Parlement - La santé, souci numéro un des députés !

ParlementLa santé, souci numéro un des députés !

02.11.2013

Pauvre Marisol Touraine ! Non seulement, il lui faut à la fois s’occupper des retraites et de la santé, mais en plus, c’est elle qui de tous les ministres est la plus sollicitée par les questions écrites des députés. Une récente étude montre que, de tous les sujets, la santé est le thème qui tracasse le plus les élus de l’Assemblée.

  • La santé, souci  numéro un des députés ! - 1

    La santé, souci numéro un des députés !

Les questions de santé préoccupent plus que tout autre sujet les élus de l’Assemblée nationale. C’est la conclusion que l’on peut tirer d’une étude originale qui a passé en revue les 38 340 questions écrites posées aux ministres lors de la première année de la législature. Il en ressort que près de 15% de celles-ci concernent de près ou de loin la santé. Ce n’est peut-être pas énorme, mais c’est plus que n’importe quelle autre thématique. Les 4 981 questions sur la santé sont en effet les plus souvent posées pour interroger ou interpeller le gouvernement, devant celles sur l'organisation de l'Etat (4.802) et la politique économique et industrielle (3.599). C’est à peu près vrai quelque soit le parti en cause. Selon l’étude du groupe de communication TBWA, ce trio de tête se retrouve dans les questions de l'UMP, mais aussi du PS, alors que, sans surprise, les écologistes posent d'abord des questions liées à l'environnement.

En mal de réformes ?

Le souci porté par les élus aux questions de santé s’explique sans doute par l’intérêt qu’y porte la population. Et peut-être aussi par l’absence de réformes d’ampleur sur ce terrain actuellement. Il est de ce point de vue intéressant de noter que parmi les cinq principaux députés questionneurs, deux, les UMP Marc Le Fur (Côtes d'Armor) -qui s’illustre par 945 questions écrites- et Pierre Morel-A-L’Huissier (Lozère) -qui en a posé 730- se sont souvent illustrés aux avant-postes de la lutte contre les déserts médicaux... A l’inverse, c’est un médecin, le socialiste Jean-Marie Le Guen (Paris) qui a le moins écrit aux ministres de ce gouvernement : 6 questions seulement !

Dans le détail, on retiendra enfin que presque une question écrite sur cinq touchant la santé (933) concerne les professions de santé, orthophonistes en tête (188), suivis des médecins (97), des kinés (86) et des infirmières (74). L’Assurance maladie est quant à elle évoquée à 250 reprises et les médicaments à 229 occasions. Attention ! L’étude de TBWA ne dit pas quel sort est réservé finalement aux questions des députés... Mais l’actualité récente montre que, quand ils ne sont pas satisfaits, il arrive à certains d’entre eux de débarquer directement dans les locaux du ministère de la Santé !

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir