IVG : Manif et contre manif à Paris, alors que les députés s'apprêtent à supprimer la condition de "détresse"

IVG : Manif et contre manif à Paris, alors que les députés s'apprêtent à supprimer la condition de "détresse"

19.01.2014
  • IVG : Manif et contre manif à Paris, alors que les députés s'apprêtent à supprimer la condition de "détresse"-1
Le projet de loi sur l'égalité entre les femmes et les hommes, qui est toute la semaine prochaine à l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale, devrait déboucher sur un nouvel élargissement du droit à l'IVG, après que le gouvernement ait décidé en 2013 le remboursement à 100% de l'Interruption Volontaire de Grossesse. Ce texte de loi, portée par la ministre des doits des Femmes Najat Valaud-Belkacem (photo) et déjà adopté au Sénat en septembre, traite de bien d'autres sujets, puisqu'il entend notamment inciter les pères à prendre un congé parental et de façon générale vise à  étendre la parité.

Mais alors que les députés sont dans l'ensemble dans un attitude relativement consensuelle à son égard, les débats s'annoncent nourris sur un amendement socialiste passé en commission, avec la bénédiction du gouvernement, et supprimant l'idée d'une "situation de détresse" d'une femme pour pouvoir recourir à une IVG. Le texte dispose désormais que la femme enceinte qui "ne veut pas poursuivre une grossesse peut demander à un médecin l'interruption de sa grossesse", sans plus faire référence, comme depuis la loi veil de 1975, à celle "que son état place dans une situation de détresse".
 

Face à des élus majoritairement favorables à cette actualisation, des députés UMP menés par Philippe Gosselin et Jean-Frédéric Poisson, membres de l'Entente parlementaire pour la Famille, vont bien l'intention de défendre le maintien de la notion de "détresse", qui fait selon eux de l'IVG une "exception". Le premier l'assure: "nous ne cherchons pas à raviver les querelles autour de l'IVG, nous ne sommes pas en Espagne", où un projet de loi gouvernemental remet en cause ce droit.

Débats très vifs en commission

En commission au mois de décembre, le débat a déjà été très vif entre partisan et adversaires de cette évolution. Alors que quelque 35% des femmes en France recourent à l'IVG au moins une fois dans leur vie, l'idée d'une "détresse" ne "correspond pas à la situation des femmes", a fait valoir la députée PS Axelle Lemaire, co-auteure de l'amendement. Changer ainsi la rédaction issue de la loi Veil légalisant l'avortement est aussi "une façon de réaffirmer ce droit", pour Barbara Romagnan (PS), et "ne remet en question aucun des compromis sociaux, politiques ou philosophiques" de l'époque, selon le rapporteur du projet de loi, Sébastien Denaja (PS). Mais, selon Jean-Frédéric Poisson, député UMP des Yvelines et président du Parti chrétien-démocrate (PCD), le droit ne doit pas "courir après les évolutions sociales". Cette modification "introduit l'idée que l'IVG serait un droit comme un autre", a renchéri Philippe Gosselin (UMP), autre membre de l'Entente parlementaire pour la famille.

Pour l'heure, cette modification de la législation sur l'IVG est la première application des préconisations du rapport du Haut Conseil pour l'égalité hommes-femmes remis à la ministre des droits des Femmes cet automne. Le gouvernement semblait en effet plus réservé sur la suite à donner à d'autres suggestions des rapporteurs : suppression de la faculté d'objection de conscience pour les médecins et du délai de 7 jours de réflexion pour une femme avant de décider d'une IVG.

Plusieurs milliers de personnes de Denfert aux Invalides

Reste que, au moment où la France fait un pas en avant pour faciliter l'IVG, l'Espagne fait un pas en arrière. Le projet de loi supprimant quasiment le droit à l'avortement en Espagne a été approuvé le 20 décembre par le gouvernement et a toutes les chances d'être adopté au Parlement, puisque le Parti populaire (droite au pouvoir) y dispose de la majorité absolue. Galvanisés par l'"exemple" espagnol, plusieurs milliers d'opposants à l'avortement ont d'ailleurs anticipé le débat en manifestant dimanche à Paris. L'Espagne "est aujourd'hui un exemple", estiment les organisateurs de la "Marche pour la vie", vent debout contre la suppression de la notion de "situation de détresse" pour justifier une IVG.

Partie peu après 15H00 de Denfert-Rochereau en direction des Invalides, la manifestation a réuni plusieurs milliers de personnes. En réponse, une contre-manifestation a rassemblé place d'Italie entre 200 et 300 personnes refusant "que la France devienne comme l'Espagne". "Avorter c'est mon droit, intégristes hors la loi", criaient les manifestants, en majorité des femmes.

Paul Bretagne 

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 13 Commentaires
 
EMMANUEL G Médecin ou Interne 27.01.2014 à 16h44

Il y a tellement de tableaux dans cette IVG qu'il serait bon de réfléchir et de satisfaire le (la) plus sensible à cet état de fait .

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 20.01.2014 à 16h42

Oui, tordons le cou aux "maux", que nous ne savons résoudre, formez vous, agissez dans la prévention, plus facile à dire qu'à faire! Et vous verrez par vous même, arrétons le style : brève de comptoir

Répondre
 
Jean- Loup R Médecin ou Interne 20.01.2014 à 11h04

Ils n'ont bien que cela à faire, s'attaquer à des détails démagogiques du système. Je ne pense pas qu'une seule femme se soit vue refuser un IVG en France en 2013 au nom d'une "non-détresse"… C'est Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 20.01.2014 à 21h39

un doux rève!

Répondre
 
Jean W Médecin ou Interne 19.01.2014 à 20h21

N'exagérons pas et ne tordons pas le sens des mots ! Une grossesse non désirée n'est absolument pas une détresse !
Combien de grossesses non désirées se transforment en maternités heureuses, et Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 20.01.2014 à 21h19

et que va devenir ton adorable petit ?

Répondre
 
Ankass M Médecin ou Interne 19.01.2014 à 19h53

Médecin:
C'est une honte qu'en 2014 avec toutes les méthodes de contraception à disposition, le corps de la femme puisse encore être assimilé à une "machine" par ce soi disant droit à l'IVG au lieu Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 20.01.2014 à 21h27

la censure ne passeras pas!

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ouv

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la cardiologie interventionnelle s’attaque désormais à d...Commenter

Levothyrox: une notice diffusée par la justice pour faciliter les plaintes

.

Une notice a été diffusée sur l'ensemble du territoire pour aider les patients, souffrant d'effets secondaires de la nouvelle formule du... 3

Inquiétude des acteurs de la santé au travail sur la disparition du CHSCT

.

Les CHSCT (comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) créés par les lois Auroux de 1982 qui portent l'empreinte de la... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir