Urgences : l’UNOF accuse le gouvernement de favoriser l’hôpital

Urgences : l’UNOF accuse le gouvernement de favoriser l’hôpital

23.12.2013

Après l’annonce par Marisol Touraine vendredi du déblocage d’une enveloppe de 15 millions d’euros à destination des services d’urgence, l’UNOF-CSMF dénonce un favoritisme envers les urgences hospitalières.

  • Urgences : l’UNOF accuse le gouvernement de favoriser l’hôpital - 1

    Urgences : l’UNOF accuse le gouvernement de favoriser l’hôpital

Après la polémique autour des propos de Marc Giroud la semaine dernière qui critiquait l’implication des généralistes sur la PDS, c’est la différence de traitement entre libéraux et hospitaliers qui émeut le monde syndical.

Dans le cadre de la politique de renforcement des services d’urgences et en prévision de l’affluence de la période hivernale, 15 millions d’euros supplémentaires viennent en effet d’être débloqué pour aider les services d’urgences en difficulté. L’objectif de ce coup de pouce du gouvernement : améliorer la prise en charge des patients et faciliter la recherche de lits disponibles.

Mais pour l’UNOF il s’agit d’un nouveau pied de nez fait à la médecine générale, alors qu’une nouvelle maison médicale de garde est menacée de fermeture au 1er janvier à Istres. Dans un communiqué la branche généraliste de la CSMF dénonce «les choix du gouvernement qui favorisent les urgences hospitalières au détriment de la permanence des soins ambulatoire». Le syndicat réclame davantage de moyens rappelant que les MMG font partie de la solution pour désengorger les urgences hospitalières. Dans les faits l’attribution de la PDSA aux ARS a eu pour conséquence une baisse des budgets de 3, 7% entre 2011 et 2012 et des disparités régionales, souligne le syndicat de Luc Duquesnel (photo).

L’UNOF exige donc une révision de la politique du gouvernement en matière de permanence des soins ambulatoire avec des moyens financiers réels pour éviter d’en faire un «supplétif des hôpitaux ou du SAMU».

Parmi les demandes immédiates de l’UNOF, le sauvetage de la MMG d’Istres avec le dégel des 45 000 euros nécessaires. Le syndicat souhaite également la création d’un groupe de travail dédié à la PDSA.

Sur le premier point, l’UNOF a très rapidment ibtenu gain de cause, puisque le cabinet du ministère de la santé a indiqué lundi qu’il avait demandé à l’ARS de PACA de débloquer les 45 000 euros indispensables au maintien de la MMG d’Istres.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...Commenter

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2-0

Les médecins ont encore un an pour répondre à leur obligation triennale de développement professionnel continu (DPC). Les généralistes... Commenter

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisie... 1

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir