Retraites : les médecins oubliés ou victimes de la réforme votée mercredi ?

Retraites : les médecins oubliés ou victimes de la réforme votée mercredi ?

18.12.2013
  • Retraites : les médecins oubliés ou victimes de la réforme votée mercredi ? - 1

    Retraites : les médecins oubliés ou victimes de la réforme votée mercredi ?

Cette fois, c’est fait. Le Parlement a adopté définitivement mercredi, par un dernier vote de l'Assemblée, la réforme des retraites. Les socialistes et les radicaux de gauche ont voté pour, les écologistes se sont abstenus, alors que le Front de gauche, l'UMP et l'UDI ont voté contre.

Si le projet de loi de Marisol Touraine touche principalement les salariés, deux dispositions de cette réforme affectent de près ou de loin les médecins. En négatif, ils sont d’abord écartés du compte pénibilité qui sera mis en place au 1er janvier 2015. Et l’article 32 du projet est venu modifier par surprise la gouvernance des caisses des professions libérales.

Le compte pénibilité, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2015, doit permettre aux salariés exerçant des métiers pénibles de partir plus tôt à la retraite ou de se reconvertir. Mais rien n’a été prévu pour les libéraux.Concernant le compte personnel de prévention de pénibilité, médecins libéraux comme praticiens hospitaliers se sentent donc lèsés. La CSMF, MG France et l’AMUHF de Patrick Pelloux avaient demandé – chacun de leur côté - à ce que les médecins soient intégrés dans le dispositif. Avec la CGT-Santé, l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf) a lancé une pétition mi-décembre adressée à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, pour réclamer l’ouverture de négociations et que soit reconnue la « pénibilité » de la profession. Même revendication pour le patron de la CSMF, Michel Chassang, qui n’a pas manqué de rappeller que les médecins libéraux sont également confrontés « à la pénibilité caractérisée par les gardes de nuit itératives enchaînées avec les journées de travail sans repos compensateurs, le travail debout pour certaines spécialités médicales ». Le stress et les conditions d’insécurité sont également invoquées par la CMSF.

Les professions libérales et notamment les médecins se vivent aussi comme des victimes collatérales de la réforme sur la gouvernance de la CNAVPL et par voie de conséquence des caisses par profession et notamment la CARMF. Annoncé à la surprise générale cet automne, l’article 32, qui prévoyait dans sa première mouture la nomination du directeur de la CNAVPL directement par décret, avait mis le feu aux poudres. Jacques Escourrou, président de la CNAVPL, et Michel Chassang, président de l’UNAPL avaient appelé le gouvernement « à faire preuve d’esprit de responsabilité et de rassemblement », en lui proposant « de procéder à la nomination du directeur de la CNAVPL par décret, mais sur la base d’une liste de trois noms établie par le conseil d’administration de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse des Professions Libérales, où siègeront désormais 6 membres des syndicats professionnels représentant les professionnels libéraux, l’UNAPL et le CNPL». C’est bien cette proposition qui a été retenue et (le ministre propose les trois noms) et votée par les députés ce mercredi. Un dispositif de désignation moins rigoureux que le projet initial qui laissait toute la main au gouvernement, mais qui ne permet pas au conseil d’administration de la CNAVPL d’avoir les coudées franches sur la nomination de son directeur. En outre, l’article prévoit également la mise en place d’un maillage de conventions d’objectif et de gestion fixée pour quatre ans qui porte à la fois sur le régime de base et complémentaire.

Caroline Laires-Tavares
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
sommeil

Enquête sur la santé des médecins Un généraliste sur deux présente des troubles du sommeil

Les généralistes ne dorment pas sur leurs deux oreilles. D’après une enquête d’Odoxa pour la Mutuelle Nationale des Hospitaliers sur la santé des professionnels de santé, dont Le Généraliste est...1

La recertification pas obligatoire pour tous : le Pr Uzan se justifie devant les jeunes généralistes

Pr Serge Uzan

La recertification des médecins finira-t-elle par devenir obligatoire ? Les jeunes médecins généralistes installés et remplaçants du... 3

[Appel à témoignages] Que peut-on vous souhaiter pour 2019 ?

Sapin et cadeaux

Des patients à l’heure, le G à 50 euros, des vaccins dans le frigo, moins de paperasse, plus de retours de vos confrères, un successeur…... Commenter

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir