Fin de vie, IVG : les évêques français sont inquiets

Fin de vie, IVG : les évêques français sont inquiets

25.12.2013
  • Fin de vie, IVG : les évêques français sont inquiets-1

    Fin de vie, IVG : les évêques français sont inquiets

Le suicide médicalement assisté ne passe pas du tout auprès de l’Eglise catholique française. Après l’avis de la "Conférence citoyenne" appelant à sa légalisation et alors que la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé la semaine dernière une concertation gouvernementale pour préparer une réforme de la loi Leonetti, deux prélats ont manifesté leur inquiétude sur ce terrain, à l’occasion de Noël.

Mgr Philippe Barbarin, cardinal archevêque de Lyon et Primat des Gaules, a ainsi mis en garde mercredi sur Europe 1 sur les conséquences d'une éventuelle nouvelle loi sur la fin de vie, affirmant que "ni la République, ni l'Etat, ni le corps médical n'est propriétaire de la vie humaine". Rappelant qu'il avait "frôlé la mort: infarctus, triple pontage", Mgr Barbarin a estimé qu'on avait "pris admirablement soin" de lui. "On fait très attention à ce que nous souffrions le moins possible. J'ai une reconnaissance énorme pour le monde médical. Je trouve qu'on doit donner un très grand respect à chaque vie humaine et d'une manière toute particulière à ceux qui souffrent", a-t-il dit.

Evoquant la loi Leonetti de 2005, le cardinal archevêque a rappelé qu'elle avait été adoptée "à l'unanimité du Parlement français", ce qui lui avait "beaucoup plu". Cette loi, selon lui, était "pleine de clarté". C'était "il n'y a pas longtemps, 6 ou 7 ans", a-t-il dit. "Si on veut changer une loi alors qu'elle a 8 ans, non mais c'est quoi, une loi ? C'est la loi sur l'euthanasie ou l'euthanasie de la loi ?"

Mgr Barbarin : Loi sur l'euthanasie ou... par Europe1fr


L’Eglise inquiète aussi d’une éventuelle modification de la loi sur l’IVG

Auparavant, le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, s’était interrogé dans un message diffusé à la veille de Noël : "on peut se demander si notre société ne cherche pas ailleurs la solution aux questions de ce temps et tout particulièrement dans un individualisme multiforme et trompeur, symptôme d'une modernité sans âme". Le président de la CEF et archevêque de Marseille évoquait ainsi "les personnes en fin de vie qui ont davantage besoin d'entendre la société soutenir auprès d'elles une présence chaleureuse, compétente et sans faille que d'être invitées à chercher dans la mort l'issue d'une vie qu'elles ressentent trop dure". Il s'étonnait "qu'on en vienne à organiser et légaliser l'acte du suicide qui est un acte de désespoir. Ne peut-on réveiller et soutenir ce qu'il y a de meilleur : la capacité des médecins à soulager la douleur, la présence généreuse et aimante des familles et du personnel médical ?"

Autre souci de Mgr Pontier, suite au rapport sur l’IVG remis à Marisol Touraine : "ce projet de modification de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse qui, loin de permettre aux femmes en détresse d'être laissées moins seules devant leur responsabilité face à la vie naissante, sont quasiment incitées à ne se poser aucune question quant à l'élimination de l'être qu'elles portent en leur chair".

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 7 Commentaires
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 26.12.2013 à 17h55

ni bourreaux , ni ecclésiastiques ,des hommes actifs prêts a soulager en toute circonstance ,acceptant leur echec en toute humilité christian tomatis 38300 ruy

Répondre
 
JEAN CLAUDE B Médecin ou Interne 26.12.2013 à 13h20

Le suicide médicalement assisté pose un autre problème. Que faire devant un sujet qui demande à son médecin de mettre fin à son existence ?
Et aussi, quelle attitude adopter devant une tentative de Lire la suite

Répondre
 
Jean-Paul D Médecin ou Interne 26.12.2013 à 10h04

Les évêques sont libres de leur propos et de refuser le suicide médicalement assisté pour eux-mêmes si le cas leur est un jour posé mais de grâce qu'ils n'en privent pas les autres.

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 26.12.2013 à 11h13

tout afait d'accord christian tomatis médecin retraité 38300 RUY

Répondre
 
Ankass M Médecin ou Interne 26.12.2013 à 11h57

Vous avez raison, mais aussi refusons que médecin rime avec bourreau.On soigne la santé dans la vie on n'est pas là pour "exécuter" les échecs de la médecine!

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ouv

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la cardiologie interventionnelle s’attaque désormais à d...Commenter

Levothyrox: une notice diffusée par la justice pour faciliter les plaintes

.

Une notice a été diffusée sur l'ensemble du territoire pour aider les patients, souffrant d'effets secondaires de la nouvelle formule du... Commenter

Inquiétude des acteurs de la santé au travail sur la disparition du CHSCT

.

Les CHSCT (comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) créés par les lois Auroux de 1982 qui portent l'empreinte de la... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir