C’est arrivé le… 27 janvier 1974

C’est arrivé le… 27 janvier 1974

27.01.2014
  • C’est arrivé le… 27 janvier 1974 - 1

    C’est arrivé le… 27 janvier 1974

Naissance des sœurs siamoises Ladan et Laleh Bijani. Originaires d’une famille pauvre du Sud de l’Iran, les deux jumelles sont nées unies par le côté de la tête. Elles allaient vivre ainsi 29 ans jusqu’à l’opération de « la dernière chance » qu’elles avaient désiré de toutes leurs forces parce qu’elles voulaient « enfin se regarder dans les yeux et plus par l’intermédiaire d’un miroir ».

Ladan, qui voulait devenir avocate, et Laleh, dont l’ambition était de devenir journaliste, connaissaient parfaitement les risques de l’ intervention chirurgicale qui débuta le 6 juin 2003 au Raffles Hospital de Singapour, intervention qui allait se poursuivre durant 52 heures.

C’est la première fois qu’une telle opération se pratiquait sur des adultes ; cette même chirurgie avait été réalisée avec succès en 1952 et 2001 sur des enfants en bas âge. En 1996, des médecins allemands avaient déjà refusé d’opérer les deux sœurs, les mettant en garde sur le risque mortel de l’opération.

L’os du crâne des deux jumelles était plus épais que ne le pensaient les médecins, ce qui rendit difficile leur séparation. Les siamoises avaient des corps distincts et disposaient chacune d’un cerveau mais elles partageaient une seule boîte crânienne et une seule artère qui irriguait leurs cerveaux. Les deux sœurs décédèrent à 1h30 d’intervalle à la suite d’une hémorragie survenue aux tous derniers moments de l’intervention.

Selon, le Pr Lasjaunias, un neuro-chirurgien français ayant participé à l’opération, « Nous avions tout préparé, mais il existait un dernier "piège", à la base du crâne qui n'était pas visible par les examens pratiqués, et dans lequel s'est produite l'hémorragie. Ce "piège" consistait en « de grands espaces veineux hors normes, non pathologiques et inutiles, des sortes de lacs veineux » Evoquant les aspects éthiques de cette intervention, le Pr Lasjaunias déclara aussi que, médicalement, « il n'y avait pas de degré d'urgence à opérer, si ce n'est la pression exercée par les deux soeurs ».

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Plaque professionnelle vandalisée

Face à l'escalade de la violence contre les médecins, l'Ordre veut généraliser un système d'alerte

Ces dernières semaines, deux généralistes ont été les cibles d'agressions ultra-violentes. À Romainville (Seine-Saint-Denis), un confrère a été passé à tabac et s'est fait voler sa montre par un...3

Un médecin libéral sur dix cumule emploi et retraite, les généralistes moins adeptes que les autres spés

.

Face à la désertification médicale, les médecins prolongent leur activité au-delà de l'âge légal de la retraite. Une étude de la Direction... Commenter

L'ANSM dit oui au cannabis thérapeutique, le chemin vers sa légalisation encore long

.

Une première étape vers l'autorisation du cannabis thérapeutique vient d'être franchie en France. Le comité d'experts de l'Agence française... 1

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir