Grippe : 223 cas graves et 18 décès en France

Grippe : 223 cas graves et 18 décès en France

15.02.2014

Alors que l’épidémie de grippe semble s’être installée sur l’Hexagone, l’Institut de veille sanitaire a publié vendredi un point de la situation plutôt rassurant. Il y aurait, selon l’INVS, un peu plus de cas sévères que l’an passé, mais pas davantage qu’il y a trois ans : "le profil de l’épidémie est, à ce jour, comparable à celui des années précédentes. Le nombre de cas graves est supérieur à ceux observés lors des deux dernières saisons grippales, au même moment de l’épidémie, mais comparable à celui de la saison 2010-2011. La majorité de ces cas graves sont survenus chez des sujets à risque, ciblés par la vaccination contre la grippe saisonnière, mais non vaccinés," observe en effet l’Invs.

Dans le détail, au 14 février, la surveillance des cas graves effectuée par l’InVS, a permis d’identifier 223 cas graves dont 60% avaient entre 15 et 64 ans. 192 (86%) cas graves présentaient un facteur de risque de complications correspondant à une indication vaccinale, dont 4 femmes enceintes et 14 personnes obèses. Ces deux dernières catégories font partie des sujets ciblés par les recommandations vaccinales depuis 3 ans. Seuls 14 % (27/192) des cas graves ciblés par la vaccination avaient été vaccinés. A ce jour, 18 décès sont à déplorer.

L’INVS confirme aussi que deux types de virus grippaux circulent à part à peu près égale, les virus A(H3N2) et A(H1N1) pdm09 (souche apparue en 2009), les isolements de virus B restant exceptionnels. Par ailleurs, les virus en circulation sont sensibles aux antiviraux (inhibiteurs de neuraminidase). Le nombre de foyers d’infections respiratoires aiguës dans les collectivités de personnes âgées (166 depuis le 1er octobre) est stable depuis plusieurs semaines et inférieur, à ce jour, à ce qui a été observé durant les épidémies des deux dernières saisons.

Autre élément rassurant : le vaccin semble bien adapté cette année. Selon les premières analyses réalisées par le Centre national de référence (CNR), "il n’y a, à ce jour, pas d’élément en faveur d’une inadéquation entre les souches vaccinales et les souches circulantes" rapporte l’INVS.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
Michel A Médecin ou Interne 15.02.2014 à 22h07

vaccin ok , sauf pour ma femme.. c 'est bète . DRMA 13700

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Jean-Paul

Contre les déserts, la CSMF appelle les médecins à la « solidarité intergénérationnelle »

« Le médecin est un acteur de la cohésion sociale dans les territoires, [...] nous devons avoir une réflexion sur notre responsabilité collective. » À l'occasion de la présentation de ses vœux, ce...8

300 euros par an pour stationner : les généralistes de Colmar montent au créneau

Voiture

À Colmar (Haut-Rhin), le stationnement « relève de l’exploit ». Et depuis le 1er janvier il en coûte 300 euros par an aux médecins et infirm... 7

Endométriose : la HAS et le Collège des gynécos publient enfin de nouvelles recos

Endométriose

La HAS et le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) viennent de réactualiser et de publier les recommandations... Commenter

Gastro-entérologie L’APPENDAGITE Abonné

Appendagite

L’appendagite est souvent à l’origine d’un “ventre chirurgical”. Elle est due à des torsions, ou des inflammations d’appendices... 2

Nouvelles consultations VACCINATION, PEU DE VRAIES CONTRE-INDICATIONS Abonné

seringues

Obligation vaccinale ou pas, « un professionnel de santé peut évidemment ne pas vacciner un enfant présentant un état de santé particulier... Commenter

A découvrir