Étude - Où boit-on le plus en France ?

ÉtudeOù boit-on le plus en France ?

07.11.2013

De moins en moins présent sur la table des Français, l’alcool gagne du terrain chez les jeunes. L’ivresse et l’alcoolisation ponctuelle sont à la hausse, selon une étude de l’Inpes publiée ce jeudi. Les régions viticoles ne sont pas forcément les plus touchées par le phénomène.

  • Où boit-on le plus en France ? - 1

    Où boit-on le plus en France ?

Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire. Voici les quatre régions les plus alcoolisées de France, selon une étude de l’Inpes publiée ce jeudi et réalisée à partir du baromètre santé Inpes 2010. Si, encore en 2005, les régions viticoles consommaient plus d’alcool que les autres, on assiste depuis 2010 à une certaine forme d’ « uniformatisation » des comportements, selon les mots du responsable de l’étude, François Beck.

Le Languedoc-Roussillon en tête pour la consommation...

De manière générale, on observe que la consommation quotidienne d’alcool diminue dans la majorité des régions. En 2005, 15 % des Français buvaient chaque jour. Ils ne sont plus que 11 % en 2010. Le Languedoc-Roussillon reste en tête avec 17 % de buveurs au quotidien. Parmi les régions ayant les plus faibles proportions de buveurs au quotidien, on retrouve l’Île-de-France, ainsi que la Haute-Normandie et la Lorraine.

En revanche, la consommation ponctuelle importante - cinq ou six vers en une seule occasion - a augmenté de près de 3 points en cinq ans pour atteindre 18 % sur l’ensemble du territoire. La fréquence des ivresses est également en hausse, passant de 15 % en 2005 à 19 % en 2010. Une tendance qui concerne l’ensemble du territoire mais qui pourrait être sous-estimée, l’ivresse étant une donnée subjective.

À ce niveau, les différences régionales sont moins marquées. L’uniformisation des comportements se situe à l’échelle européenne, les pays latins et la France enregistrant une hausse des surconsommations ponctuelles sur le modèle du "binge drinking" anglo-saxon. L’origine de cette « globalisation » des comportements liés à l’alcool est probablement à rechercher du côté des « nouvelles manières de communiquer des jeunes », par les réseaux sociaux et notamment par Facebook, suggère François Beck.

... Mais c’est en Bretagne qu’on se saoule le plus

Alarmant, la Bretagne se distingue des autres régions par un taux particulièrement élevé d’ivresses qui concerne 28 % de la population, alors qu’elle se situe dans la moyenne nationale sur la part des buveurs quotidiens. Par ailleurs, les Bretons ne sont pas plus consommateurs de bière, d’alcool fort ni de vin de manière hebdomadaire que le reste des Français.

À contre-courant, le Nord-Pas-de-Calais a, elle aussi, un profil spécifique : c’est une des régions où l’on boit le plus volontiers quotidiennement (13 %) mais les ivresses sont moins fréquentes que dans le reste de la France et « les jeunes sont moins buveurs que leurs aînés », selon le responsable de l’étude.

Giulia Gandolfi
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir