Affaire Lambert : le Conseil d’Etat rendra sa décision le 13 février

Affaire Lambert : le Conseil d’Etat rendra sa décision le 13 février

06.02.2014
  • Affaire Lambert : le Conseil d’Etat rendra sa décision le 13 février-1

    Affaire Lambert : le Conseil d’Etat rendra sa décision le 13 février

Doit-on cesser d'alimenter Vincent Lambert ou le maintenir en vie? Face à une question si complexe, qui déchire la famille de cet homme tétraplégique en état végétatif chronique, le juge des référés du Conseil d'Etat a décidé jeudi de renvoyer l'affaire à une formation collégiale. "La très grande difficulté des questions qui sont posées", d'ordre "juridique", "déontologique" et "éthique", "exclut qu'elles puissent être tranchées par un juge unique", a tranché le président Bernard Stirn au terme de l'audience en référé devant la plus haute juridiction administrative française. "Une formation collégiale se réunira dans le courant de la semaine prochaine", a-t-il ajouté. L'audience de l'assemblée du contentieux a finalement été serait fixée au jeudi 13 février à 9h00.

Sa décision a été prise après avoir entendu les témoignages bouleversants mais contradictoires de membres de la famille de Vincent Lambert et de médecins. Les médecins, l'épouse et un neveu de Vincent Lambert avaient saisi le Conseil d'Etat pour contester le maintien en vie décidé le 16 janvier par le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne.

A l’audience, le Dr Eric Kariger, qui dirige le service de soins palliatifs du CHU de Reims, a expliqué que cet homme de 38 ans a "des lésions cérébrales graves et irréversibles, une incapacité à exprimer ses volontés. Il est atteint d'une maladie grave et incurable". L'avocate des parents de Vincent Lambert, Me Claire Le Bret-Desaché, a au contraire assuré qu'il n'était "pas en fin de vie, pas atteint d'une maladie grave et dégénérative. On ignore s'il souffre". Dans cette situation, "le doute doit profiter à la vie", a-t-elle fait valoir.

La question à laquelle doit répondre la justice la semaine prochaine est de savoir "si le Dr Kariger, qui l'a décidé, a commis une illégalité manifeste". Me François Molinié, conseil de l'union nationale des associations de familles de traumatisés crâniens, a expliqué que les familles de ces patients en état "pauci-relationnel" (état de conscience minimal) comme Vincent Lambert, sont "extrêmement préoccupées" par la décision que prendra le Conseil d'Etat.Une décision qui sera aussi scrutée par la communauté médicale ainsi que par les opposants à l'euthanasie passive, au moment où le gouvernement travaille sur un texte de loi sur cette question.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

Plan Santé 2022 Buzyn : « Nous allons aider les médecins à répondre aux besoins de santé sur leur territoire »

La ministre de la Santé décrypte le plan santé présenté ce mardi par Emmanuel Macron. D'ici à 2022, le gouvernement veut créer 1 000 CPTS pour répondre aux besoins de santé sur les territoires,...6

4 000 assistants médicaux, exercice mixte à l'hôpital, fin du numerus clausus Les principales mesures du plan santé d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Le plan santé dévoilé mardi par le chef de l'État comprend 54 mesures visant à réformer en profondeur le système de soins pendant le... Commenter

Entre espoirs et agacement, les médecins partagés après l'annonce du plan santé

Smiley

De très nombreux acteurs du monde médical ont commenté ce mardi le plan santé, présenté par Emmanuel Macron le matin même. Après les... Commenter

Pédagogie STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES Abonné

Ampoule cassee

Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent... Commenter

Toxicologie  L’INTOXICATION AU PARACÉTAMOL Abonné

Paracetamol

Hautement hépatotoxique aux doses suprathérapeutiques, le paracétamol est à l’origine de l’une des intoxications les plus fréquentes.... Commenter

A découvrir