Bébés de Chambéry : enquête sur un quatrième décès suspect

Bébés de Chambéry : enquête sur un quatrième décès suspect

15.01.2014
  • Bébés de Chambéry : enquête sur un quatrième décès suspect - 1

    Bébés de Chambéry : enquête sur un quatrième décès suspect

La justice enquête sur le cas d'un quatrième bébé, mort en mars à l'hôpital de Chambéry, nourri comme les trois autres nouveau-nés décédés en décembre dans le même hôpital avec une poche de nutrition Marette. "Il s'agit d'un bébé qui est mort au mois de mars, pas du tout à la même période, pour lequel l'hôpital s'interroge et pour lequel la famille nous a saisis", a indiqué le procureur qui évoque une "ressemblance des symptômes et la rapidité avec laquelle le bébé est décédé". Le bébé a été nourri avec une poche du même type que celles mises en cause pour les trois autres nourrissons et produites par le même laboratoire, Marette, situé à Courseulles-sur-mer (Calvados), a-t-il également confirmé.

"Il avait reçu une poche de nutriment de ce laboratoire, mais pas du même lot", a précisé Marisol Touraine. "Il est trop tôt pour savoir si les causes de la mort de ce bébé sont les mêmes" que pour les trois autres, a souligné la ministre de la Santé, indiquant que le nourrisson était comme eux décédé dans le service de réanimation néo-natale de l'hôpital. Marisol Touraine a auss indiqué avoir "lancé une enquête sur l'organisation au sein de l'hôpital de Chambéry": "Nous avons besoin de poursuivre l'enquête" dont les premiers résultats seront dévoilés "probablement en milieu de semaine prochaine", a-t-elle poursuivi.

De son côté, le laboratoire Marette de Courseulles-sur-mer (Calvados) a renoncé à attaquer la décision de suspension de son activité, a indiqué mardi l'avocat du laboratoire, Me Matthieu Lemaire. Le laboratoire, qui avait fourni les poches alimentaires mises en causes dans la mort des bébés, "a renoncé à former un quelconque recours administratif", a dit l'avocat qui avait envisagé cette option après la demande de suspension de l'activité annoncée par la ministre de la Santé Marisol Touraine la semaine dernière.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...3

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2-0

Les médecins ont encore un an pour répondre à leur obligation triennale de développement professionnel continu (DPC). Les généralistes... Commenter

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisie... 2

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir