Cancer du sein : nouveau coup dur pour la mammo de dépistage

Cancer du sein : nouveau coup dur pour la mammo de dépistage

14.02.2014
  • Cancer du sein : nouveau coup dur pour la mammo de dépistage - 1

« Le rationnel du dépistage (du cancer du sein) par mammographie doit être réévalué en urgence par les décideurs politiques ». Dans un article du BMJ publié mardi, Anthony B Miller et al. (Toronto) apportent de l’eau au moulin des détracteurs du dépistage du cancer du sein.

L’étude randomisée que ces chercheurs canadiens ont réalisé sur près de 89 000 femmes âgées de 40 à 59 ans a comparé l’impact sur la survie d’un dépistage par mammographie (un examen par an sur une période de cinq ans) à celui d’une surveillance clinique seule.

Pas de bénéfice sur la mortalité

A l’issue de la période de suivi de 25 ans, 3250 cancers du sein ont été diagnostiqués dans le bras mammographie contre 3133 dans le bras contrôle. Avec au final 500 décès par cancer du sein dans le premier groupe contre 500 dans le second (HR 0,99).

Ainsi, si le nombre de cancers détectés est significativement plus important dans le groupe mammo, avec davantage de petites tumeurs au moment du diagnostic (1,4 cm en moyenne dans le premier groupe vs 2,1 cm dans le second), au final « la mortalité cumulée par cancer du sein était similaire entre les deux bras », résument les auteurs. Ces derniers évaluent par ailleurs à 22% le risque de surdiagnostic inhérent au dépistage par mammographie. Soit « un cas pour 424 femmes dépistées ».

Des résultats transposables en France ?

Alors que dernièrement l’Inca avait estimé que la controverse était "scientifiquement réglée", ces données relancent la polémique lancée il y a 3 ans sur le rapport bénéfice risque du dépistage du cancer du sein par mammographie. Même si, comme le reconnaissent les auteurs eux mêmes, il est possible « que les résultats de la présente étude ne soient pas généralisables à tous les pays ». De fait, alors que cette étude a évalué un dépistage débuté dès 40 ans et répété de façon annuelle, en France, le programme s'adresse aux femmes âgées de 50 à 74 ans qui sont invitées à faire des mammographies tous les deux ans.

De plus, si cette étude conforte ce qu’avait déjà montré certains travaux, comme la métanalyse Cochrane (selon laquelle, sur 2000 femmes dépistées, 10 pâtiraient du surdiagnostic pour seulement un décès évité) d’autres données plaident dans le sens inverse. Comme cette publication de 2012 du Journal of Medical Screening qui a passé en revue les programmes européens de dépistage et conclut que sur 1 000 femmes dépistées, 7 à 9 décès sont évités pour 4 femmes « surdiagnostiquées ». La même année, l’INVS rapportait dans son Bulletin épidémiologique hebdomadaire, un taux de surdiagnostic de l’ordre de 10 % pour une baisse de la mortalité proche de 20 %.

Ne pas baisser la garde

Quoi qu’il en soit, les auteurs du BMJ appellent à ne pas baisser la garde, estimant que « l'éducation, le diagnostic précoce et l’excellence des soins doivent être poursuivis pour que le plus grand nombre des tumeurs du sein soient diagnostiquées à une taille inférieure ou égale à 2 cm ».

Bénédicte Gatin
Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
sophie s Médecin ou Interne 15.02.2014 à 04h24

Quand la femme ne sera plus considérée comme un objet! On ne parle pas des mastectomies évitées, des chimio évitées etc. juste la mortalité

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Cancer domicile

Répondez à notre enquête Quelles solutions pour vos patients atteints de cancer à domicile ?

A l’heure du « virage ambulatoire », la cancérologie se déploie de plus en plus chez le patient. Pour le médecin généraliste comme pour les autres acteurs de soins de ville, c’est à la fois une...6

Agnès Buzyn annonce la mise en œuvre de la recertification des médecins

.

Agnès Buzyn avait déjà plutôt séduit l’Ordre des médecins lors de ses discours. La ministre de la Santé pourrait bien avoir à nouveau... 40

La France est « championne » du monde des pays prescripteurs de médicaments chez la femme enceinte

Grossesse et medicaments

En France, 97% des femmes enceintes ont reçu au moins un médicament au cours de leur grossesse, selon une étude menée sur la période... 1

Gastro-entérologie LA CONSTIPATION Abonné

Constipation

Pathologie fréquente, assez souvent négligée, la constipation chronique nécessite d’être considérée et caractérisée. Sa prise en charge,... Commenter

Addictologie LA MALADIE DE LAUNOIS BENSAUDE Abonné

Maladie de Launoy Bensaude 2

Cette pathologie est une lipodystrophie rare, souvent rattachée à une intoxication alcoolique, et se traduit par le développement... Commenter

A découvrir