Accessibilité : des amènagements sont-ils possibles pour les médecins libéraux ?

Accessibilité : des amènagements sont-ils possibles pour les médecins libéraux ?

10.02.2014
  • Accessibilité : des amènagements sont-ils possibles pour les médecins libéraux ? - 1

    Accessibilité : des amènagements sont-ils possibles pour les médecins libéraux ?

Entre les professions libérales et les pouvoirs publics des ouvertures sont-elles possibles sur le délicat dossier de l’accessibilité des cabinets censée être la norme dans tous les cabinets à partir de 2015 ? Selon Michel Chassang, qui préside à la fois la CSMF et l’UNAPL (Union nationale des associations de professions libérales), la situation serait plus détendue qu’avant. Après une période de tension au sein de la commission animée par la sénatrice Campion qui a abouti au boycott de ses conclusions par l’UNAPL et l’UNPS (Union Nationale des professions de santé), le Dr Chassang a eu jeudi 6 février une rencontre discrète avec la parlementaire socialiste de l’Essonne. Et il en est ressorti plutôt optimiste sur l’issue du dossier alors même que la remise du rapport Campion au premier ministre serait incessante. "Les choses évoluent plutôt positivement au nieeau, en tout cas au niveau des promesses", a-t-il estimé à la sortie.

Sur plusieurs de ses propositions le chef de file de l’UNAPL a en effet perçu un écho favorable. Au niveau des dérogations possibles, il ne désespère pas de les voir accordées en cas de refus de la copropritété ou pour les immeubles monuments historiques. Et le critère de "montant disproportionné" des travaux pourrait être accordé au regard, non plus de la situation financière du professionnel, mais de celle de son entreprise. Michel Chassang a de bonnes raisons de croire aussi que les confrères à moins de 3 ans de la retraite puissent être dispensés de travaux. Pour les autres, il a plaidé auprès de la sénatrice pour que soit pris en compte les efforts du professionnel en matière de personnel aidant la clientèle handicapée ou de l’organisation de consultations dans un local accessible dédié en plus du cabinet.

Pour le reste, la question de l’agenda des travaux pourrait aussi s’assouplir de trois à six ans, entre la date de décision des travaux et leur réalisation définitive. Quant au coût, Michel Chassang fait valoir que les libéraux de santé conventionnés n’ont pas la possibilité de les répercuter sur leurs prix. Et il propose que celui-ci soit intégrés dans la ROSP (rémunération sur objectifs de santé publique). Réponses très vite sur tous ces points, puisque la ministre Marie-Arlette Carlotti annonce une ordonnance sur l’accessibilité au printemps.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
AT

Ses arrêts de travail mis sous tutelle, un généraliste « heureux » déplaque

« Ce sont 40 ans de bonheur, de doutes, de grandes joies mais aussi de moments douloureux qui prennent fin. Merci à vous, et bon vent à tous ». Ce petit mot, écrit à la main, s’adresse aux patients...14

Bobologie, téléconsultation, renouvellements... les pharmaciens prêts à aider les généralistes dans le premier recours

.

Les premières auditions de la commission d'enquête pour l'accès aux soins se tenaient ce jeudi rue de l'Université. Les représentants des... 13

Pour la HAS, aucune situation clinique n'est incompatible avec la téléconsultation ou la télé-expertise

.

Alors que l'avenant conventionnel sur la télémédecine est en passe d'être signé par les syndicats, inscrivant ainsi dans le droit commun la... 6

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir