Urgences : l’UNOF accuse le gouvernement de favoriser l’hôpital

Urgences : l’UNOF accuse le gouvernement de favoriser l’hôpital

23.12.2013

Après l’annonce par Marisol Touraine vendredi du déblocage d’une enveloppe de 15 millions d’euros à destination des services d’urgence, l’UNOF-CSMF dénonce un favoritisme envers les urgences hospitalières.

  • Urgences : l’UNOF accuse le gouvernement de favoriser l’hôpital - 1

Après la polémique autour des propos de Marc Giroud la semaine dernière qui critiquait l’implication des généralistes sur la PDS, c’est la différence de traitement entre libéraux et hospitaliers qui émeut le monde syndical.

Dans le cadre de la politique de renforcement des services d’urgences et en prévision de l’affluence de la période hivernale, 15 millions d’euros supplémentaires viennent en effet d’être débloqué pour aider les services d’urgences en difficulté. L’objectif de ce coup de pouce du gouvernement : améliorer la prise en charge des patients et faciliter la recherche de lits disponibles.

Mais pour l’UNOF il s’agit d’un nouveau pied de nez fait à la médecine générale, alors qu’une nouvelle maison médicale de garde est menacée de fermeture au 1er janvier à Istres. Dans un communiqué la branche généraliste de la CSMF dénonce «les choix du gouvernement qui favorisent les urgences hospitalières au détriment de la permanence des soins ambulatoire». Le syndicat réclame davantage de moyens rappelant que les MMG font partie de la solution pour désengorger les urgences hospitalières. Dans les faits l’attribution de la PDSA aux ARS a eu pour conséquence une baisse des budgets de 3, 7% entre 2011 et 2012 et des disparités régionales, souligne le syndicat de Luc Duquesnel (photo).

L’UNOF exige donc une révision de la politique du gouvernement en matière de permanence des soins ambulatoire avec des moyens financiers réels pour éviter d’en faire un «supplétif des hôpitaux ou du SAMU».

Parmi les demandes immédiates de l’UNOF, le sauvetage de la MMG d’Istres avec le dégel des 45 000 euros nécessaires. Le syndicat souhaite également la création d’un groupe de travail dédié à la PDSA.

Sur le premier point, l’UNOF a très rapidment ibtenu gain de cause, puisque le cabinet du ministère de la santé a indiqué lundi qu’il avait demandé à l’ARS de PACA de débloquer les 45 000 euros indispensables au maintien de la MMG d’Istres.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 3 Commentaires
 
PHILIPPE R Médecin ou Interne 24.12.2013 à 15h51

philippe R MEDECIN JE Demande a etre volontaire sans requisitions possibles pour la permanence des soins .qu'elle injustice entre les medecins de ville et les medecins des champs.

Répondre
 
GEORGES D Médecin ou Interne 23.12.2013 à 19h56

Ils ont de ces fulgurances à l'UNOF! Ca fait 10 ans que l'éradication de la médecine libérale a été actée, par les gouvernement successifs Bachelot et Touraine qui continue le travail.
Maintenant Lire la suite

Répondre
 
MARC W Médecin ou Interne 23.12.2013 à 19h38

de toutes les façons les conseillés des ministres étant des hospitaliers , nous les libéraux ne valons pas grand chose dans la PDS

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Sénatoriales : des généralistes font leur entrée au Palais du Luxembourg

.

Suite au renouvellement partiel du Sénat, plusieurs médecins généralistes vont entrer pour la première fois à la Haute Assemblée. Bernard... Commenter

PMA, GPA, le grand libéralisme des Français

.

"La France est prête". C'est la ministre de la Santé qui le dit à propos de l'élargissement de l'accès à la PMA voulue par le gouvernement.... 3

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir