Médecins étrangers : l’Allemagne recrute aussi

Médecins étrangers : l’Allemagne recrute aussi

20.01.2014

L'Allemagne dépend de plus en plus de médecins étrangers pour combler les besoins des services de santé. D'après l'Ordre des médecins, en 2012, 15% des praticiens en Allemagne étaient nés à l'étranger, contre 5% en 2007. La perspective de rémunérations plus attractives que dans leur pays d'origine, combinée à un désert médical grandissant dans les petites villes et les zones rurales allemandes ont attiré des médecins de Grèce, Roumanie et Pologne, notamment.

Si les modalités administratives ont été simplifiées pour attirer ces compétences, des voix s'élèvent toutefois pour réclamer que soit fixé un niveau suffisant de maîtrise de l'allemand pour communiquer correctement avec les malades. "C'est un problème grandissant en Allemagne", a expliqué à l'AFP Hartwig Meyer, un avocat à la tête de l'Association de protection des patients allemands. "Il y a beaucoup de médecins qui arrivent de l'étranger, et leur niveau d'allemand est très faible". Ces derniers temps, les médias ont d’ailleurs fait état de plusieurs litiges survenus avec des patients, comme Volker Mikat, 49 ans, un habitant de Gütersloh (ouest) qui a attaqué en justice l'hôpital où il a été opéré de l'estomac, affirmant qu'il avait été mal informé des risques de l'opération. "Quand j'ai demandé (au médecin) quelles étaient les alternatives (à l'opération), il n'a rien pu me répondre, je pense que c'est parce qu'il ne me comprenait pas", a raconté M. Mikat à la chaîne de télévision publique ARD, qui n'a pas dévoilé la nationalité du médecin mis en cause.

En Allemagne, le niveau de langue exigé est fixé de façon indépendante par chaque Etat régional. D'après M. Ehl, la plupart exigent au minimum un certificat de niveau européen B2 -soit un niveau "intermédiaire-supérieur", équivalent à celui d'un bachelier en première langue-, mais aucun test portant sur la terminologie médicale. La Rhénanie-Palatinat est devenu l'an dernier le premier Etat régional à exiger des tests d'allemand lors de simulations de consultations avec de faux patients. Il a été suivi ce mois-ci par le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie (ouest), le plus peuplé d'Allemagne. Les ministres de la Santé des différents Länder sont convenus l'été dernier de la nécessité d'introduire une norme commune pour les examens de compétences en langue.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
pharmacie

Pénurie de vaccins contre la grippe, la campagne 2018 victime de son succès

Faut-il y voir un regain d'adhésion vis-à-vis de la vaccination antigrippale ? Alors que la campagne 2018-2019 court en théorie jusqu'au 31 janvier, sur le terrain, l’approvisionnement des...Commenter

DPC : à quel financement aurez-vous droit en 2019 ?

DPC

L’Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC) vient d’arrêter ses budgets pour 2019. Pour les médecins, les règles ne... 1

Élisez les tops et les flops en santé de 2018

Tops et flops

L'année écoulée aura été riche en actualité en lien avec la santé. Elle a été ponctuée d'un plan stratégique quinquennal présenté par le... 6

URGENCES EN DERMATOLOGIE Abonné

Dermatologie

On distingue plusieurs catégories d'urgence dermatologique. La première doit faire redouter le début d'une urgence vitale, souvent de... Commenter

PATHOLOGIES DU CUIR CHEVELU Abonné

Psoriasis

Les atteintes du cuir chevelu sont un motif de consultation récurrent. Elles altèrent la qualité de vie des patients. Il peut s’agir de... Commenter

A découvrir