Faut-il reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle ?

Faut-il reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle ?

22.01.2014
  • Faut-il reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle ? - 1

    Faut-il reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle ?

Plus de 3 millions d'actifs en France ont un risque élevé de faire un "burn-out". C’est le cabinet spécialisé Technologia, qui le dit. Ce cabinet de prévention des risques professionnels s'est fondé sur un sondage mené auprès de 1.000 actifs. D’où il en ressort que 12,6% encourent un "burn-out", ce qui rapporté à l'ensemble de la population porte le nombre de personnes concernées à 3,2 millions d'actifs.

Technologia, qui est notamment intervenu chez France Télécom après la vague de suicides de 2008-2009, indique que le risque de "burn-out", caractérisé par un travail excessif et compulsif, est particulièrement élevé chez les agriculteurs (23,5%), devant les artisans, commerçants et chefs d'entreprise (19,7%) et les cadres (19%). Viennent ensuite les ouvriers (13,2%), les professions intermédiaires (9,8%) et les employés (6,8%).

Une pétition en ligne

Pour Technologia, le lien "direct et essentiel" entre burn-out et travail est établi. Mais le cabinet note que ces affections sont "très difficilement reconnues" vu le flou sur la définition clinique de ce syndrome et l'absence de tableaux de maladies professionnelles spécifiques. A l'heure actuelle, le "burn-out" peut être reconnu au titre de l'article L 461-1 du code de la sécurité sociale, mais uniquement si la maladie justifie une incapacité permanente de plus de 25% et si un lien "direct et essentiel" avec le travail a été mis en évidence par un comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles. Seuls quelques dizaines de cas sont reconnus chaque année.

Technologia -qui est à l’origine de la création par les pouvoirs publics d’un observatoire du suicide- lance donc un nouvel appel (appel-burnout.fr) pour la reconnaissance par la sécurité sociale du "burn-out" via la création de trois nouveaux tableaux de maladies professionnelles: dépression d'épuisement, état de stress répété et anxiété généralisée. Initié par Jean-Claude Delgènes, Directeur général du cabinet Technologia, le Dr Agnès Martineau, médecin du travail et Magali Giné, psychologue du travail cet appel avait déjà été signé par plusieurs de personnes le 22 janvier.

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Agnès Buzyn annonce la mise en œuvre de la recertification des médecins

Agnès Buzyn avait déjà plutôt séduit l’Ordre des médecins lors de ses discours. La ministre de la Santé pourrait bien avoir à nouveau marqué des points importants jeudi matin lors de l’ouverture du...16

L’adalimumab dans l’uvéite de l’enfant Abonné

« L’arthrite juvénile idiopathique (AJI) est l’affection systémique pédiatrique la plus fréquemment associée à une uvéite non infectieuse ch... Commenter

Smith & nephew au service de la traumato et de la cicatrisation Abonné

Société internationale spécialisée dans les dispositifs médicaux de haute technologie, Smith... Commenter

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir