Médicaments - Vos prescriptions d’antibiotiques bientôt limitées

MédicamentsVos prescriptions d’antibiotiques bientôt limitées

18.11.2013

Développer les TDR, prescrire les antibiotiques à l’unité, limiter les durées de prescription, publier bientôt de nouvelles recos… Marisol Touraine et son homologue de l’Agriculture, Stéphane Le Foll ont annoncé des mesures contre l’antibiorésistance. Car la consommation française reste encore 30% supérieure à la moyenne européenne. Trois classes sont en particulier dans le collimateur des autorités de santé : l’association amoxiciline/acide clavulanique, les fluoroquinolones et les céphalospotines de 3e génération.

  • Vos prescriptions d’antibiotiques bientôt limitées - 1

    Vos prescriptions d’antibiotiques bientôt limitées

« La campagne "les antibiotiques, ce n’est pas automatique" a eu un impact très réel sur la consommation des Français. Mais, depuis quelques années, on note une tendance à la reprise de cette consommation, qui aboutit à une augmentation des résistances bactériennes en ville comme à l’hôpital », a avancé ce matin Marisol Touraine, à l’occasion de la journée européenne de sensibilisation au bon usage des antibiotiques. Afin de lutter contre cette montée de l’antibiorésistance, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, accompagnée de Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, ont pris le sujet à bras le corps en annonçant les trois axes que le gouvernement compte respecter.

Favoriser le bon usage des antibiotiques

Tout d’abord, il s’agit de favoriser le bon usage des antibiotiques. Et ce, « en généralisant la fonction de "référent antibiotique" dans tous les établissements de santé, y compris les maisons de retraite », a déclaré la ministre. La ministre compte aussi développer l’utilisation des tests de diagnostique rapide (TDR), encore trop confidentielle, et limiter la durée de prescription et de délivrance de certains antibiotiques les plus générateurs de résistance.

A ce sujet, trois classes sont dans le collimateur des autorités de santé : l’association amoxiciline/acide clavulanique, les fluoroquinolones et les céphalospotines de 3e génération. « Ce sont ces trois classes qui produisent le plus d’antibiorésistance, a indiqué Dominique Maraninchi, directeur général de l’ANSM, en révélant qu’une « observation qualitative ciblée sur ces classes d’antibiotiques sera mise en œuvre en 2014 ». De plus, la Haute Autorité de Santé (HAS) publiera de nouvelles recommandations de bonnes pratiques concernant les antibiotiques. A partir de ce travail, des limitations de prescription et des durées de délivrance seront fixées.

Préserver les antibiotiques critiques

Par ailleurs, Marisol Touraine a réitéré sa volonté de préserver certains antibiotiques dits critiques, c’est à dire qui sont à garder en dernier recours pour des situations graves. « C’est pour cette raison que j’ai décidé de l’expérimentation de la délivrance à l’unité, qui sera mise en place dans 200 ou 300 pharmacies volontaires en 2014, une fois le PLFSS voté », a-t-elle affirmé. La réserve hospitalière sera également renforcée. Et, au niveau européen, la France compte proposer d’instaurer un statut particulier pour les antibiotiques en s’inspirant du statut des médicaments orphelins, afin de maintenir les vieux antibiotiques sur le marché et inciter au développement de nouveaux.

Informer citoyens et professionnels

Enfin, le troisième axe sur lequel est mis l’accent est l’information des citoyens et des professionnels de santé. Un indicateur hospitalier de suivi de l’exposition aux antibiotiques (ICATB 2) sera créé et accessible au public en toute transparence. De plus, une campagne à destination du grand public et des professionnels de santé sera lancée sur le site de l’assurance maladie dans les prochains jours.

De son côté, Stéphane Le Foll fait de ce problème de santé publique une priorité commune aux deux ministères. Il rappelle son ambition de réduire fortement l'exposition antibiotique chez l'animal. Un objectif chiffré de réduction de l'utilisation des antibiotiques critiques pour l'homme sera fixé dans le cadre du projet de loi d'avenir de l'agriculture , de l'alimentation et de la forêt. Des guides de bonnes pratiques de prescription seront élaborés et validés par les agences sanitaires, et un décret viendra renforcer les conditions préalables à la prescription de ces antibiotiques.

Charlotte Demarti
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Baromètre Santé 2016 La confiance envers les vaccins reviendrait-elle ?

À la veille du débat parlementaire sur l’obligation vaccinale, Santé Publique France a fait les choses « en grand » en publiant un volumineux BEH sur la vaccination des jeunes enfants et en...Commenter

Pelloux réclame l'ouverture de centres de santé jusque tard le soir

.

"21 millions de passages aux urgences" ont été recensés en 2016, un chiffre "multiplié par deux en vingt ans". C'est Patrick Pelloux qui l'a... 22

[Vidéo] Un Livre Blanc souligne les lacunes dans la prise en charge de la douleur

Douleur

La Société Française d'Etude et de Traitement de la Douleur (SFETD) a présenté mardi 17 octobre le Livre blanc de la douleur 2017, alertant... 3

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir