Témoignage - Tentative d’assassinat et suicide au cabinet

TémoignageTentative d’assassinat et suicide au cabinet

07.01.2014

Le Dr F..., médecin généraliste dans le Vaucluse, se souviendra longtemps du 2 janvier 2014. Durant sa consultation, un jeune patient souffrant de bouffées délirantes s’est suicidé en se tranchant la carotide après l’avoir menacé, devant sa mère et les patients de sa salle d’attente. Le Dr. F, encore sous le coup de l’émotion, a voulu nous envoyer son témoignage, marqué par le manque de compassion du Smur et des pompiers, même si ces derniers ont fait amende honorable cinq jours après les faits...

  • Tentative d’assassinat et suicide au cabinet - 1

    Tentative d’assassinat et suicide au cabinet

Drôle de façon de commencer l'année ! Un patient délirant suite à la prise de toxiques a tenté de me poignarder le 2 janvier au matin dans mon cabinet à coups de couteau ainsi que sa mère qui me l'avait amené avant de se donner la mort après s'être porté des coups au cœur et tranché jugulaires et carotides devant moi et tous les nombreux patients de la salle d'attente (plus de 20 personnes, dont des enfants) !

Je dois remercier l'équipage de police secours arrivé sur les lieux pour son efficacité alors que le patient s'était caché derrière le cabinet encore vaillant (...! ) en plein délire de persécution. Il se disait « attaqué par les Russes » qui « voulaient le tuer » d'après les patients de la salle d’attente qui ont assisté à son délire. Tout s’est donc passé devant mon bureau de manière soudaine en fin de consultation, alors que le patient semblait apaisé par mes propos et mes conseils de se rendre immédiatement aux urgences psy de l’hôpital. Mais, lorsque sa mère a semblé avoir peur de sortir du cabinet avec lui, il a alors sorti un couteau et à commencé une auto- et hétéro-agression terrifiante. Il a fini par se donner la mort derrière le cabinet, devant la police arrivée sur place et moi-même alors que la policière l’exhortait à déposer son arme, en se plantant son couteau dans la carotide, ce qui a provoqué une hémorragie cataclysmique !

«Appel du "18" dans les dix minutes»

La prise en charge par les pompiers et le SMUR a été tout à fait conforme à un élément près. J'ai demandé auprès du "18" dans les dix minutes qui ont suivi l’agression une prise en charge des nombreux patients par l'unité psychologique du SAMU, car mes patients étaient très choqués par une telle scène relevant des pires scénarios de films d'épouvantes : beaucoup de sang sur les murs, le sol du cabinet (mon bureau, l’entrée, la salle d’attente ) et le passage public derrière le cabinet ou le patient s’est donné la mort. Les patients qui attendaient depuis plusieurs heures (jour de forte affluence) ont voulu -arrivé midi- rentrer chez eux (nombreux enfants en plus ), mais la seule prise en charge psy auprès d'eux a été celle faite par moi-même et deux courageux policiers de terrain qui sont venus rassurer les gens à la fin de leur intervention. En revanche,il n’y a pas eu d'arrivée de renfort pompiers pour mes patients, à l’exception d'un officier qui a passé beaucoup de temps avec son talkie walkie mais sans apporter quelque chose de très concret.

J'ai proposé aux patients de revenir à ma consultation de 16 heures pour traiter leurs pathologies (qui pouvaient être lourdes) et reparler de cet incident majeur, une façon de les prendre en charge psychologiquement. Quasiment tous sont revenus l'après-midi, ce qui m'a fait très plaisir, certains m'offrant un présent comme marque de reconnaissance pour les avoir aidés , soutenus et avoir évité un drame supplémentaire - en poussant l'agresseur dehors malgré son couteau - et en fermant à clé la salle d’attente pour les protéger (ils m'ont dit être fier de leur docteur !).

«Procédure ubuesque»

La seule aide proposée et mise en place par les pouvoirs publics pour mes patients à été la mise en place dans l'après-midi – après bien des concertations certainement – à l’hôpital d'une structure d’accueil avec 4 personnels psy au moins, où, bien sûr, personne n’est venu ! L'envoi très rapide de simples renforts de pompiers de terrain de la caserne proche pour discuter avec les gens plutôt qu'une cellule psy retranché dans les locaux de l’hôpital aurait constitué, à mon sens, une meilleure prise en charge.

Je tiens à rappeler que je suis moi-même toujours médecin pompier et ancien médecin de différents SMUR et services d’urgences (on devait, d’ailleurs, me remettre il y a un mois la médaille de mes 20 ans de service de médecin pompier). Je pense donc parler en connaissance de cause ! Cela est vraiment ubuesque et semble issu des différents délires protocolaires qui prévalent actuellement, laissant les acteurs de terrain (moi-même en particulier ) désemparés, alors que tous ces gens s'agitent au téléphone ou avec un talkie walkie. Je ne suis pas très content (ceci est un euphémisme) de l'attitude désinvolte, hautaine et très peu confraternelle de l'équipage SMUR intervenu, à qui j'ai reproché d'aller et venir en pataugeant dans le sang devant mon bureau sans me montrer la moindre marque de compassion alors que j’ai tout de même failli mourir ! Quand j"étais urgentiste, j'aurai eu honte d’avoir une attitude aussi peu confraternelle...

«Aucune aide proposée pour mes patients»

J'ai été, en revanche, touché du coup de fil sympathique du Dr X... du SAMU que je connais depuis longtemps et qui a su me comprendre et trouver les bons mots ! J’ai été seul dans mon cabinet à gérer tout cela alors que les hospitaliers – certes exposés – ne sont jamais seuls ! Aucune aide ne m'a été proposée par les services publics – en particulier les pompiers – pour remetttre en état mon cabinet et effacer la flaque de sang énorme sur un lieu de passage menant à des habitations derrière mon cabinet, ainsi que le sang sur la voiture de mon voisin. Cela a choqué tout le monde : voisins , passants, curieux, patients que les pompiers s’en aillent ainsi, alors que nous les voyons régulièrement effacer les traces des inondations... Une telle « boucherie » dans un lieu public ( mon cabinet ) et dans impasse ou il est situé ne nécessite pas d'aide apparemment et, avec un voisin courageux , nous avons nettoyé le sang dans mon cabinet et à l’extérieur pour remettre les lieux en état pour ma consultation de 16 heures (qui était destinée, je le rappelle, à la prise en charge des patients du matin). La victime, que je suis quelque part, s'est donc retrouvée à effacer le sang (après le passage de l'identité judiciaire bien sur )... C'est ubuesque en 2014, vous en conviendrez, je pense... J'ai même demandé dans ma déposition au commissariat que le Procureur ouvre une enquête pour ces manquements.

«Malgré cette journée éprouvante, je ne vais pas abandonner»

Anecdote comique dans ce morne tableau, un postier arrivé après le départ des secours pour livrer un colis m’a demandé si « des chasseurs de sanglier » étaient passés par là au vu du sang par terre... Je lui ai résumé l'histoire et il m'a dit que, finalement, chez les pompiers c'était comme à la Poste : « tout part en c... avec la mise aux norme modernes ! ». Il m'a dit que c'était vraiment choquant que les pompiers laissent un lieu public dans cet état, réflexion à laquelle je ne peux qu’acquiescer ! Mais c'est certainement mieux d'aller vider une cave après une inondation que d'aider un médecin et son voisinage choqués et désemparés.

Après 20 ans comme médecin pompier, je ne pensais pas en arriver là... Lors de mon engagement, j'étais fier de la solidarité et de l'humanité alors présente alors dans ce corps. Même réflexion pour les médecins urgentistes : jamais dans le passé, je n'aurai laissé un confrère ou un collègue pompier seul dans le désarroi ! Rassurez-vous, je remonte la pente et ce courrier quelque peu « vindicatif » y participe... J'espère que cela fera réfléchir sur la prise en charge d’un tel drame (au sommet de la hiérarchie des pompiers en particulier) qui doit dépasser le cadre strict « protocolisé » de l'intervention pour prendre en compte l'humain, ce que nous généralistes de terrain savons encore faire. Je suis fier d'être proche de mes patients et de pouvoir rester humain dans ce monde froid des « procédures » . Je ne vais finalement pas abandonner le métier malgré cette journée éprouvante !

Bonne nouvelle, cependant, cinq jours après les faits, la hiérarchie des pompiers du Vaucluse a tenu à me faire part de sa compassion pour les événements particulièrement traumatisants dont j’ai été témoin ainsi que mes patients. L’un d’eux m’assurant de tout son soutien, regrette ainsi de ne pas avoir été informé en temps réel pour pouvoir prendre en compte la situation d’une autre manière dans la suite de cet événement.»

Dr F., médecin généraliste
Source : Legeneraliste.fr
Commentez 5 Commentaires
 
bruno c Médecin ou Interne 08.01.2014 à 01h59

En règle générale les policiers, gendarmes et pompiers sont assez respectueux avec nous dans les coups durs, mais les temps changent. Quant aux services d'urgences, toujours prompts à critiquer le Lire la suite

Répondre
 
theodore k Médecin ou Interne 07.01.2014 à 23h48

Ben,en tant que médecin vous êtes psychlogiquement préparé au pire mais là....C'est pire que pire ! Je souhaite que vous vous remettiez au plus tôt de cette tragédie et que cela ne vous laisse pas Lire la suite

Répondre
 
myriam b Etudiant en santé 07.01.2014 à 23h40

Bonjour.
Je suis moi-même psychiatre de la CUMP de notre intersectorialité et me permets de faire suivre votre témoignage aux membres (et +!) de notre cellule d'urgence. Je déplore comme vous les Lire la suite

Répondre
 
RAYMOND F Médecin ou Interne 07.01.2014 à 21h30

Courage cher confrère, je vous admire pour votre sang froid et votre attitude en face du désespéré et de vos patients. Vous pouvez être fier de vous. Cependant attitude minable des pompiers et du Lire la suite

Répondre
 
LYDIE S Autre Professionnel Santé 07.01.2014 à 21h07

Monsieur,
Sans rien ôter de votre analyse ni de votre ressenti, j’appuie juste ce que votre facteur a bien résumé de la situation actuelle que vivent les corps de pompiers.

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Dossier congrès

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions Abonné

ouv

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la... Commenter

Stratégie nationale de santé Agnès Buzyn joue la concertation Abonné

.

La ministre a mis au point en début de semaine une Stratégie Nationale de Santé (SNS) en quatre points qui sera la feuille de route du... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir