Coronavirus - Le HCSP assouplit certaines recommandations sur le coronavirus MERS

CoronavirusLe HCSP assouplit certaines recommandations sur le coronavirus MERS

06.11.2013

Désormais un retour au domicile à certaines conditions est possible pour les sujets contacts peu symptomatiques. Un assouplissement concédé par les experts du Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) en fonction des récentes données rassurantes sur les modes de transmission du MERS-CoV.

  • Le HCSP assouplit certaines recommandations sur le coronavirus MERS - 1

    Le HCSP assouplit certaines recommandations sur le coronavirus MERS

Certes, il n’y a eu à ce jour en France que deux cas avérés de coroavirus-MERS-CoV. Mais le cas suspect de la semaine dernière montre qu’il vaut mieux être vigilant sur ce nouveau coronavirus. Le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) vient donc d’actualiser ses recommandations sur la gestion et la prévention des infections à MERS-CoV, coronavirus responsable du Syndrome respiratoire du Moyen Orient. Dans l’actuel avis, les experts ont assoupli leurs recommandations sur la prise en charge des sujets contacts peu symptomatiques, et en particulier sur leur isolement.

Surveillance pendant 14 jours

Ainsi, tout sujet contact d’un cas confirmé d’infection par le MERS CoV, doit être surveillé pendant 14 jours avec mesure biquotidienne de la température. Son médecin traitant doit être informé. Dès l’apparition d’un symptôme évocateur (fièvre ou toux), le port d’un masque chirurgical est de rigueur, de même qu’une limitation des contacts et une hygiène rapprochée des mains. Le centre 15 doit être informé.

Pour ces personnes contact peu symptomatiques, le HCSP recommande une hospitalisation le temps nécessaire à la réalisation d’examens, notamment pour un prélèvement respiratoire, permettant de faire un bilan initial et un diagnostic étiologique. Mais les experts autorisent désormais un retour au domicilie sans attendre les résultats des examens, avec un arrêt de travail, sous conditions d’un examen clinique et radiologique normaux et d’absence de facteurs de risque (comorbidité, immunodépression, etc.), ainsi que d’un avis favorable du médecin traitant.

Le rôle du médecin traitant

Ce dernier évalue ainsi avec l’ARS la possibilité « d’un isolement à domicile dans des conditions permettant la poursuite de la prise en charge clinique pour le patient, le respect des règles d’hygiène et la protection de l’entourage, la vérification dans l’entourage de l’absence de personnes présentant des comorbidités ». Le maintien à domicile et le maintien de l’isolement sont secondairement décidés en fonction des résultats virologiques et de l’évolution clinique.

Cet allègement dans la prise en charge des sujets contacts fait suite à des données internationales confirmant que la transmission interhumaine résulte de contacts étroits avec des patients présentant des formes sévères, que ces situations sont limitées. A la date du 24 octobre 2013, 144 cas d’infections par le MERS-CoV ont été rapportés par l’OMS, dont 62 décès, mais il n’y a pas à ce jour de cas de transmission démontrée par des cas symptomatiques.

Dr Linda Sitruk
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Exercice mixte

400 généralistes tentés par l'exercice mixte pourraient rejoindre les hôpitaux de proximité dès 2019

Pour retrouver une offre de médecine générale dans les territoires qui en sont dépourvus, le gouvernement mise sur le recrutement de 400 omnipraticiens dans les hôpitaux de proximité. Les premiers...Commenter

[VIDEO] Un maire généraliste veut forcer les remplaçants à s'installer, ils lui répondent

 - [VIDEO] Un maire généraliste veut forcer les remplaçants à s'installer, ils lui répondent-0

La santé n’est pas le sujet numéro 1 du Grand débat national, il est même absent des thèmes prioritaires pointés par Emmanuel Macron. Mais... 12

L'Autorité de la concurrence veut revenir sur l'interdiction de publicité pour les médecins

Publicité

Les médecins seront-ils un jour autorisés à faire de la pub ? Après le conseil d’État, l’Autorité de la concurrence ouvre, à son tour, la... 6

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir