Fin de vie : nouvel épisode judiciaire dans l’affaire Vincent Lambert

Fin de vie : nouvel épisode judiciaire dans l’affaire Vincent Lambert

13.01.2014

Ce sera le énième épisode dans la fin de vie de Vincent Lambert, âgé de 37 ans, hospitalisé depuis 5 ans après un accident de la circulation, totalement aphasique et dans un état pauci-relationnel qui permet une certaine interaction avec l'environnement par la vue notamment, sans pour autant "être sûr, selon ses médecins, qu'il intègre correctement les informations sensorielles". Les parents de Vincent Lambert, ont en effet saisi lundi le tribunal administratif pour s'opposer au protocole de fin de vie de leur fils engagé de nouveau par le CHU de Reims. Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne prendra sa décision à l'issue d'une audience qui doit se tenir mercredi à 10 heures.

Samedi, les équipes médicales de l'unité spécialisée dans la prise en charge des personnes en état pauci-relationnel avaient informé la famille de Vincent Lambert de la décision d'arrêter les traitements de nutrition et d'hydratation artificielles du patient, conformément à la loi Leonetti. "Les réunions collégiales ont été des mascarades, jamais on ne nous a entendu et les médecins ont une nouvelle fois programmé la mort de mon fils", a réagi Viviane Lambert, la mère de Vincent qui n'a pas souhaité s'exprimer davantage avant l'audience. En avril dernier, alors que le malade multipliait des comportements d'opposition aux soins "faisant suspecter un refus de vivre", les équipes soignantes avaient déjà engagé un premier protocole de fin de vie en accord avec sa femme présente quotidiennement depuis l'accident et une partie de la famille, mais sans consulter explicitement les parents vivant dans le sud de la France. Le 11 mai, la mère de Vincent avait saisi le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne et obtenu du juge que les médecins reprennent l'accompagnement thérapeutique en rétablissant l'alimentation et l'hydratation du patient. A l’automne une tentative de conciliation avait eu lieu avec la famille au CHU.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Visite à domicile

À Niort, quatre médecins lancent un service de visite à domicile

À Niort (Deux-Sèvres), deux médecins en activité et deux jeunes confrères sur le point de présenter leur thèse, ont lancé lundi 21 janvier l'association « SOS Niort 79 », pour répondre aux demandes...6

L'aspirine en prévention primaire : le Jama pointe les risques de saignements majeurs

Aspirine

Un nouveau travail, publié par le Jama, montre qu'en prévention primaire, les bénéfices cardiovasculaires de l'aspirine sont contrebalancés... Commenter

La téléconsultation permet aux patients chroniques de voir plus souvent leur médecin traitant selon une étude

.

La téléconsultation dans le cadre du parcours de soins est remboursée depuis le 15 septembre dernier mais cette pratique est encore à la... 1

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir