C’est arrivé le… 27 janvier 1974

C’est arrivé le… 27 janvier 1974

27.01.2014
  • C’est arrivé le… 27 janvier 1974 - 1

    C’est arrivé le… 27 janvier 1974

Naissance des sœurs siamoises Ladan et Laleh Bijani. Originaires d’une famille pauvre du Sud de l’Iran, les deux jumelles sont nées unies par le côté de la tête. Elles allaient vivre ainsi 29 ans jusqu’à l’opération de « la dernière chance » qu’elles avaient désiré de toutes leurs forces parce qu’elles voulaient « enfin se regarder dans les yeux et plus par l’intermédiaire d’un miroir ».

Ladan, qui voulait devenir avocate, et Laleh, dont l’ambition était de devenir journaliste, connaissaient parfaitement les risques de l’ intervention chirurgicale qui débuta le 6 juin 2003 au Raffles Hospital de Singapour, intervention qui allait se poursuivre durant 52 heures.

C’est la première fois qu’une telle opération se pratiquait sur des adultes ; cette même chirurgie avait été réalisée avec succès en 1952 et 2001 sur des enfants en bas âge. En 1996, des médecins allemands avaient déjà refusé d’opérer les deux sœurs, les mettant en garde sur le risque mortel de l’opération.

L’os du crâne des deux jumelles était plus épais que ne le pensaient les médecins, ce qui rendit difficile leur séparation. Les siamoises avaient des corps distincts et disposaient chacune d’un cerveau mais elles partageaient une seule boîte crânienne et une seule artère qui irriguait leurs cerveaux. Les deux sœurs décédèrent à 1h30 d’intervalle à la suite d’une hémorragie survenue aux tous derniers moments de l’intervention.

Selon, le Pr Lasjaunias, un neuro-chirurgien français ayant participé à l’opération, « Nous avions tout préparé, mais il existait un dernier "piège", à la base du crâne qui n'était pas visible par les examens pratiqués, et dans lequel s'est produite l'hémorragie. Ce "piège" consistait en « de grands espaces veineux hors normes, non pathologiques et inutiles, des sortes de lacs veineux » Evoquant les aspects éthiques de cette intervention, le Pr Lasjaunias déclara aussi que, médicalement, « il n'y avait pas de degré d'urgence à opérer, si ce n'est la pression exercée par les deux soeurs ».

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

ECN : 94% des postes en médecine générale pourvus, l’Ile-de-France boudée

Désormais organisé en plusieurs étapes et de façon virtuelle, l’amphi de garnison des ECNi est arrivé à son terme aujourd’hui. Tous les futurs internes ont donc choisi leur discipline et leur lieu...2

Pilules C3G et C4G : la justice classe l'affaire

.

Le parquet de Paris a classé l'enquête ouverte fin 2012 sur les pilules C3G et C4G accusées de favoriser des thromboses veineuses. Au terme... Commenter

Alzheimer : deux tiers des Français ne sauraient pas qui consulter

.

Alzheimer arrive en deuxième position des maladies qui font le plus peur aux Français (20% des réponses), derrière le cancer (38%) et à... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir