Santé publique - Bilan mitigé pour le deuxième Plan Santé Environnement

Santé publique Bilan mitigé pour le deuxième Plan Santé Environnement

11.11.2013

Le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) tire une évaluation en demi-teinte du deuxième Plan national Santé-Environnement 2009-2013. Pour les indicateurs sur lesquels une tendance a pu être dégagée, les résultats ne sont pas très positifs. Si l’objectif de la réduction à l’exposition au plomb a été atteint, la qualité de l’air n’a pas significativement progressé. Et les experts regrettent l’insuffisance des instruments de mesure des objectifs.

  • Bilan mitigé pour le deuxième Plan Santé Environnement  - 1

    Bilan mitigé pour le deuxième Plan Santé Environnement

Alors que le deuxième plan quiquénnal Santé Environnement (PNSE) va s’achever à la fin 2013, l’évaluation que vient de réaliser le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) est plutôt mitigée. Sur l’évolution de l’exposition aux différents polluants, les résultats ne sont pas probants. En particulier, l’air que respirent nos concitoyens laisse toujours à désirer. Le rapport indique qu’il n’y pas eu d’évolution nette mais une «stagnation des immissions urbaines», et cela «malgré des émissions nationales en baisse». Quant aux pollens, c’est pire :«Tendance générale à l’aggravation». Pour le reste, il est bien difficile de dresser un bilan détaillé, car beaucoup d’items ne sont pas mesurables. C’est le cas par exemple de l’évolution en matière d’air intérieur, du bruit, des milieux aquatiques ou des substances toxiques. « Les résultats des actions du PNSE 2 restent difficiles à mesurer sur les niveaux d’exposition de la population, compte tenu des échelles de temps très longues que nécessitent la mise en œuvre des actions et ensuite l’observation concrète de leurs effets », peut-on lire dans le rapport. Comme pour justifier cette absence de données, les auteurs insistent sur les « faiblesses » des systèmes d’information qui n’ont pas permis de dégager d’analyses précises car « éclatés », « difficiles d’accès » et « peu adaptés ».

Quelques avancées

Quelques points positifs se dégagent toutefois. Sur les Eaux Destinées à la Consommation Humaine (EDCH), les actions menées ont permis d’améliorer la tendance générale, tout comme pour l’exposition au plomb dans l’habitat qui enregistre une nette amélioration. Mission réussie pour les pouvoirs publics. La réduction de l’exposition au plomb était l’un des objectifs santé-environnement de la loi relative à la politique de santé publique de 2004. Le HCSP a constaté que cet objectif avait été atteint.

C’est par contre bien le seul. Outre la réduction de l’exposition de la population aux polluants atmosphériques dont l’objectif a été presque atteint, la plupart des indicateurs «Environnement» de la loi de santé publique n’ont pas positivement évolué. Ainsi, la mortalité par intoxication au monoxyde de carbone a stagné au cours de la décennie des années 2000. On est donc loin de l’objectif de réduction de 30% fixé par la loi. Et sur le bruit, le rapport précise qu’il est impossible de préciser l’évolution «compte tenu des systèmes d’information existants». En bonne logique, le HCSP a formulé des préconisations pour la préparation du PNSE 3 à venir en 2014 en insistant sur la nécessité de clarifier et de développer ls systèmes d’information.

Caroline Laires-Tavares
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Assistants : 100 généralistes disent non à « l'abattage » et proposent des pistes pour libérer du temps médical

La dernière séance de négociation conventionnelle sur les assistants médicaux a été la goutte de trop dans un vase déjà bien rempli. Une centaine de médecins généralistes a signé hier soir une...7

L’ANSM alerte sur les risques de deux anabolisants et brûleurs de graisse vendus sur Internet

corps

L’ANSM a identifié la présence de substances non autorisées et dangereuses pour la santé, le clenbutérol et le stanozolol, dans les... 1

400 généralistes salariés bientôt recrutés dans les déserts : pourquoi ReAGJIR y croit

Image d'illustration

Le recrutement des 400 postes de médecins généralistes dans les hôpitaux de proximité annoncé en septembre par le président de la... 1

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir