de 1826, l'année de la mort de Laënnec. Cet ouvrage fit sensation dans le monde médical, aussi bien en France qu’à l’étranger. Médecins russes, anglais, italiens, anglais et même américains se précipitèrent alors à Paris pour étudier l'auscultation sous la direction de Laënnec avant de rentrer chez eux éblouis vanter les prodiges de l’invention de Laënnec.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
luci2 Médecin ou Interne 17.02.2014 à 21h52

Breton !!!

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir