Accessibilité : des amènagements sont-ils possibles pour les médecins libéraux ?

Accessibilité : des amènagements sont-ils possibles pour les médecins libéraux ?

10.02.2014
  • Accessibilité : des amènagements sont-ils possibles pour les médecins libéraux ? - 1

    Accessibilité : des amènagements sont-ils possibles pour les médecins libéraux ?

Entre les professions libérales et les pouvoirs publics des ouvertures sont-elles possibles sur le délicat dossier de l’accessibilité des cabinets censée être la norme dans tous les cabinets à partir de 2015 ? Selon Michel Chassang, qui préside à la fois la CSMF et l’UNAPL (Union nationale des associations de professions libérales), la situation serait plus détendue qu’avant. Après une période de tension au sein de la commission animée par la sénatrice Campion qui a abouti au boycott de ses conclusions par l’UNAPL et l’UNPS (Union Nationale des professions de santé), le Dr Chassang a eu jeudi 6 février une rencontre discrète avec la parlementaire socialiste de l’Essonne. Et il en est ressorti plutôt optimiste sur l’issue du dossier alors même que la remise du rapport Campion au premier ministre serait incessante. "Les choses évoluent plutôt positivement au nieeau, en tout cas au niveau des promesses", a-t-il estimé à la sortie.

Sur plusieurs de ses propositions le chef de file de l’UNAPL a en effet perçu un écho favorable. Au niveau des dérogations possibles, il ne désespère pas de les voir accordées en cas de refus de la copropritété ou pour les immeubles monuments historiques. Et le critère de "montant disproportionné" des travaux pourrait être accordé au regard, non plus de la situation financière du professionnel, mais de celle de son entreprise. Michel Chassang a de bonnes raisons de croire aussi que les confrères à moins de 3 ans de la retraite puissent être dispensés de travaux. Pour les autres, il a plaidé auprès de la sénatrice pour que soit pris en compte les efforts du professionnel en matière de personnel aidant la clientèle handicapée ou de l’organisation de consultations dans un local accessible dédié en plus du cabinet.

Pour le reste, la question de l’agenda des travaux pourrait aussi s’assouplir de trois à six ans, entre la date de décision des travaux et leur réalisation définitive. Quant au coût, Michel Chassang fait valoir que les libéraux de santé conventionnés n’ont pas la possibilité de les répercuter sur leurs prix. Et il propose que celui-ci soit intégrés dans la ROSP (rémunération sur objectifs de santé publique). Réponses très vite sur tous ces points, puisque la ministre Marie-Arlette Carlotti annonce une ordonnance sur l’accessibilité au printemps.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Négos

Reprise des négos sur les assistants : après la colère des médecins, la Cnam prête à revoir sa copie

Les syndicats avaient rendez-vous ce mercredi au siège de l’Assurance maladie pour une troisième séance de négociation sur les assistants médicaux. Après avoir quitté la précédente séance pour...2

Le Pr Henri Joyeux en représentation au théâtre Déjazet pour parler prévention

Pr Henri Joyeux

Après un premier cycle de conférence en 2016, le Pr Henri Joyeux remet le couvert au printemps 2019. Du 16 mars au 17 juin, le cancérologue... Commenter

L'AP-HM va tester le cannabis thérapeutique pour Parkinson, une première en France

.

Pour la première fois en France, le cannabis thérapeutique va être testé pour les malades de Parkinson. Une étude sera menée conjointement... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir