Vaccin contre la méningite B - Les associations de patients demandent le remboursement de Bexsero®

Vaccin contre la méningite BLes associations de patients demandent le remboursement de Bexsero®

13.12.2013

La mise à disposition cette semaine dans les pharmacies du nouveau vaccin contre le méningocoque B motive les impatiences des patients. Alors qu’une procédure est en cours devant la Commission de Transparence, un collectif demande sa prise en charge par la collectivité.

  • Les associations de patients demandent le remboursement de Bexsero® - 1

    Les associations de patients demandent le remboursement de Bexsero®

Suite à l’annonce de la mise à disposition dans les pharmacies en France, et hors remboursement, du premier vaccin contre le méningocoque B, responsable de méningites graves, le collectif des associations de patients réunies sous la bannière « ensemble contre la méningite » réclame la prise en charge par l’Assurance Maladie du nouveau vaccin contre la méningite B (comme c’est le cas pour le vaccin contre la méningite C) pour toutes les familles qui souhaiteraient protéger leurs enfants.

A ce jour, une procédure est en cours auprès de la Commission de Transparence qui doit publier l’évaluation du service médical rendu (SMR) du vaccin et de son amélioration du service médical rendu (ASMR), tant en terme de bénéfice individuel que de santé publique. Cette évaluation permet de fixer le taux de remboursement, ainsi que son prix.

Les infections invasives à méningocoque peuvent être foudroyantes, mortelles dans un cas sur 10. Elles touchent principalement les nourrissons et les adolescents. Le risque pour un nourrisson de développer une méningite B est 10 fois plus élevé que dans la population générale.

Bexsero® est indiqué pour l'immunisation active des sujets à partir de l'âge de 2 mois contre l'infection invasive à méningocoque causée par Neisseria meningitidis de groupe B. Chez les nourrissons de moins de 6 mois, dont l’immunité nécessite d’être renforcée, Bexsero® s’administre en 3 doses avec un rappel en 2e année de vie. A partir de l’âge de 6 mois, 2 doses suffisent, avec un rappel 12 à 23 mois plus tard si la vaccination avait commencé avant l’âge de 2 ans. Pour les schémas débutés à partir de l’âge de 2 ans, la nécessité d’un rappel n’est pas établie.

Dr Linda Sitruk
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Baromètre Santé 2016 La confiance envers les vaccins reviendrait-elle ?

À la veille du débat parlementaire sur l’obligation vaccinale, Santé Publique France a fait les choses « en grand » en publiant un volumineux BEH sur la vaccination des jeunes enfants et en...Commenter

Pelloux réclame l'ouverture de centres de santé jusque tard le soir

.

"21 millions de passages aux urgences" ont été recensés en 2016, un chiffre "multiplié par deux en vingt ans". C'est Patrick Pelloux qui l'a... 22

[Vidéo] Un Livre Blanc souligne les lacunes dans la prise en charge de la douleur

Douleur

La Société Française d'Etude et de Traitement de la Douleur (SFETD) a présenté mardi 17 octobre le Livre blanc de la douleur 2017, alertant... 3

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir