Coronavirus - Le HCSP assouplit certaines recommandations sur le coronavirus MERS

CoronavirusLe HCSP assouplit certaines recommandations sur le coronavirus MERS

06.11.2013

Désormais un retour au domicile à certaines conditions est possible pour les sujets contacts peu symptomatiques. Un assouplissement concédé par les experts du Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) en fonction des récentes données rassurantes sur les modes de transmission du MERS-CoV.

  • Le HCSP assouplit certaines recommandations sur le coronavirus MERS - 1

    Le HCSP assouplit certaines recommandations sur le coronavirus MERS

Certes, il n’y a eu à ce jour en France que deux cas avérés de coroavirus-MERS-CoV. Mais le cas suspect de la semaine dernière montre qu’il vaut mieux être vigilant sur ce nouveau coronavirus. Le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) vient donc d’actualiser ses recommandations sur la gestion et la prévention des infections à MERS-CoV, coronavirus responsable du Syndrome respiratoire du Moyen Orient. Dans l’actuel avis, les experts ont assoupli leurs recommandations sur la prise en charge des sujets contacts peu symptomatiques, et en particulier sur leur isolement.

Surveillance pendant 14 jours

Ainsi, tout sujet contact d’un cas confirmé d’infection par le MERS CoV, doit être surveillé pendant 14 jours avec mesure biquotidienne de la température. Son médecin traitant doit être informé. Dès l’apparition d’un symptôme évocateur (fièvre ou toux), le port d’un masque chirurgical est de rigueur, de même qu’une limitation des contacts et une hygiène rapprochée des mains. Le centre 15 doit être informé.

Pour ces personnes contact peu symptomatiques, le HCSP recommande une hospitalisation le temps nécessaire à la réalisation d’examens, notamment pour un prélèvement respiratoire, permettant de faire un bilan initial et un diagnostic étiologique. Mais les experts autorisent désormais un retour au domicilie sans attendre les résultats des examens, avec un arrêt de travail, sous conditions d’un examen clinique et radiologique normaux et d’absence de facteurs de risque (comorbidité, immunodépression, etc.), ainsi que d’un avis favorable du médecin traitant.

Le rôle du médecin traitant

Ce dernier évalue ainsi avec l’ARS la possibilité « d’un isolement à domicile dans des conditions permettant la poursuite de la prise en charge clinique pour le patient, le respect des règles d’hygiène et la protection de l’entourage, la vérification dans l’entourage de l’absence de personnes présentant des comorbidités ». Le maintien à domicile et le maintien de l’isolement sont secondairement décidés en fonction des résultats virologiques et de l’évolution clinique.

Cet allègement dans la prise en charge des sujets contacts fait suite à des données internationales confirmant que la transmission interhumaine résulte de contacts étroits avec des patients présentant des formes sévères, que ces situations sont limitées. A la date du 24 octobre 2013, 144 cas d’infections par le MERS-CoV ont été rapportés par l’OMS, dont 62 décès, mais il n’y a pas à ce jour de cas de transmission démontrée par des cas symptomatiques.

Dr Linda Sitruk
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ouv

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la cardiologie interventionnelle s’attaque désormais à d...Commenter

Levothyrox: une notice diffusée par la justice pour faciliter les plaintes

.

Une notice a été diffusée sur l'ensemble du territoire pour aider les patients, souffrant d'effets secondaires de la nouvelle formule du... 6

Inquiétude des acteurs de la santé au travail sur la disparition du CHSCT

.

Les CHSCT (comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) créés par les lois Auroux de 1982 qui portent l'empreinte de la... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir