Thérapeutique - Amm pour un dérivé du cannabis

ThérapeutiqueAmm pour un dérivé du cannabis

09.01.2014
  • Thérapeutique - Amm pour un dérivé du cannabis-1

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) vient d’accorder au Sativex, ce 8 janvier 2014, une autorisation de mise sur le marché (AMM), a annoncé le ministère de la Santé. Ce médicament sera indiqué dans le traitement des douleurs et contractures sévères (spasticité) et résistantes aux autres traitements, chez les patients atteints de sclérose en plaques (SEP).

C’est donc le premier médicament dérivé du cannabis qui est autorisé sur le marché français, depuis que Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, a ouvert la voie à la vente de médicaments contenant du cannabis, par un décret du 5 juin dernier

Le Sativex contient des extraits de plants de Cannabis sativa L. chimiquement et génétiquement caractérisés (Tetranabinex® et Nabidiolex®). Ses principaux ingrédients actifs sont le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). Il s’administre en spray buccal.

Prescription encadrée

La prescription de Sativex sera très encadrée. Déjà, elle sera limitée aux patients atteints de SEP. Le traitement devra être initié par un neurologue et un réeducateur hospitalier et pour une durée maximale de 6 mois. Comme tout médicament stupéfiant, Sativex ne sera délivré pour 28 jours par le pharmacien de ville, et le renouvellement pourra être réalisé par le généraliste entre deux rendez vous hospitaliers.

Toutefois il faudra être encore patient avant de trouver les médicament dans les officines françaises : Selon le laboratoire Almirall qui le commercialise, Sativex ne sera disponible qu’en 2015, car il reste à fixer avec les autorités de santé françaises le prix du médicament et son remboursement.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 3 Commentaires
 
Pierre V Médecin ou Interne 11.01.2014 à 09h32

Les représentations communes des usages de produit prohibés, selon la loi de 1970, font que le regard porté sur ce type de traitement n'est plus objectif. Aujourd'hui personne ne met en doute Lire la suite

Répondre
 
barbara s Etudiant en santé 09.01.2014 à 11h40

Et son prix restera également à fixer sur le marché noir... comme la GH et cie...
Barbara

Répondre
 
Joseph Antoine W Médecin ou Interne 09.01.2014 à 13h10

Oh oui ! Un pays de fous administré par des fous.

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

« Je ne demande pas aux médecins de travailler plus (...) mais il faut mieux organiser les soins sur les territoires», lance Buzyn

La ministre de la Santé a réaffirmé ce vendredi son intention de revoir l'organisation du système de santé pour prendre plus efficacement en charge la population. ...7

DPC : 30 000 généralistes se sont inscrits à une action indemnisée en 2017

DPC

Les généralistes ne sont pas beaucoup plus nombreux à se former mais ils se forment plus ! Tel est le bilan que l'on peut tirer en étudiant... Commenter

Antoine Durrleman, 6e chambre de la Cour des comptes « La médecine libérale doit être mieux présente sur le territoire »

Durrleman

Le président de la 6e chambre de la Cour des comptes assume les mesures coercitives du récent rapport qu’il a piloté sur l’avenir de... 1

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir