Etats-Unis : le scandale des produits létaux pour les condamnés à mort

Etats-Unis : le scandale des produits létaux pour les condamnés à mort

28.01.2014

La question des produits létaux utilisés pour exécuter des condamnés à mort continue de faire polémique aux Etats-Unis. En cause, figurent notamment les injections à dose mortelle de pentobarbital, fabriquées par un préparateur en pharmacie du Massachusetts (nord-est). De plus en plus Etats confrontés à une pénurie (après le refus des fabricants européens) se fournissent auprès de sociétés non homologuées au niveau fédéral et donc pas homologuées par la FDA, mais au niveau des Etats.

Ainsi, c’est un laboratoire basé en Oklahoma qui avait testé et donné son feu vert à ces produits, utilisé habituellement pour euthanasier les animaux, lors de deux exécutions récentes dans cet Etat. L’une d’entre elles a fait le tour du monde. Michael Lee Wilson, exécuté le 9 janvier avait lâché sur la table d'exécution: "je sens tout mon corps brûler", alors que l'injection intraveineuse avait déjà commencé, suggérant que le condamné ait souffert avant sa mort. Quelques jours plus tard, dans l’Ohio, Dennis McGuire a été exécuté par l'injection du sédatif midazolam et de l'antalgique hydromorphone, dont le mélange n'avait jamais été utilisé aux Etats-Unis. La mort ne devait survenir que 25 minutes après l’injection...

Inquiets de ces funestes précédents, les avocats de deux condamnés à mort qui doivent bientôt être exécutés ont déposé de nouveaux recours lundi pour tenter de suspendre les exécutions au cours desquelles des anesthésiants non homologués doivent encore être utilisés. L'exécution d'Herbert Smulls est prévue dans la nuit de mercredi à jeudi dans le Missouri (centre). Celle de Christopher Sepulvado est programmée le 5 février en Louisiane (sud). Les avocats des deux condamnés croient savoir que les exécutions auront lieu par injection à dose mortelle de pentobarbital, fourni par le même laboratoire qu’en Oklahoma... Selon un expert cité par les avocats d'Herbert Smulls, ce même laboratoire aurait aussi été jugé responsable d'une épidémie de méningite mortelle en novembre 2012... Ses avocats ont d’ailleurs demandé une enquête de la FDA.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dictionnaire

« Doctoresse » ? L’Académie française valide, « ridicule » selon l'Association des femmes médecins

Il sera bientôt officiellement possible de prendre rendez-vous chez une « doctoresse » ! L’Académie française s’apprête à reconnaître l'utilisation du féminin pour les noms de métiers, selon une...6

Le généraliste Michel Chassang quitte l’UNAPL après six ans de mandat

Michel Chassang

Après six ans de bons et loyaux services, le Dr Michel Chassang quitte la présidence de l’UNAPL (Union nationale des professions... Commenter

Good morning Doctor [Audio] Le patient douloureux anglophone

Union Jack

La douleur est l’un des premiers motifs de consultation en médecine générale. Plusieurs mots existent en anglais pour la désigner. Le... Commenter

Gynécologie LA VAGINOSE BACTÉRIENNE Abonné

Vagin

La vaginose bactérienne, comme une infection à Gardnerella vaginalis, est un problème pour le praticien du fait de ses récidives... Commenter

ORL L’OSTÉOME DU SINUS FRONTAL Abonné

fmc

Les ostéomes des sinus de la face sont localisés au niveau frontal le plus souvent. Cliniquement, ils sont souvent asymptomatiques. Le... Commenter

A découvrir