Faut-il reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle ?

Faut-il reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle ?

22.01.2014
  • Faut-il reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle ? - 1

    Faut-il reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle ?

Plus de 3 millions d'actifs en France ont un risque élevé de faire un "burn-out". C’est le cabinet spécialisé Technologia, qui le dit. Ce cabinet de prévention des risques professionnels s'est fondé sur un sondage mené auprès de 1.000 actifs. D’où il en ressort que 12,6% encourent un "burn-out", ce qui rapporté à l'ensemble de la population porte le nombre de personnes concernées à 3,2 millions d'actifs.

Technologia, qui est notamment intervenu chez France Télécom après la vague de suicides de 2008-2009, indique que le risque de "burn-out", caractérisé par un travail excessif et compulsif, est particulièrement élevé chez les agriculteurs (23,5%), devant les artisans, commerçants et chefs d'entreprise (19,7%) et les cadres (19%). Viennent ensuite les ouvriers (13,2%), les professions intermédiaires (9,8%) et les employés (6,8%).

Une pétition en ligne

Pour Technologia, le lien "direct et essentiel" entre burn-out et travail est établi. Mais le cabinet note que ces affections sont "très difficilement reconnues" vu le flou sur la définition clinique de ce syndrome et l'absence de tableaux de maladies professionnelles spécifiques. A l'heure actuelle, le "burn-out" peut être reconnu au titre de l'article L 461-1 du code de la sécurité sociale, mais uniquement si la maladie justifie une incapacité permanente de plus de 25% et si un lien "direct et essentiel" avec le travail a été mis en évidence par un comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles. Seuls quelques dizaines de cas sont reconnus chaque année.

Technologia -qui est à l’origine de la création par les pouvoirs publics d’un observatoire du suicide- lance donc un nouvel appel (appel-burnout.fr) pour la reconnaissance par la sécurité sociale du "burn-out" via la création de trois nouveaux tableaux de maladies professionnelles: dépression d'épuisement, état de stress répété et anxiété généralisée. Initié par Jean-Claude Delgènes, Directeur général du cabinet Technologia, le Dr Agnès Martineau, médecin du travail et Magali Giné, psychologue du travail cet appel avait déjà été signé par plusieurs de personnes le 22 janvier.

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Canicule

[Vidéo] Avec 1 480 morts supplémentaires cet été, la canicule a tué 10 fois moins qu'en 2003

Même avec 1 480 décès supplémentaires, la surmortalité qui a accompagné l’épisode caniculaire de cet été a été qualifiée de « limitée » par la ministre de la Santé à l’occasion du bilan national de...1

Subventions et loyer modéré ont permis à Chaville de recruter 4 généralistes

Inauguration du centre médical de Chaville

Après avoir perdu 42 % de ses généralistes entre 2009 et 2016, Chaville (Hauts-de-Seine) retrouve le sourire. La commune a enregistré début... Commenter

Rupture de stock de Sinemet® : l'ordonnance de l'ANSM

Rupture de stock de Sinemet® : l'ordonnance de l'ANSM-0

Suite à l’annonce par le laboratoire MSD d’une rupture de stock prolongée de certains dosages de la spécialité Sinemet®... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir