IVG : Manif et contre manif à Paris, alors que les députés s'apprêtent à supprimer la condition de "détresse"

IVG : Manif et contre manif à Paris, alors que les députés s'apprêtent à supprimer la condition de "détresse"

19.01.2014
  • IVG : Manif et contre manif à Paris, alors que les députés s'apprêtent à supprimer la condition de "détresse"-1

    IVG : Manif et contre manif à Paris, alors que les députés s'apprêtent à supprimer la condition de "détresse"

Le projet de loi sur l'égalité entre les femmes et les hommes, qui est toute la semaine prochaine à l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale, devrait déboucher sur un nouvel élargissement du droit à l'IVG, après que le gouvernement ait décidé en 2013 le remboursement à 100% de l'Interruption Volontaire de Grossesse. Ce texte de loi, portée par la ministre des doits des Femmes Najat Valaud-Belkacem (photo) et déjà adopté au Sénat en septembre, traite de bien d'autres sujets, puisqu'il entend notamment inciter les pères à prendre un congé parental et de façon générale vise à  étendre la parité.

Mais alors que les députés sont dans l'ensemble dans un attitude relativement consensuelle à son égard, les débats s'annoncent nourris sur un amendement socialiste passé en commission, avec la bénédiction du gouvernement, et supprimant l'idée d'une "situation de détresse" d'une femme pour pouvoir recourir à une IVG. Le texte dispose désormais que la femme enceinte qui "ne veut pas poursuivre une grossesse peut demander à un médecin l'interruption de sa grossesse", sans plus faire référence, comme depuis la loi veil de 1975, à celle "que son état place dans une situation de détresse".
 

Face à des élus majoritairement favorables à cette actualisation, des députés UMP menés par Philippe Gosselin et Jean-Frédéric Poisson, membres de l'Entente parlementaire pour la Famille, vont bien l'intention de défendre le maintien de la notion de "détresse", qui fait selon eux de l'IVG une "exception". Le premier l'assure: "nous ne cherchons pas à raviver les querelles autour de l'IVG, nous ne sommes pas en Espagne", où un projet de loi gouvernemental remet en cause ce droit.

Débats très vifs en commission

En commission au mois de décembre, le débat a déjà été très vif entre partisan et adversaires de cette évolution. Alors que quelque 35% des femmes en France recourent à l'IVG au moins une fois dans leur vie, l'idée d'une "détresse" ne "correspond pas à la situation des femmes", a fait valoir la députée PS Axelle Lemaire, co-auteure de l'amendement. Changer ainsi la rédaction issue de la loi Veil légalisant l'avortement est aussi "une façon de réaffirmer ce droit", pour Barbara Romagnan (PS), et "ne remet en question aucun des compromis sociaux, politiques ou philosophiques" de l'époque, selon le rapporteur du projet de loi, Sébastien Denaja (PS). Mais, selon Jean-Frédéric Poisson, député UMP des Yvelines et président du Parti chrétien-démocrate (PCD), le droit ne doit pas "courir après les évolutions sociales". Cette modification "introduit l'idée que l'IVG serait un droit comme un autre", a renchéri Philippe Gosselin (UMP), autre membre de l'Entente parlementaire pour la famille.

Pour l'heure, cette modification de la législation sur l'IVG est la première application des préconisations du rapport du Haut Conseil pour l'égalité hommes-femmes remis à la ministre des droits des Femmes cet automne. Le gouvernement semblait en effet plus réservé sur la suite à donner à d'autres suggestions des rapporteurs : suppression de la faculté d'objection de conscience pour les médecins et du délai de 7 jours de réflexion pour une femme avant de décider d'une IVG.

Plusieurs milliers de personnes de Denfert aux Invalides

Reste que, au moment où la France fait un pas en avant pour faciliter l'IVG, l'Espagne fait un pas en arrière. Le projet de loi supprimant quasiment le droit à l'avortement en Espagne a été approuvé le 20 décembre par le gouvernement et a toutes les chances d'être adopté au Parlement, puisque le Parti populaire (droite au pouvoir) y dispose de la majorité absolue. Galvanisés par l'"exemple" espagnol, plusieurs milliers d'opposants à l'avortement ont d'ailleurs anticipé le débat en manifestant dimanche à Paris. L'Espagne "est aujourd'hui un exemple", estiment les organisateurs de la "Marche pour la vie", vent debout contre la suppression de la notion de "situation de détresse" pour justifier une IVG.

Partie peu après 15H00 de Denfert-Rochereau en direction des Invalides, la manifestation a réuni plusieurs milliers de personnes. En réponse, une contre-manifestation a rassemblé place d'Italie entre 200 et 300 personnes refusant "que la France devienne comme l'Espagne". "Avorter c'est mon droit, intégristes hors la loi", criaient les manifestants, en majorité des femmes.

Paul Bretagne 

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Faroudja

L’Ordre ne voit pas de raison de s’opposer à la PMA pour toutes

Les positions du Conseil national de l’Ordre des médecins dans le cadre des États Généraux de la Bioéthique se faisaient attendre. Le Cnom n’avait pas souhaité être auditionné par le Comité...13

IVG : une pétition réclamant le retrait de la clause de conscience récolte 40 000 signatures

Pétition

Les propos anti-IVG du Dr de Rochambeau n’en finissent plus de faire des remous. Le 12 septembre, la maire adjointe des Lilas... 13

Face à la pénurie de médecins, la Chine mise sur l'intelligence artificielle

Intelligence artificielle

Avec 12 millions de professionnels de santé pour près de 1,4 milliard d'habitants, la Chine connaît, elle aussi, une pénurie de médecins.... 3

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir