Procès Hazout : confrères abasourdis et patientes sous emprise

Procès Hazout : confrères abasourdis et patientes sous emprise

15.02.2014
  • Procès Hazout : confrères abasourdis et patientes sous emprise-1

    Procès Hazout : confrères abasourdis et patientes sous emprise

L’AMP peut-elle favoriser les dérapages entre un médecin borderline et peu scrupuleux et une patiente fragilisée ? Au procès d’André Hazout, ce gynécologue de renom qui comparaît jusqu’au 21 février devant la cour d'assises de Paris pour viols et agressions sexuelles de cinq patientes, la question est revenue plusieurs fois cette semaine. Et elle a été posée vendredi au Pr René Frydman, qui a connu André Hazout il y a 40 ans à Bichat et fut ensuite son patron à l’hôpital Antoine Béclère de Clamart. Oui, a-t-il reconnu, la FIV peut créer une situation de "fragilité", même si elle varie selon les personnes. Et oui, une relation de "transfert, d'emprise" peut exister entre un médecin et sa patiente. Mais, selon lui, il aurait été "relativement facile d'y mettre" fin en allant voir un autre médecin ou en venant en couple à la consultation. Le célèbre gynécologue a pour le reste dénoncé "un désastre déontologique" dans cette affaire. Son confrère, le Pr François Olivennes, qui partageait le cabinet d u Dr Hazout, s'est ensuite dit "indigné, abasourdi" en expliquant être "tombé de l'échelle" en apprenant les faits reprochés à son ex-associé.

Les jours précédents, les témoignages troublants des plaignantes étaient venus confirmer le caractère hors du commun de cette affaire de viols au cabinet posant la question du libre arbitre d'une femme en désir d'enfant vis-à-vis d'un grand spécialiste tout puissant. A la barre de la cour d'assises, elles ont toutes raconté la même histoire: celle d'un désir d'enfant, de traitements lourds de FIV qui les fragilisent, de relations parfois difficiles avec un conjoint qui a du mal à les comprendre et, en face, l'attitude étrange d'un médecin qui les tutoie, les embrasse et les rassure avant d'avoir avec certaines des relations sexuelles.

Véronique : " j’étais sous influence"

Véronique, 42 ans, n'a pas déposé plainte contre le praticien avec qui elle dit avoir eu des relations sexuelles après être venue le consulter pour une FIV. "Je ne regrette rien même si je n'aurais pas pris l'initiative, j'étais timide et pudique mais il ne m'a pas forcé" a-t-elle expliqué avant de tenter d'expliquer cette relation particulière. Le docteur Hazout apparaissait alors comme le seul qui semblait comprendre ses difficultés. "J'étais sous son influence. Il me comprenait, prenait les choses en main, j'étais subjuguée", a-t-elle témoigné.

Christina : "j’étais fragile, il était rassurant"

Procès jusqu'au 21 février aux Assises de Paris

Témoignage identique, de Christina, 49 ans, employée en restauration, qui elle aussi n'a pas déposé plainte. Dés le premier rendez-vous, il la serre dans ses bras, plus tard, il l'embrasse sur le front, effleure ses lèvres, enfin il lui impose une relation sexuelle. "Il était très aimant, je croyais que nous allions avoir une relation amoureuse", a-t-elle confié tout en expliquant avoir aujourd'hui l'impression d'avoir été manipulée. "J'étais fragile, en manque affectif, il était rassurant, présent, on pouvait compter sur lui alors qu'avec cette grossesse, je me sentais assez seule", a-t-elle témoigné tout en expliquant n'avoir pas désiré les rapports sexuels qu'elle a eus avec lui.

Yvonna : "j’étais sous son emprise"

Comme les autres femmes, Yvona, la quarantaine, raconte aussi avec émotion sa relation avec le praticien. En mal d'enfant, elle avait trouvé chez Hazout une oreille attentive. D'abord "froid, sérieux, austère", Hazout a ensuite changé d'attitude: "un matin, il m'a embrassée sur les joues et la bouche, j'ai été surprise, je me suis dit: qu'est-ce qui se passe, c'est pas possible, un médecin si sérieux". Un jour après une consultation, le médecin lui propose de repasser le soir à son cabinet. "J'étais flattée qu'il veuille parler avec moi", reconnaît-elle. "Il m'a embrassée, je me suis laissé faire. Mon sentiment, c'est que ce n'était pas bien. Il a essayé d'enlever mon haut, j'ai dit non. Il s'est éloigné de moi et j'ai vu qu'il baissait son pantalon, c'était choquant mais que faire, partir, je n'aurais jamais eu mon enfant. Il m'a emmenée vers un fauteuil et on a eu une relation sexuelle. Au retour, je me suis mise à pleurer, je me sentais coupable". Elle aura trois rapports avec son gynécologue. A la barre, elle admet avoir été "subjuguée" par le praticien. "J'étais sous son emprise, soumise. Mais, je n'ai pas cherché à avoir une relation extra-conjugale. Ces rapports, je les ai subis".

Pénélope, franco-australienne, n'a en revanche pas hésité, elle, à porter plainte, la première, en 1988 auprès du Conseil de l'ordre des médecin, alors que, lors d'une consultation, le gynécologue s'était allongé sur elle après une FIV. Mais son mari médecin l’y avait encouragé en dénonçant "un comportement inadmissible qui salit la profession".

"J’étais comme dédoublée, hors de mon corps"

En fin de semaine, il y a eut enfin le récit accablant d’une ex-patiente qui a subi deux relations sexuelles alors qu'elle était particulièrement vulnérable après la perte d’un nouveau-né, dont la seconde juste avant que le gynécologue pratique sur elle un avortement, alors qu’elle était enceinte de lui ! Cette avocate de 50 ans fait partie de la trentaine d'ex-patientes du célèbre médecin dont les plaintes n'ont pas été retenues par la justice, les faits dénoncés étant prescrits. Mais son récit pourrait faire basculer le procès en étayant la thèse de l'accusation selon laquelle le Dr Hazout a abusé de l'autorité de ses fonctions. "J'étais comme dédoublée, hors de mon corps, spectatrice", explique-t-elle à la barre. Elle ne portera plainte qu’après la mise en cause publique du praticien. A la barre, le Dr Hazout ne contredit pas ce récit mais explique avoir vécu les choses de manière "plus équilibrée", parle d'un rapport sexuel "banal en bonne intelligence". "Je ne l'ai pas contrainte, on était dans l'attirance l'un pour l'autre", affirme-t-il.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Canicule

[Vidéo] Avec 1 480 morts supplémentaires cet été, la canicule a tué 10 fois moins qu'en 2003

Même avec 1 480 décès supplémentaires, la surmortalité qui a accompagné l’épisode caniculaire de cet été a été qualifiée de « limitée » par la ministre de la Santé à l’occasion du bilan national de...6

Subventions et loyer modéré ont permis à Chaville de recruter 4 généralistes

Inauguration du centre médical de Chaville

Après avoir perdu 42 % de ses généralistes entre 2009 et 2016, Chaville (Hauts-de-Seine) retrouve le sourire. La commune a enregistré début... 3

L’Ordre ne voit pas de raison de s’opposer à la PMA pour toutes

Dr Faroudja

Les positions du Conseil national de l’Ordre des médecins dans le cadre des États Généraux de la Bioéthique se faisaient attendre. Le Cnom... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir