Urgences : l’UNOF accuse le gouvernement de favoriser l’hôpital

Urgences : l’UNOF accuse le gouvernement de favoriser l’hôpital

23.12.2013

Après l’annonce par Marisol Touraine vendredi du déblocage d’une enveloppe de 15 millions d’euros à destination des services d’urgence, l’UNOF-CSMF dénonce un favoritisme envers les urgences hospitalières.

  • Urgences : l’UNOF accuse le gouvernement de favoriser l’hôpital - 1

    Urgences : l’UNOF accuse le gouvernement de favoriser l’hôpital

Après la polémique autour des propos de Marc Giroud la semaine dernière qui critiquait l’implication des généralistes sur la PDS, c’est la différence de traitement entre libéraux et hospitaliers qui émeut le monde syndical.

Dans le cadre de la politique de renforcement des services d’urgences et en prévision de l’affluence de la période hivernale, 15 millions d’euros supplémentaires viennent en effet d’être débloqué pour aider les services d’urgences en difficulté. L’objectif de ce coup de pouce du gouvernement : améliorer la prise en charge des patients et faciliter la recherche de lits disponibles.

Mais pour l’UNOF il s’agit d’un nouveau pied de nez fait à la médecine générale, alors qu’une nouvelle maison médicale de garde est menacée de fermeture au 1er janvier à Istres. Dans un communiqué la branche généraliste de la CSMF dénonce «les choix du gouvernement qui favorisent les urgences hospitalières au détriment de la permanence des soins ambulatoire». Le syndicat réclame davantage de moyens rappelant que les MMG font partie de la solution pour désengorger les urgences hospitalières. Dans les faits l’attribution de la PDSA aux ARS a eu pour conséquence une baisse des budgets de 3, 7% entre 2011 et 2012 et des disparités régionales, souligne le syndicat de Luc Duquesnel (photo).

L’UNOF exige donc une révision de la politique du gouvernement en matière de permanence des soins ambulatoire avec des moyens financiers réels pour éviter d’en faire un «supplétif des hôpitaux ou du SAMU».

Parmi les demandes immédiates de l’UNOF, le sauvetage de la MMG d’Istres avec le dégel des 45 000 euros nécessaires. Le syndicat souhaite également la création d’un groupe de travail dédié à la PDSA.

Sur le premier point, l’UNOF a très rapidment ibtenu gain de cause, puisque le cabinet du ministère de la santé a indiqué lundi qu’il avait demandé à l’ARS de PACA de débloquer les 45 000 euros indispensables au maintien de la MMG d’Istres.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les portraits de l'été Aviscène, la médecine à la vie comme à la scène

« Aviscène » est un interne boute-en-train. Étudiant en médecine à la vie, Youtubeur et comédien à la scène, Aviscène (il souhaite rester anonyme) est un hyperactif et cela s'entend dans son...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Un dépistage organisé… mais à deux vitesses

Photo lead

Lancé mi-mai, le programme de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus cible surtout les femmes qui échappent au dépistage.... 1

Zoom en vidéo [Vidéo] Selon la revue Science, des gènes s'activent après la mort

Gènes

Chez des souris et des poissons zèbres, des chercheurs ont étudié l'activité de plus de 1000 gènes qui sont actifs dans les 4 jours après... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir