Bébés de Chambéry : enquête sur un quatrième décès suspect

Bébés de Chambéry : enquête sur un quatrième décès suspect

15.01.2014
  • Bébés de Chambéry : enquête sur un quatrième décès suspect - 1

    Bébés de Chambéry : enquête sur un quatrième décès suspect

La justice enquête sur le cas d'un quatrième bébé, mort en mars à l'hôpital de Chambéry, nourri comme les trois autres nouveau-nés décédés en décembre dans le même hôpital avec une poche de nutrition Marette. "Il s'agit d'un bébé qui est mort au mois de mars, pas du tout à la même période, pour lequel l'hôpital s'interroge et pour lequel la famille nous a saisis", a indiqué le procureur qui évoque une "ressemblance des symptômes et la rapidité avec laquelle le bébé est décédé". Le bébé a été nourri avec une poche du même type que celles mises en cause pour les trois autres nourrissons et produites par le même laboratoire, Marette, situé à Courseulles-sur-mer (Calvados), a-t-il également confirmé.

"Il avait reçu une poche de nutriment de ce laboratoire, mais pas du même lot", a précisé Marisol Touraine. "Il est trop tôt pour savoir si les causes de la mort de ce bébé sont les mêmes" que pour les trois autres, a souligné la ministre de la Santé, indiquant que le nourrisson était comme eux décédé dans le service de réanimation néo-natale de l'hôpital. Marisol Touraine a auss indiqué avoir "lancé une enquête sur l'organisation au sein de l'hôpital de Chambéry": "Nous avons besoin de poursuivre l'enquête" dont les premiers résultats seront dévoilés "probablement en milieu de semaine prochaine", a-t-elle poursuivi.

De son côté, le laboratoire Marette de Courseulles-sur-mer (Calvados) a renoncé à attaquer la décision de suspension de son activité, a indiqué mardi l'avocat du laboratoire, Me Matthieu Lemaire. Le laboratoire, qui avait fourni les poches alimentaires mises en causes dans la mort des bébés, "a renoncé à former un quelconque recours administratif", a dit l'avocat qui avait envisagé cette option après la demande de suspension de l'activité annoncée par la ministre de la Santé Marisol Touraine la semaine dernière.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 2

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir